Senez : une nouvelle campagne de fouille dans la cathédrale

Les investigations archéologiques dans la cathédrale de Senez ont débuté en 2012 dans le cadre d’un diagnostic d’archéologie préventive, puis se sont poursuivies depuis 2016 à l’intérieur de l’édifice. Ces différentes opérations ont permis de retracer les grandes lignes de l’histoire du monument, depuis les origines de la ville romaine de Sanitium, que les textes mentionnent dès le Ier siècle de notre ère, jusqu’aux dernières transformations de la cathédrale au cours des restaurations du XIXe siècle. À l’issue de la fouille de la sacristie, achevée en 2017, une nouvelle et dernière campagne de recherche archéologique à débuté à la fin du mois d’août 2018. Le principal objectif de cette opération, réalisée dans le cadre du projet européen TRA[ce]S (Transmettre la recherche archéologique dans les Alpes du Sud), consiste à évaluer le potentiel archéologique à l’intérieur de l’église et retrouver les vestiges des constructions primitives conservées sous la cathédrale.

Les premiers coups de truelle dans la nef de la cathédrale de Senez, en septembre 2018 (SDA 04)

Le sondage archéologique dans la nef de la cathédrale

Localisation des sondages ouverts entre 2012 et 2017 (SDA 04)

Les opérations précédemment conduites dans la partie sud de l’église ont révélé la présence de plusieurs états de construction antérieurs au chantier de la cathédrale romane, situé entre la fin du XIIe et le cours du XIIIe siècle. La fouille de la sacristie et de la cage de l’escalier en vis desservant le clocher de l’église a ainsi livré les vestiges d’un mur antique, scellé par des niveaux d’abandon attribués au début du IVe siècle d’après le mobilier qu’ils contenaient (monnaies, céramique…). Ces niveaux sont eux-mêmes recoupés par la construction d’un bâtiment à vocation funéraire, comme l’indique la concentration de sépultures de l’Antiquité tardive installées contre son parement. La bâtiment correspondant, identifié immédiatement au sud du mur gouttereau de la cathédrale actuelle, se prolonge donc probablement vers le nord, dans l’emprise de la nef de l’église.

La sacristie à l’issue de la campagne de fouille 2017 (SDA 04)

Par la suite, cet édifice funéraire est agrandi ou remplacé par une église de plan rectangulaire, dont des éléments sont susceptibles d’être conservés sous la nef de la cathédrale. La prospection géophysique conduite en 2017, qui utilise la technique du radar à pénétration de sol, a par ailleurs permis de visualiser une importante anomalie, dont la forme pourrait s’apparenter à une abside liée à l’église primitive. Ce point reste donc à vérifier par une véritable fouille archéologique.

De nouvelles investigations au sud de l’église

Cette campagne de fouille offre par ailleurs l’opportunité d’explorer un terrain vierge attenant à la terrasse qui borde la cathédrale du côté sud, où avait porté les premiers diagnostics archéologiques conduits sur le site en 2012 et 2014. Cette parcelle, qui monte en légère pente vers la colline des Clots nous intéresse à plusieurs titres : il s’agit de cerner l’extension maximale et l’emprise de l’important cimetière qui se développe au sud de la cathédrale depuis la fin de l’Antiquité, mais aussi de dégager de façon plus poussée les structures archéologiques antiques ou alto-médiévales recoupées par les phases d’inhumation successives. Les observations ainsi effectuées permettront d’étayer la connaissance du potentiel archéologique de la commune, où les recherches archéologiques sont encore très peu nombreuses.

Ouverture des sondages dans la parcelle 167, au sud de la cathédrale, en septembre 2018 (SDA 04)

Un chantier avant le chantier

Réaliser un sondage archéologique dans une église encore utilisée pose plusieurs problèmes techniques et logistiques qu’il est nécessaire d’anticiper pour permettre le bon déroulement de l’opération. D’autant plus lorsque l’édifice concerné abrite, comme à Senez, un important mobilier liturgique dont il est indispensable d’assurer la protection. La première étape a consisté à faire installer des coffrages de bois, destinés à protéger les stalles en noyer du XVIIe siècle entre lesquelles doit être ouvert le sondage archéologique. L’ensemble du mobilier installé contre les parois de la nef a ensuite été emballé dans des housses de protection confectionnées en Tyvek, un matériau respirant et étanche à la poussière fine, spécialement prévu pour la conservation préventive des œuvres d’art.

Une vue de la nef de la cathédrale depuis l’ouest, après emballage du mobilier, en septembre 2018 (SDA 04)

L’étape la plus délicate a concerné l’emballage d’un ensemble de tapisseries des Flandres et d’Aubusson, pour lesquelles il a été nécessaire d’utiliser des nacelles élévatrices. Ces dernières ont permis de réaliser une couverture photographique des parties hautes des parements intérieurs de la nef. Cette opération a été réalisée avec l’aide d’une restauratrice spécialisée dans les textiles.

Emballage des tapisseries, septembre 2018 (SDA 04)

Une fois l’ensemble du mobilier emballé, la dépose du dallage de la nef peut débuter afin d’accéder aux niveaux archéologiques affleurants sous le sol du XIXe siècle.

Le dallage en cours de dépose, septembre 2018 (SDA 04)

à suivre…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.