Une première campagne de fouilles à Petra Castellana

Au mois de juin 2016 a eu lieu la première campagne de fouille programmée sur le site de Petra Castellana, mobilisant une équipe de sept personnes (deux archéologues du SDA 04 et cinq fouilleurs bénévoles). Ce site emblématique de la commune de Castellane est bien connu mais n’avait pourtant jamais fait l’objet de fouilles ou de sondages archéologiques.

dsc_0082

Le site de Petra Castellana vu depuis le Roc (© SDA 04)

Dans les textes du Moyen Âge, le nom de Petra Castellana désigne autant la fortification des sires de Castellane, sur le Roc qui domine la ville, que l’agglomération qui occupe le plateau au nord-est de ce promontoire. On considère traditionnellement que, à une date inconnue (généralement située entre la fin de l’Antiquité et le XIe siècle), les habitants de Castellane quittent la plaine pour s’installer sur ce site fortifié. L’église Saint-André de Petra Castellana est le siège de la paroisse à cette période.

dsc_0087

L’église Saint-André de Petra Castellana (© SDA 04)

Progressivement, avant la fin du XIIe siècle, un bourg se développe dans la plaine, à l’emplacement de la ville actuelle. Son essor est tel qu’en 1262, les fonctions paroissiales sont transférées à Saint-Victor, dans le bourg. Moins de deux siècles plus tard, les habitants de Castellane sont autorisés à prélever des pierres de l’enceinte de Petra Castellana pour construire le clocher de Saint-Victor.

L’enceinte de Petra Castellana et ses tours pleines (© Paul Garcin, Héliceattitude)

C’est sur le castrum (ou agglomération fortifiée) de Petra Castellana que portent les fouilles initiées cette année. Il est délimité par une enceinte maçonnée, renforcée par des tours pleines dont sept subsistent aujourd’hui. Par endroit, la courtine est conservée sur une hauteur de sept mètres. L’une des portes de l’enceinte est encore visible à l’ouest. Les murs de l’église Saint-André sont aussi conservés en élévation, et marquent fortement le site. La présence de multiples pierriers témoigne de l’existence de nombreux bâtiments dans le castrum.

Trois sondages ont été ouverts cette année, dans le cadre de la campagne de fouille, sous couvert d’une autorisation délivrée par le Préfet de Région. Le creusement d’une grande tranchée par la Ville de Castellane, pour alimenter en eau la chapelle Notre-Dame du Roc, a également été suivi par l’équipe de fouille. Un levé topographique de l’ensemble des maçonneries conservées et des pierriers a également été réalisé.

plan-petra-01

Plan général du site de Petra Castellana, avec localisation des sondages et de la tranchée (© SDA 04)

Deux des sondages ont montré que des bâtiments étaient adossés à la courtine. Des aménagements dans cette dernière (niches, ouvertures) montrent que, dès sa construction, il était prévu qu’elle supporte des bâtiments d’au moins deux niveaux. Ceux-ci étaient dotés au rez-de-chaussée de sols de terre battue. Leur abandon semble pouvoir être daté de la fin du Moyen Âge.

DCIM100MEDIADJI_0222.JPG

Aménagements du parement : une latrine à l’étage d’un bâtiment (© Paul Garcin, Héliceattitudes)

La présence de nombreux boulets de pierre sur le site est peut-être à mettre en relation avec sa destruction. Deux de ces boulets se trouvaient en effet posés sur le sol même des bâtiments fouillés, précédant (ou causant) leur démolition.

Le troisième sondage a révélé la présence de bâtiments imperceptibles en surface. Une structure circulaire creusée dans le sol est antérieure à leur édification. Il s’agit sans doute d’un silo (sur l’ensilage médiéval, voir ici), que l’on peut dater par son mobilier céramique de la période de fonctionnement du site (XIe-XIIIe siècle). Quant à la tranchée, elle a permis surtout d’évaluer l’état de conservation du site et de cartographier les secteurs où le rocher est à nue et ceux qui ont fait l’objet d’un recouvrement plus important, protégeant mieux les structures archéologiques.

dsc_0126

Sondage 1 : sol de terre battue et boulet de pierre reposant sur ce dernier (© SDA 04)

Cette première campagne de fouille donne donc une meilleure lecture de l’ensemble du site et de l’état de conservation des vestiges. Si l’enceinte n’est pas datée de façon objective, l’absence de tout indice d’occupation antique sur le site amène à considérer comme peu vraisemblable l’hypothèse d’une datation de la fin de l’Antiquité, et conduit plutôt à envisager qu’elle a été édifiée au cours du Moyen Âge central. Les prochaines campagnes de fouille permettront certainement de confirmer ou d’infirmer cette hypothèse et de mieux comprendre l’organisation et les modes de construction du site.


Une réflexion au sujet de « Une première campagne de fouilles à Petra Castellana »

  1. Ping : Petra Castellana, campagne de fouille 2017 | Archéologies en Haute-Provence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *