Castellane : suivi de travaux à la chapelle Notre-Dame-du-Roc

La chapelle Notre-Dame-du-Roc est un monument emblématique de la commune de Castellane : construite sur le Roc qui domine le bourg, elle est par ailleurs le seul témoin visible de la fortification des sires de Castellane, prise par Charles d’Anjou en 1262 et détruite sur ordre de Louis XI en 1483. On le sait, la chapelle a connu de nombreuses transformations, à la suite par exemple des guerres de Religion au XVIe siècle : reconstructions partielles, adjonction d’une sacristie, etc.

Castellane et le Roc. Cliché Paul Garcin Hélice attitude

Castellane et le Roc (Paul Garcin, Hélice attitude)

Les travaux de restauration actuellement en cours sur les extérieurs de la chapelle ont donné l’opportunité de réaliser des observations sur cet édifice et ses abords immédiats, et s’inscrivent dans la continuité de la fouille initiée en juin 2016 sur le site voisin de Petra Castellana.

La chapelle se présente aujourd’hui comme un édifice à une nef, large de 8 m et long de 22,70 m. Son abside est actuellement outrepassée côté nord. Une sacristie de 8,6 m par 4,8 m lui est accolée au sud-est.

La nef de la chapelle

La nef de la chapelle (SDA04)

La façade sud de l’édifice est habituellement considérée comme le reste le plus ancien de la chapelle. Cette élévation romane comportait à l’origine un grand portail et deux ouvertures hautes. Le portail et l’une des fenêtres ont été murés par la suite, et deux autres fenêtres ont été percées. La troisième des fenêtres d’origine est encore visible dans la sacristie.

Photographie redressée du mur sud de la chapelle

Photographie redressée du mur sud de la chapelle (SDA04)

Les élévations de la chapelle, à l'étage de la sacristie

Les élévations de la chapelle, à l’étage de la sacristie (SDA04)

Le mur nord de la chapelle a été détruit (le prieur Laurensi, dans son Histoire de Castellane, affirme que c’est au cours des guerres de Religion) puis reconstruit un peu plus au sud, rendant la nef plus étroite. C’est à la suite de ce rétrécissement que l’abside a dû être transformée et que, d’un plan semi-circulaire assez classique, elle a pris la forme outrepassée qu’on lui connaît aujourd’hui.

La façade ouest, où se trouve le portail actuel, a été construite par la suite, sans doute en s’appuyant sur la façade antérieure. Elle a probablement été édifiée au cours du XIXe siècle.

Le chevet de la chapelle

Le chevet de la chapelle

Quant au chevet, il n’a pas encore été traité dans le cadre du chantier de restauration.

 

Il est parfois interprété comme une ancienne tour du château, qui aurait fait l’objet d’un réaménagement, mais rien ne conforte aujourd’hui cette hypothèse, en-dehors de son plan outrepassé (mais qui peut s’expliquer, comme on l’a dit, par les modifications du bâtiment). Il porte les traces visibles de plusieurs transformations (ouvertures bouchées, nouvelles ouvertures créées, reprises de maçonnerie…) et fera l’objet d’observations approfondies lorsque le chantier le permettra.

La sacristie a, pour sa part, connu de multiples transformations. On ignore la date de sa construction, mais Jacques Thirion, qui a étudié l’édifice, assure qu’elle est rebâtie après 1775. Par la suite, elle est agrandie vers l’est.

Autour de la chapelle et de sa sacristie, une tranchée (large de 30 cm environ et profonde de 50 cm) a été creusée pour installer un câble de paratonnerre. Dans cette tranchée, sept maçonneries ont été découvertes : il s’agit de bâtiments qui appartenaient sans doute, au moins pour partie d’entre eux, à la forteresse médiévale. Certaines de ces maçonneries sont vraisemblablement antérieures à la construction de la façade romane de la chapelle.

La tranchée au nord de la chapelle

La tranchée au nord de la chapelle

Mur d'un bâtiment au sud de la chapelle

Mur d’un bâtiment au sud de la chapelle

Sous cette même façade, une fondation dont l’orientation est un peu différente de celle du mur lui-même pourrait indiquer l’existence d’un bâtiment lui aussi antérieur à la chapelle dans son état actuel.

Une fondation de bâtiment sous la façade sud de la chapelle

Une fondation de bâtiment sous la façade sud de la chapelle

La surface du rocher a aussi fait l’objet de nombreux aménagements : elle a été entaillée pour asseoir les fondations, retaillée par endroit pour permettre la construction d’un bâtiment et des marches ont été taillées dans sa surface.

Ces observations, qui seront complétées lorsque les travaux de restauration reprendront, permettent d’ores et déjà de mieux comprendre l’évolution de la chapelle. Elles ont aussi montré que la destruction du château en 1483 n’avait pas été complète, mais que des maçonneries subsistaient. Une étude archéologique du château serait difficile du fait de l’importance de ces démolitions, mais elle apporterait indubitablement des connaissances renouvelées sur cet édifice.


2 réflexions au sujet de « Castellane : suivi de travaux à la chapelle Notre-Dame-du-Roc »

  1. Inutile de vous dire qu’une étude archéologique du château m’intéresserait au plus haut point! Y-a-t-il un espoir?

    • Bonjour,
      Actuellement, les recherches se concentrent sur le site d’habitat voisin de Petra Castellana et notre intervention sur le château est réalisée uniquement sous forme d’un suivi, dans le cadre des travaux de rénovation de la chapelle. Jusqu’à maintenant nous n’avions d’ailleurs aucune certitude que des vestiges soient conservés sur la plate-forme sommitale. Cette opération devrait donc déjà permettre d’avoir une idée un peu plus précise du potentiel archéologique du site. Gardez espoir : nos recherches sur Castellane sont sans doute loin d’être achevées…
      Bien cordialement.
      Mathias Dupuis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *