Cathédrale de Senez : campagne de fouilles archéologiques 2016

La vallée de l’Asse, entre Chateauredon et la clue de Barrême (© Mathias Dupuis / SDA 04)

Senez se situe à une trentaine de kilomètres au sud-est de Digne-les-Bains, dans la haute vallée de l’Asse, longée par la route Napoléon, qui conduit jusqu’au littoral niçois. La petite commune (166 habitants) est l’héritière d’une longue et riche histoire, marquée par la permanence d’un siège épiscopal, attesté depuis le VIe siècle et qui subsista jusqu’à la Révolution française.

L’ancienne cathédrale Notre-Dame de l’Assomption, vaste église romane édifiée à la charnière des XIIe et XIIIe siècles, témoigne encore de ce passé prestigieux. La présence d’un tel édifice dans un si petit village peut surprendre au premier abord ; elle atteste néanmoins d’un phénomène historique et géographique propre à cette zone des Alpes méridionales, dans laquelle on note une concentration particulièrement importante d’anciennes petites capitales de cités romaines qui structurent administrativement ces territoires de montagne très enclavés.

Vue d'ensemble du village de Senez depuis le site de la Roche (© SDA 04)

Vue d’ensemble du village de Senez depuis le site de la Roche (© Mathias Dupuis / SDA 04)

De la capitale de cité à l’évêché paléochrétien

À partir des Ve et VIe siècles, période à laquelle se propage la religion chrétienne dans cette région des Alpes méridionales, des évêques sont installés dans la plupart des capitales de cité, afin de régir la vie religieuse des secteurs qu’elles administrent. Comme de nombreux autres évêchés provençaux, le diocèse de Senez – connu à partir de l’évêque Marcellus lors du concile d’Agde en 506 – disparaît entièrement de la documentation au début du VIIe siècle, pour ne refaire surface qu’à l’aube de la période féodale, à travers les actes compilés dans le cartulaire de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille.

En l’absence de toute documentation écrite et de recherches archéologiques poussées, l’évolution de ce petit évêché de moyenne montagne et de son territoire au cours du haut Moyen Âge demeure donc à ce jour entièrement méconnue. Il faut convenir que cette zone des Alpes de Haute-Provence, éloignée des centres administratifs régionaux et faiblement peuplée (la densité de population dans l’arrondissement de Castellane est la plus basse de métropole) est peu propice au développement d’une archéologie préventive qui se concentre sur les zones où l’aménagement du territoire est plus intense.

Diocèses et cités épiscopales dans le sud des Alpes à la fin de l'époque romaine (© C. Jourdain-Annequin, M. Le Berre dir., Atlas culturel des Alpes occidentales, Paris, Picard, 2004)

Diocèses et cités épiscopales dans le sud des Alpes à la fin de l’époque romaine (© C. Jourdain-Annequin, M. Le Berre dir., Atlas culturel des Alpes occidentales, Paris, Picard, 2004)

Découvertes archéologiques récentes

En décembre 2012, un diagnostic archéologique conduit par le Service départemental d’archéologie aux abords de la cathédrale – préalablement à un projet de requalification de la place par la mairie – permet néanmoins de mettre au jour les vestiges d’un vaste bâtiment antérieur à l’église actuelle, qui se développe au sud de celle-ci, et dont l’arase se situe à environ 1 m de profondeur sous le niveau sol actuel.

Vue d'ensemble de la tranchée de diagnostic ouverte en décembre 2012, depuis le clocher de la cathédrale

Vue d’ensemble de la tranchée de diagnostic ouverte en décembre 2012, depuis le clocher de la cathédrale (© SDA 04)

Structures archéologiques dans une des tranchées ouverte lors du diagnostic de 2014 (© SDA 04)

Structures archéologiques dans une des tranchées ouverte lors du diagnostic de 2014 (© SDA 04)

En 2014, une nouvelle opération, au cours de laquelle sont ouverts des sondages plus au sud ainsi qu’au-devant de la façade occidentale de l’église, complète les informations obtenues en 2012. Grâce à ces deux diagnostics, il est aujourd’hui possible de restituer la présence d’un vaste bâtiment large d’une dizaine de mètres, plusieurs fois remanié, situé directement sous les fondations de la cathédrale romane. Il est tentant d’associer ce premier édifice aux vestiges de la première cathédrale de Senez. L’implantation de l’édifice et ses remaniements successifs évoquent en effet la topographie et la chronologie de la proche cathédrale de Notre-Dame du Bourg à Digne-les-Bains, entièrement fouillée par l’équipe de Gabrielle Démians d’Archimbaud à partir du milieu des années 1980.

Au sud de ce bâtiment, qui s’étend largement sous la cathédrale romane, plusieurs sépultures attestent d’une occupation funéraire continue du site depuis les IVe-VIe siècles environ. D’autres maçonneries indiquent la présence d’un ensemble complexe de bâtiments successifs, ayant pu appartenir au groupe épiscopal du haut Moyen Âge.

Sépulture sous tegulae, reconnue lors du diagnostic de 2014. L'inhumation primaire, située sous des crânes et des os longs redéposés dans la tombe, a été datée par radiocarbone entre la fin du IVe et le VIe siècle de notre ère (© SDA 04)

Sépulture sous tegulae, reconnue lors du diagnostic de 2014. L’inhumation primaire, située sous des crânes et des os longs redéposés dans la tombe, a été datée par radiocarbone entre la fin du IVe et le VIe siècle de notre ère (© SDA 04)

Le programme de recherche 2016

Ces premiers résultats prometteurs – ainsi que l’intérêt porté par les habitants de Senez et leurs élus pour ces découvertes – ont conduit le Service départemental d’archéologie à poursuivre les recherches sous la forme d’une fouille programmée, elle-même inscrite dans un Projet collectif de recherche (PCR) consacré à L’ancien diocèse de Senez et son territoire aux périodes historiques. La campagne de fouille 2016, prise en charge par le Département des Alpes de Haute-Provence, avec le soutien de la mairie de Senez et du Service régional de l’archéologie de la DRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur, débutera le 17 août prochain. L’opération aura pour objectif de poursuivre les explorations archéologiques à l’intérieur de l’édifice, en sondant l’actuel sacristie, qui se situe dans une zone particulièrement importante pour comprendre l’articulation entre les édifices successifs, compléter le plan de la première cathédrale et préciser la chronologie de ses phases de construction.

SENEZ_Plan 50e

Plan de la cathédrale de Senez. En noir et gris, les structures reconnues au cours des diagnostics de 2012 et 2014. En pointillé, proposition de restitution des dimensions du premier édifice. En rouge, l’emplacement des sondages prévus au cours de la campagne 2016 (© SDA 04).

L'escalier en vis de la cathédrale de Senez

L’escalier en vis de la cathédrale de Senez (© Mathias Dupuis / SDA 04)

On identifie en effet, à la base du clocher de l’église, une maçonnerie arasée qui s’inscrit dans le prolongement du mur identifié en 2012. Cette maçonnerie doit logiquement se poursuivre vers l’est, sous la sacristie actuelle. Des anomalies dans les maçonneries de la sacristie laissent en outre supposer que celle-ci pourrait abriter des maçonneries antérieures au chantier de construction de la cathédrale romane. Par ailleurs, cette zone est essentielle pour comprendre l’articulation de l’église romane avec son environnement. Le clocher a été reconstruit à l’époque moderne autour d’un escalier en vis de Saint-Gilles, vraisemblablement contemporain de la cathédrale romane. La circulation entre la cathédrale et cet escalier semble desservir d’autres espaces, qui pourraient correspondre aux bâtiments canoniaux disparus à la fin du XVIe siècle suite aux guerres de religion.

C’est à ces différentes questions que la campagne de fouille archéologique de l’été 2016 aura pour objectif de répondre. Des comptes-rendus de l’opération seront régulièrement postés sur ce carnet de recherche au cours du chantier, afin de présenter l’avancée de nos recherches.


3 réflexions au sujet de « Cathédrale de Senez : campagne de fouilles archéologiques 2016 »

  1. Ping : Cathédrale de Senez : un premier bilan de la campagne 2016 | Archéologies en Haute-Provence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *