Cathédrale de Senez : nouvelles du chantier…

Les investigations archéologiques sur l’ancienne cathédrale Notre-Dame de l’Assomption de Senez ont débuté le mercredi 17 août. Comme précisé dans un précédent billet, la campagne archéologique 2017 porte principalement sur la partie sud-est de l’édifice, où se concentrent plusieurs points d’interrogations sur la localisation du bâtiment qui a précédé l’église actuelle – partiellement découvert lors de sondages réalisés en 2012 et 2014 – ainsi que sur les logiques du chantier de construction de la cathédrale romane et sur son articulation avec les bâtiments canoniaux, qui existaient au sud de celle-ci jusqu’à la fin du Moyen Âge.

La cathédrale vue du sud-est ; les bâtiments canoniaux se développaient à l'emplacement du cimetière

La cathédrale vue du sud-est ; les bâtiments canoniaux se développaient à l’emplacement du cimetière (© SDA 04)

La zone de travail correspond donc à l’actuelle sacristie, installée entre le bras sud du transept et l’escalier en vis desservant les étages de l’édifice, ainsi qu’à ses abords.

Dans la sacristie : atteindre les niveaux archéologiques

La dépose de la dalle en béton armé (© SDA 04)

La dépose de la dalle en béton armé (© SDA 04)

Avec la préparation du chantier, l’accueil des stagiaires et l’implantation du réseau topographique pour la réalisation des plans, la première des tâche a consisté à déposer le carrelage en terre cuite qui recouvrait la sacristie depuis une quinzaine d’années. Chantier conséquent, puisque qu’une dalle en béton armé avait été coulée sous ce dallage.

Cette dernière, installée sur un lit de parpaings et de sable, recouvrait un ancien aménagement formé par un réseau de drains de ventilation, vraisemblablement installé sous un des anciens sols de la pièce lors de ses dernières réfections (au cours du XIXe ou du XXe siècle ?). Ces drains communiquaient entre eux et devaient permettre de ventiler l’espace par des évents en terre cuite disposés aux quatre angles de la pièce, ainsi que par une bouche d’aération installée dans l’escalier menant à l’église.

Le réseau de drains, sous le sol contemporain, avant et après la dépose des dalles de couverture (© SDA 04)

Le réseau de drains, sous le sol contemporain, avant et après la dépose des dalles de couverture (© SDA 04)

La dalle en béton avait complètement condamné ce dispositif, qui devait auparavant réguler a minima l’humidité et la température de cette pièce. La fouille, l’enregistrement et le démontage des drains a occupé quelques jours, avant de pouvoir dégager, sous ces aménagements, les premiers niveaux médiévaux où apparaissent les contours de plusieurs tombes formées de coffrages maçonnés, construits contre les murs de l’église. La fouille de ces sépultures va occuper les jours qui viennent, avant de pouvoir être fixé sur la présence de vestiges plus anciens, liés aux états d’occupation qui ont précédés la construction de la cathédrale romane.

Les coffrages maçonnés des tombes et caveaux apparaissent après démontage des drains (© SDA 04)

Les coffrages maçonnés des tombes et caveaux apparaissent après démontage des drains (© SDA 04)

Les premières sépultures en cours de dégagement ( © SDA 04)

Les premières sépultures en cours de dégagement ( © SDA 04)

Au-dessus de la sacristie : comprendre l’articulation avec les niveaux supérieurs de l’édifice

Sondage en cours dans les reins de la voûte de la sacristie (© SDA 04)

Sondage en cours dans les reins de la voûte de la sacristie (SDA 04)

Les premières journées de travail ont également porté sur les espaces supérieurs à la sacristie, contigus à un escalier en vis roman, absorbé dans un chemisage moderne sur lequel a été édifié le clocher au cours du XVIIe siècle. L’escalier communique avec une pièce installée au-dessus de la sacristie, par une porte percée dans l’épaisseur du mur. Un sondage pratiqué dans cette pièce, au-dessus des reins de la voûte de la sacristie, permet de mieux appréhender les dispositions originelles de cette partie du bâtiment : le couvrement de la sacristie paraît en effet avoir été entièrement reconstruit, en lieu et place d’une voûte plus ancienne, dont subsistent les premières assises du côté ouest, qui supportent les maçonneries destinées à chemiser l’escalier en vis.

Sondage dans les reins de la voûte de la sacristie : sous la mire, l'amorce de voûte antérieure (© SDA 04)

Sondage dans les reins de la voûte de la sacristie : sous la mire, l’amorce de voûte antérieure (© SDA 04)

La mise en œuvre de cette première voûte, formée par de belles assises régulières de pierres de taille en grès, évoque les méthodes de construction en vigueur dans le reste de l’édifice roman et suggère que cet ouvrage puisse remonter à l’époque de la construction de l’église ou peu après, entre la fin du XIIe et la première moitié du XIIIe siècle. Cette découverte confirme donc la présence d’un espace couvert au sud de la cathédrale, qui devait communiquer avec les bâtiments canoniaux installés dans la partie méridionale du site. Découverte notable : la présence d’un graffiti donnant la date de 1626, dans le passage permettant la communication entre cette pièce et l’escalier donne un terminus pour la reconstruction de ces espaces, qui s’est forcément déroulée avant cette date.

Chronogramme "1626" qui donne un terminus ante quem pour la reconstruction du clocher (© SDA 04)

Chronogramme « 1626 » qui donne un terminus ante quem pour la reconstruction du clocher (© SDA 04)

à suivre…

 


3 réflexions au sujet de « Cathédrale de Senez : nouvelles du chantier… »

  1. Ping : Cathédrale de Senez : un premier bilan de la campagne 2016 | Archéologies en Haute-Provence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *