Prieuré de Salagon : premiers résultats du diagnostic archéologique

Le prieuré médiéval de Salagon, aujourd’hui Musée et Jardins de Salagon, va faire l’objet de travaux destinés entre autres à en faciliter l’accès pour les personnes à mobilité réduite. Ces travaux impliquent des terrassements, déblais et remblais, de faible profondeur, mais dont il était nécessaire d’évaluer l’impact sur les vestiges archéologiques sous-jacents. De ce fait, un diagnostic archéologique a été prescrit par le Préfet de Région. Ce diagnostic a été conduit sur le terrain entre le 13 et le 29 mars 2017 par le Service départemental d’archéologie des Alpes de Haute-Provence. L’organisation du diagnostic (répartition des sondages, stratégie mise en œuvre) a été élaborée en concertation avec le Service régional de l’archéologie et la direction du musée. Plusieurs archéologues et chercheurs qui ont eu par le passé l’occasion d’étudier ce site ont également été associés à ce diagnostic, apportant leur expertise et leur connaissance fine de son patrimoine.

Le prieuré de Salagon, vu du sud, pendant le diagnostic (© SDA 04)

Un site archéologique et culturel majeur

Sur le site de Salagon, plus de soixante ans d’études archéologiques ont permis de collecter une documentation riche, qui a fait l’objet d’un collationnement et de reprises dans les années 2000 et qui met en lumière une occupation complexe, inscrite dans la longue durée (voir le dossier récemment consacré à Salagon dans la Lettre d’information des patrimoines) . Au nord des bâtiments, une occupation néolithique et protohistorique est apparue lors d’un diagnostic archéologique récent. Si aucun indice ne peut être associé à ces périodes anciennes sur le site du prieuré lui-même, les campagnes de fouilles antérieures ont mis au jour une occupation du Ier siècle après J.-C. à laquelle succède une villa antique à la fin de ce même siècle. Cette villa est réaménagée au cours de l’Antiquité tardive et un édifice, interprété comme une basilique funéraire paléochrétienne, y est construit au Ve siècle. Les transformations successives de cette basilique jusqu’au VIIIe siècle ont pu être identifiées par les fouilles menées sur le site au cours des années 1990. Si l’époque carolingienne apparaît peu dans l’évolution des bâtiments, l’église romane et les bâtiments qui lui sont associés montrent le dynamisme et l’essor du prieuré entre le XIIe siècle et les Temps modernes. Guy Barruol a proposé, à partir de 1980, une étude d’ensemble de l’église et des bâtiments du prieuré. Cette étude, qui porte tant sur l’organisation des bâtiments, leur structure et leur évolution que sur leurs décors, a permis de définir un cadre pour toutes les études ultérieures du prieuré.

Dans le courant du XIXe siècle, Salagon devient une ferme, jusqu’aux travaux de l’association Alpes de Lumière qui conduisent à l’achat du site par le Département et à sa valorisation comme musée.

Premiers résultats

Toutes les interventions sur le sous-sol du prieuré ont par ailleurs montré la présence, dans et autour de l’église, de nombreuses sépultures réparties entre l’Antiquité tardive et les Temps modernes.

Les dix sondages de diagnostic ouverts en 2017 sont répartis au nord, au sud et à l’ouest de l’ensemble prieural actuel. Leur répartition, contrainte par l’emprise du projet, visait avant tout à localiser et dater les vestiges qui pourraient être menacés par ce projet. Il s’agissait aussi, dans la mesure du possible, de compléter d’une part les données déjà connues sur l’ensemble monumental et de proposer d’autre part une première étude de cette zone périphérique au prieuré, qui n’avait jusqu’à présent fait l’objet que de suivis de réseaux très ponctuels.

Les sépultures, dont la présence était attendue, se sont avérées remarquablement nombreuses. Les ossements épars dans la terre de cimetière et les réemplois de tombes et d’emplacements de tombes sont des corolaires de cette forte densité des inhumations. Les sondages de diagnostic ont montré que les premières se trouvaient à une profondeur extrêmement faible, parfois immédiatement sous une fine couche de terre végétale. Cet état de fait peut être mis en relation avec la densité de ce cimetière, mais aussi avec des terrassements postérieurs. Ainsi un sarcophage en calcaire, dont l’appartenance au premier Moyen Âge est très probable, est-il apparu à une profondeur de 10 cm seulement, ce qui implique vraisemblablement l’oblitération de sépultures ultérieures. Les tombes sont de types variés (bâtière sous lauze, coffrages de pierre, cercueil, sarcophages), ce qui caractérise une utilisation du lieu entre le début du Moyen Âge et les Temps modernes, malgré la rareté du mobilier archéologique associé aux sépultures. Si l’étude anthropologique est en cours, la présence d’individus des deux sexes et d’enfants, parfois très jeunes, montre un recrutement démographique qui dépasse largement le cadre strict du prieuré.

Deux des sépultures médiévales, sous la terre végétale (© SDA 04)

En-dehors des sépultures, aucune structure de la villa ou de l’occupation antique n’a été mise au jour. La présence résiduelle de fragments de tegulae dans des niveaux stratigraphiques par ailleurs associés au Moyen Âge ou aux Temps modernes peut marquer la proximité des bâtiments antiques, mais ces tuiles peuvent aussi provenir de l’aménagement de sépultures plus récentes.

Une maçonnerie apparue devant la façade de l’église romane est interprétée comme le vestige d’un édifice antérieur, qui pourrait compléter le plan établi pour la première basilique.

Le sondage 3, au droit de la façade de l’église, a permis d’en étudier les fondations (© SDA 04)

 

Les informations sont plus denses quant à l’occupation médiévale du site : un mur mis au jour au pied du logis prieural semble caractériser un bâtiment plus ancien que le logis actuel, marqué par des transformations de la Renaissance mais qui comporte aussi des parties romanes. Plus à l’ouest, une maçonnerie assez large pourrait marquer la présence d’une clôture ou d’une enceinte autour du prieuré ; aucun indice d’une telle clôture n’avait été mis au jour à Salagon jusqu’à présent. Un silo contenant quelques tessons de céramique médiéval est apparu au sud du prieuré.

Le diagnostic a également révélé la présence d’un four à chaux, aménagé dans le substrat, d’un diamètre de trois mètres et dont la profondeur conservée est supérieure à 1,80 m. Dans l’attente d’une datation absolue de cette structure, on peut envisager de l’associer à l’importante phase de travaux que connaît le prieuré au début de la Renaissance.

Le four à chaux vu depuis le logis du prieuré (© SDA 04)

Enfin, une allée caladée également apparue sous la terre végétale, à très faible profondeur, prolonge un chemin observé dans la parcelle au nord du prieuré. Le mobilier archéologique présent sur ses pierres montre qu’elle a pu être utilisée dans le courant du XIXe voire du XXe siècle. Un sondage réalisé dans cette calade montre qu’elle ne semble pas succéder à un état plus ancien du chemin, et que des individus ont été inhumés à son emplacement avant qu’elle ne soit construite.

L’église prieurale et l’allée caladée vues depuis le nord (© SDA 04)

Perspectives

Le diagnostic conduit sur le prieuré de Salagon apporte de nouvelles données et de nouveaux questionnements sur l’organisation de cet ensemble, dans l’espace comme dans la durée : présence probable d’un mur de clôture, extension de l’église ancienne, structuration de l’espace dans les états les plus récents en particulier. Le four à chaux, quelle qu’en soit la datation, est la première manifestation tangible d’un chantier de construction sur le site.

À la suite du diagnostic, le Préfet de Région pourra, s’il l’estime nécessaire, prescrire une fouille archéologique préventive qui permettra d’étudier les vestiges effectivement menacés par l’aménagement projeté. Une demande d’autorisation pour la conduite d’une fouille archéologique programmée sera vraisemblablement déposée par ailleurs ; cette fouille permettra de prolonger l’étude de certaines structures que le projet ne met cependant pas en danger, dans la perspective d’une meilleure connaissance des états anciens du site.

Pour conclure, le diagnostic archéologique conduit en mars 2017 au prieuré de Salagon a produit des résultats riches et qui complètent les connaissances déjà nombreuses sur ce site de premier plan. Son bon déroulement est le fruit d’une entente et d’une coordination efficaces entre les différents intervenants : Service régional de l’archéologie, Conservation régionale des Monuments historiques, Conservation du musée, aménageur et Service départemental d’archéologie.

Bibliographie

Barruol 1977

BARRUOL (G.). – Provence romane, tome 2, la Haute-Provence, Zodiaque, la Pierre-qui-vire 1977.

Barruol 2013

BARRUOL (G.). – Salagon, le prieuré, Musée de Salagon, Mane 2013.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *