Cathédrale de Senez : un premier bilan de la campagne 2016

La campagne de fouilles archéologiques 2016 de la cathédrale de Senez s’est clôturée le jeudi 22 septembre dernier, après 6 semaines de terrain. Cette opération archéologique, portée par le Département des Alpes de Haute-Provence, a été soutenue par la mairie de Senez, ainsi que par le Ministère de la Culture et de la communication (Service régional de l’archéologie et Conservation régionale des Monuments historiques de la DRAC Paca). La fouille a mobilisé des archéologues du SDA 04, ainsi qu’une équipe de 5 stagiaires bénévoles. Comme expliqué dans les précédents billets (à retrouver ici et ici), les investigations portaient sur la partie sud-est de la cathédrale et plus précisément sur les secteurs de la sacristie et du clocher. Les résultats sont prometteurs et permettent de mieux cerner l’évolution architecturale de l’édifice depuis la fin de l’Antiquité, ainsi que son utilisation funéraire au cours du Moyen Âge. Nous résumons ici les principales conclusions de l’opération, en attendant l’analyse plus poussée qui sera effectuée dans le cadre de la rédaction du rapport de fouille.

Vues de la sacristie en cours de fouille et à la fin de l'opération (© SDA 04)

Vues de la sacristie en cours de fouille et à la fin de l’opération (© SDA 04)

Avant la cathédrale : les vestiges d’une église antérieure

La construction de la cathédrale actuelle remonte à la fin du XIIe siècle. Une date est même donnée par certains auteurs pour le démarrage du chantier, qui aurait débuté en 1176. Bien que la source dont est issue cette indication soit douteuse, les caractéristiques architecturales de l’édifice confirment une construction autour de cette période, durant laquelle sont presque entièrement réédifiées les cathédrales de Haute-Provence (Digne, Embrun, Sisteron, Entrevaux, etc.) dans un style architectural très caractéristique, que l’historien d’art Jacques Thirion avait autrefois qualifié d’art roman «alpestre ».

Vue du chœur de la cathédrale depuis la partie centrale de la nef

Vue du chœur de la cathédrale depuis la partie centrale de la nef (© SDA 04)

Les fondations de l'église antérieure, découvertes en 2012 au sud-ouest de la cathédrale actuelle (© SDA 04)

Les fondations de l’église antérieure, découvertes en 2012 au sud-ouest de la cathédrale actuelle (© SDA 04)

Comme à Notre-Dame du Bourg de Digne – où des fouilles archéologiques conduites à partir du début des années 1980 avaient permis de mettre en évidence les phases d’occupation successives qui avaient précédé la construction de la cathédrale actuelle –, on présumait que la cathédrale de Senez était édifiée sur les vestiges d’une église plus ancienne. Cette hypothèse avait été confirmée lors des diagnostics conduits en 2012 et 2014 par le Service départemental d’archéologie, et au cours desquels était apparu un vaste bâtiment, large d’environ 13 mètres et légèrement décalé vers le sud-ouest par rapport à la cathédrale actuelle. Au vu de ses dimensions et de sa position, cet édifice – contre lequel étaient installées des sépultures depuis le haut Moyen Âge – s’apparentait donc à l’église qui avait précédé la cathédrale de la fin du XIIe siècle.

Le levé d’un nouveau plan de la cathédrale avait en outre permis de mettre en évidence la présence d’une arase de mur à la base du clocher de la cathédrale actuelle, qui s’inscrivait parfaitement dans le prolongement du mur sud de l’édifice retrouvé dans les sondages. Cette découverte, ainsi que la présence de plusieurs anomalies dans la construction de cette partie de l’édifice, laissaient penser que certaines parties de la première église avaient été conservées dans le soubassement du clocher. Le dégagement des parties basses de ce clocher, réalisé dans le cadre de la campagne 2016, a permis de confirmer cette hypothèse, puisque l’arase de mur reconnue en 2014 se prolonge vers l’est, conservée dans les élévations, et semble former un retour à angle droit qui pourrait correspondre à l’extrémité orientale d’une première église de plan rectangulaire. Plus à l’est, dans la sacristie, un second mur, moins large, reconnu sous les sépultures médiévales, pourrait s’apparenter à une extension de ce premier édifice (chevet ?), voire à un bâtiment plus ancien. La datation de cette première église reste encore à établir, mais il pourrait s’agir d’un édifice de la fin de l’Antiquité ou du haut Moyen Âge.

La sacristie en cours de fouille. On aperçoit, du côté droit, l'arase d'un mur qui pourrait appartenir au chevet de la première église

La sacristie en cours de fouille. On aperçoit, du côté droit, l’arase d’un mur qui pourrait appartenir au chevet de la première église (© SDA 04)

Évolutions et transformations architecturales

Cette première église connaît une longue histoire architecturale, marquée par des transformations successives. Les opérations de 2012 et 2014 avaient ainsi mis en évidence la présence d’une extension accolée contre l’angle sud-ouest du mur de façade et un puissant massif de maçonnerie inséré contre son mur sud.

Les observations archéologiques réalisées sur les élévations de la cathédrale au cours de la campagne 2016 ont permis de mieux saisir certains aspects de cette évolution architecturale. Il semble en effet qu’un clocher ait été accolé contre l’angle sud-est du premier édifice au cours du XIe ou au début du XIIe siècle. Lors de la reconstruction de la cathédrale, à la fin du XIIe siècle, la nouvelle église est décalée de quelques mètres vers le nord-est par rapport à l’ancien édifice, qui est alors entièrement arasé. Le clocher roman est en revanche conservé. L’espace vide entre la nouvelle cathédrale et l’ancien clocher est utilisé pour la construction d’un escalier en vis, qui permet de desservir les accès aux différents niveaux du clocher. Bien plus tard, au cours des XVIIe et XVIIIe siècle, après les dommages causés par les guerres de Religion à la fin du XVIe siècle, l’ancien clocher roman est abandonné au profit d’un nouveau clocher, installé au-dessus du massif qui abrite l’escalier en vis, surélevé de plusieurs mètres pour l’occasion.

Lithographie de la cathédrale, avant 139 (AD 04)

Lithographie de la cathédrale, av. 1839. On devine, au sud du clocher, les vestiges du clocher primitif (© AD 04)

Enfin, lors des premiers travaux de restauration conduits sur la cathédrale, en 1839, les vestiges du clocher roman – que l’on devine encore sur une lithographie du début du XIXe siècle – sont définitivement arasés pour aménager un puissant soubassement en glacis qui vient enserrer la base du nouveau clocher. Les vestiges du premier clocher ne sont cependant pas entièrement détruits, puisque le mur nord et une partie du mur est sont conservés, enserrés entre le soubassement en glacis, l’escalier en vis et le rehaussement moderne du clocher.

Le nettoyage de l’escalier en vis, ainsi que des sondages pratiqués dans les élévations permettent aujourd’hui d’identifier les différentes parties de ces maçonneries, conservées sur plusieurs niveaux successifs, jusqu’à la corniche sommitale qui devait former le couronnement du premier clocher. Comme à Notre-Dame du Bourg de Digne, celui-ci se présentait sous la forme d’une tour, sans doute de plan carré, formée par une embase maçonnée en moellons et une partie haute appareillée en pierre de tuf soigneusement taillée. Deux ouvertures apparaissent encore sous la corniche sommitale, protégées par les remblais utilisés pour assoir la surélévation du nouveau clocher à l’époque moderne.

Vestiges de la corniche sommitale du mur nord du clocher roman, reconnu au sommet de l'escalier en vis. On devine, sous la corniche, l'amorce de deux arcs

Vestiges de la corniche sommitale du mur nord du clocher roman, reconnu au sommet de l’escalier en vis. On devine, sous la corniche, l’amorce de deux arcs (© SDA 04)

La cathédrale comme dernière demeure

Au cours de la fouille de la sacristie, 16 structures funéraires datant de la seconde moitié du Moyen Âge voire de l’époque moderne ont été découvertes. Dix ont pu être fouillées, parfois partiellement. Pour l’essentiel, il s’agissait d’inhumations individuelles mais 3 caveaux ont également été retrouvés. L’espace de la sacristie est intégralement occupé par les tombes, orientées tantôt ouest-est tantôt nord-sud. Celles-ci présentent de nombreuses superpositions et recoupements, qui ont abouti quasi-systématiquement au dépôt secondaire des ossements perturbés dans les nouvelles sépultures. Certaines de ces tombes sont antérieures à la construction du mur sud de la sacristie qui les recoupe.

Les sépultures répondent à une typologie variée : fosses en pleine terre, coffrages en grès, cercueil ou encore caveaux maçonnés, dont un était doté d’un système de « pourrissoir » (sur les caveaux de la fin du Moyen Âge, voir cet article). Certaines des sépultures du site ont livré du mobilier, comme des épingles de linceul, des boucles de ceintures et de chaussures ou des céramiques grises, communément dénommées « pégaus ». Le sédiment particulièrement argileux a permis également la préservation de mobilier organique, tels que des éléments de tissus provenant vraisemblablement de linceuls ou du bois de cercueil.

Bien que l’étude biologique de ces individus n’ait pas encore été réalisée, un rapide examen préliminaire semble indiquer que nous sommes en présence d’hommes assez âgés et ayant probablement bénéficié de conditions de vie privilégiées. L’intégrité des corps de 14 d’entre eux était maintenue dans les sépultures mais le nombre total d’individus mis au jour semble avoisiner pour cette opération la quarantaine, peut-être plus, en prenant en compte les ossements perturbés. Une telle densité d’inhumation illustre bien l’attraction que ce lieu pouvait exercer sur la population, notamment religieuse, désireuse d’être inhumée au plus près du sanctuaire.

Dépôt primaire dans le caveau 503 et dépôt secondaire dans une fosse voisine, installée contre les fondations de la cathédrale du XIIe siècle

Dépôt primaire dans le caveau 503 et dépôt secondaire dans une fosse voisine, installée contre les fondations de la cathédrale du XIIe siècle (© SDA 04)

Les premiers résultats de la campagne 2016 sont particulièrement précieux : la mise en évidence des maçonneries d’une première église, dont certaines sont encore conservées dans les élévations, constitue un apport important pour comprendre les origines de la cathédrale actuelle. La découverte des vestiges du clocher roman, conservé sur plus de 10 mètres de hauteur, offre en outre une démonstration de l’intérêt de la démarche archéologique poussée vers l’analyse des élévations. Enfin, la présence de nombreuses sépultures offre l’occasion d’une analyse poussée des pratiques funéraires à l’époque médiévale, dans un contexte encore inédit.

Les recherches sur la cathédrale de Senez doivent se poursuivre au cours de l’année 2017. En effet, la campagne 2016 n’a pas permis de dégager la totalité des structures anciennes présentes dans la sacristie. La poursuite des fouilles et de l’étude des élévations permettra de vérifier les hypothèses que nous venons de présenter et d’étoffer encore notre connaissance de ce monument méconnu, dont l’histoire se dévoile progressivement.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *