Villeneuve, les sépultures du Pigeonnier de l’Ange

À l’hiver 2014, la découverte fortuite de plusieurs sépultures a été signalée sur la commune de Villeneuve, située dans la moyenne vallée de la Durance. Localisées dans le quartier du Pigeonnier de l’Ange, au nord-est de la commune, elles ont été mises au jour lors de la construction d’un lotissement.

Sépultures [1] et [2] apparaissant sur le bord d’une tranchée (SDA 04)

Face à cette découverte fortuite, le Service départemental d’archéologie des Alpes de Haute-Provence a été chargé d’effectuer des sondages sur les parcelles entourant le site afin d’estimer son étendue et d’évaluer l’impact potentiel de la poursuite des travaux sur cette zone funéraire. L’absence de nouvelles découvertes dans ces sondages a, par la suite, conduit à la décision de fouiller les vestiges visibles.

Réalisation de tranchées de sondages afin de cerner l’étendue du site (SDA 04)

Les 5 sépultures découvertes correspondent à des inhumations dans des coffrages dits « en bâtière », c’est-à-dire à section triangulaire, constitués de lauzes ou de tegulae (tuiles romaines). Il s’agit d’un type de tombe très répandu dans la région entre les Ve et VIIIe siècles. Regroupées sur une zone d’une trentaine de mètres carrés, elles suivent globalement la même orientation sud-ouest / nord-est. Quatre d’entre elles sont alignées sur une rangée, espacées d’une quarantaine de centimètres.

Les mêmes sépultures [1] et [2] après la fouille de leur coffrage (SDA 04)

Tracés digitées sur une tegula provenant d’une des tombes (SDA 04)

Les tombes ont livré les restes de 6 individus : 5 adultes des deux sexes et un jeune enfant. L’une d’entre elles présentait le squelette réduit d’une femme adulte placé sur les jambes d’un nouvel occupant, une jeune femme d’une vingtaine d’années. La sépulture d’un jeune enfant, âgé entre 1 et 3 ans, a été retrouvée accolée à cette tombe et soulève l’hypothèse de la volonté d’un rapprochement familial.

Aucun élément de mobilier n’a été découvert. Afin d’obtenir une datation précise de ce site, des analyses radiocarbones (carbone 14) ont été effectuées sur deux des sépultures et désignent une fourchette large allant du IVe au VIIe siècle, plus probablement les Ve-VIe siècles.

Sépultures [1] et [2] en fin de fouille, la sépulture de droite est celle d’un jeune enfant, une réduction est visible sur les jambes de l’individu de gauche (SDA 04).

Ce site funéraire correspond à un ensemble modeste, bien qu’une extension de la nécropole soit envisageable au sud des tombes mises au jour. Il pourrait alors être lié à des sites d’habitat localisés à proximité, dont la continuité s’observe depuis l’Antiquité : une villa gallo-romaine est ainsi située à quelques centaines de mètres au nord-est, puis durant le haut Moyen Âge l’église Saint-Saturnin (possession du monastère de Baulis), ainsi qu’une motte castrale datant au plus tôt de la fin du haut Moyen Âge, sont positionnés immédiatement en contrehaut de la nécropole.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *