Fête de la Science 2020

IMPORTANT : En raison du passage du département en vigilance météorologique orange, la fête de la Science est annulée.

Samedi 3 et dimanche 4 octobre, le SDA 04 animera un stand au Village des Sciences de Manosque afin de présenter la fouille préventive d’un cimetière médiéval réalisée récemment.

En effet, en décembre dernier, de nombreuses tombes ont été mises au jour à Manosque, lors de la construction d’une maison. Face à l’ampleur de cette découverte fortuite, une fouille archéologique préventive a été prescrite par le Service régional de l’archéologie (DRAC PACA) et effectuée par le SDA 04. Cette fouille a permis de mettre au jour un vaste cimetière datant de la seconde moitié du Moyen Âge. Les archéologues ont alors pu étudier les pratiques funéraires en vigueur ainsi que la population qui y a été inhumée. À l’issue de la fouille, les vestiges archéologiques ont été prélevés, libérant ainsi le terrain pour la poursuite de la construction. Venez nous rencontrer (ainsi que de nombreux autres partenaires) sur l’esplanade du cinéma CGR pour découvrir les méthodes de l’archéologie, ainsi que les résultats de cette étude inédite portant sur une partie de la population manosquine il y a 800 ans.

Inhumations en cercueils de bois cloués – SDA 04

Version italienne des Cahiers archéologiques de Haute-Provence

Inscrit dans le cadre du programme Interreg-Alcotra, le projet TRA[ce]S (Transmettre la recherche archéologique dans les Alpes du Sud) a permis entre 2017 et 2020 la fouille et la valorisation de nombreux sites archéologiques en France et en Italie.

Dans les Alpes de Haute-Provence, c’est dans ce projet que se sont inscrites les dernières campagnes de fouille des sites de Petra Castellana et de l’ancienne cathédrale de Senez. Les Cahiers archéologiques de Haute-Provence, qui présentent le résultat de ces fouilles et sont destinés à un large public, ont été édités dans le cadre de ce projet. Ils sont désormais également disponibles en version italienne en ligne, et seront prochainement accessibles sous leur forme imprimée.

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02538994v2/file/ARCHEO_04-cahier1-CASTELLANE-IT.pdf
https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02539225/file/ARCHEO_04-cahier2-SENEZ-IT.pdf

Rencontres des Patrimoines 2020

À l’occasion des 14e Rencontres des Patrimoines, l’association Petra Castellana organise le samedi 26 septembre, en partenariat avec la Communauté de Communes Alpes-Provence-Verdon, une rencontre gratuite et sans réservation autour de l’ancienne cathédrale de Senez.

En effet, celle-ci a fait l’objet ces dernières années de fouilles archéologiques programmées, financées de 2017 à 2019 dans le cadre du projet européen Interreg Alcotra TRA[ce]S (Transmettre la recherche archéologique dans les Alpes du Sud), qui vise à la connaissance et à la valorisation de plusieurs sites dans le département des Alpes de Haute-Provence et la province de Cunéo en Italie.

À 14h, Mathias Dupuis (conservateur du patrimoine, en charge des fouilles de Senez) effectuera une visite commentée de l’église Notre-Dame de l’Assomption et de ses évolutions au fil des deux derniers millénaires. À l’issue de celle-ci, Vincent Buccio (chef du SDA 04) inaugurera l’exposition permanente, également financée dans le cadre du projet TRA[ce]S, présentant les résultats des campagnes de fouilles archéologiques menées dans et aux abords de cette dernière. À 16h, une conférence menée par Elise Henrion (archéo-anthropologue au SDA 04) se concentrera sur la gestion des morts et des pratiques funéraires à Senez à travers le temps. À noter qu’en raison de la situation sanitaire liée à l’épidémie de coronavirus, la conférence ne se fera pas à la salle communale, mais en extérieur, sur la terrasse du bistrot de pays l’Azimut.

La rencontre se clôturera par un apéritif offert par l’association Petra Castellana. Venez nombreux (et masqués) !

Le vieux Montlaux : nouvelles technologies et patrimoine en péril

Voilà quelques années que la mairie de Montlaux s’attache à redécouvrir et valoriser son vieux village. Situé bien à l’écart de l’église et de la mairie actuelle, ses vestiges sont abandonnés aux broussailles depuis plus d’un siècle.  Parmi les imposants tas de pierres qui parsèment l’éperon, les débroussaillages menés par les Montlarains ont révélés les façades de maisons alignées de part et d’autre des anciennes rues du village.

Le vieux Montlaux vu depuis l’ouest (SDA 04)

Au sommet du relief, le promeneur reconnaitra facilement les sections d’un rempart (XIIe-XIIIe s.) brodé d’un fossé rupestre et jadis animé de tours semi-circulaires ; les ruines de l’église Saint-Jacques qui conservent un clocher carré ; et au point culminant un impressionnant monticule de pierres qui marque l’emplacement de la tour du seigneur de Montlaux.

Le rempart médiéval qui barre l’éperon (SDA 04)

Devant le danger imminent d’effondrement des derniers vestiges du village, une première campagne de restauration a stabilisé l’ancienne église paroissiale. Le service d’archéologie du département y intervient dans le cadre du diagnostic prescrit par la DRAC. Mais c’est le projet de stabilisation d’un second bâtiment, le plus en danger, qui a été pour nous l’occasion d’expérimenter une nouvelle méthode de relevé d’architecture. Bien loin de la traditionnelle planche à dessin et du crayon, c’est grâce à un drone que nous avons pu observer et modéliser ce bâtiment en péril sans échafaudage, ni échelle.

Vestiges des habitations du village et de l’église Saint-Jacques en arrière-plan (SDA 04)

Le procédé employé est celui de la photogrammétrie qui reconstruit la géométrie à partir de photographies prises de différents angles de vue. Le logiciel détermine des points communs à différents clichés, positionne les prises de vues dans l’espace, puis reproduit avec une précision millimétrique un modèle en trois dimensions. Le modèle obtenu est habillé d’une texture extraite des différentes photographie. La vidéo ci-dessous illustre les différentes phases de travail jusqu’au résultat final. Chaque vignette bleue est une photo prise par drone.

L’objet obtenu est une copie fidèle de l’original consultable à volonté quelque soit l’endroit où l’on se trouve. Si l’édifice devait disparaitre, il resterait donc virtuellement accessible aux architectes, aux archéologues et au public. Désormais armé de cet outil, il ne reste plus qu’à découvrir l’histoire de cet ensemble architectural et à en conforter les vestiges. Dans la vidéo ci-dessous, vous reconnaitrez surement la tour carrée (fin du XIIe ou début du XIIIe s. ?) noyée dans les constructions ajoutées progressivement entre le XIVe et le XIXe s.

Diagnostic archéologique à Villeneuve

À l’automne 2019, le SDA 04 a réalisé un diagnostic archéologique dans une parcelle destinée à accueillir prochainement un nouveau lotissement à Villeneuve, au lieu-dit La Bugadière. Située à la périphérie nord de Villeneuve, en contrebas du castrum médiéval de La Moutte et à quelques centaines de mètres de la villa gallo-romaine de Saint-Saturnin, la localisation de ce terrain nécessitait des investigations archéologiques afin de vérifier la présence de vestiges préalablement au démarrage des travaux. Continuer la lecture

Excursions préhistoriques dans la vallée du Largue

Le largue est une petite rivière des Alpes de Haute-Provence. Elle prend sa source sur la montagne de Lure et se jette dans la Durance 55km plus loin à Volx. Elle crée une petite vallée entrecoupant des reliefs arrondis et quelques plateaux calcaires ponctués de petits villages. Si le marcheur curieux s’y penche parfois pour ramasser une pierre lisse aux arêtes tranchantes, l’archéologue, lui, en arpente depuis maintenant plus d’un siècle, les coins et les recoins, les creux et les bosses, les falaises et les replats pour tenter d’élucider la question d’une omniprésence des populations préhistoriques dans le secteur afin d’apporter progressivement des éléments de réponse à des problématiques archéologiques régionales, nationales et même internationales. Continuer la lecture

Une nouvelle publication : les Cahiers archéologiques de Haute-Provence

Le Service départemental d’archéologie des Alpes de Haute-Provence a conduit depuis plusieurs années des fouilles dans l’ancienne cathédrale de Senez et dans l’agglomération médiévale de Petra Castellana. Ces fouilles, autorisées par le Préfet de région, ont été en grande partie financées par le projet européen (programme Interreg-Alcotra) TRA[ce]S (Transmettre la recherche archéologique dans les Alpes du Sud). Elles ont renouvelé profondément les connaissances sur ces deux sites.

Nous avons le plaisir de partager avec vous aujourd’hui un premier résultat de ces recherches. En effet, le projet TRA[ce]S nous a permis de réaliser deux livrets qui présentent les résultats de ces fouilles, le premier consacré au site de Petra Castellana, le deuxième à l’ancienne cathédrale de Senez. Ces livrets constituent les deux premiers numéros d’une nouvelle collection : les Cahiers archéologiques de Haute-Provence. Ils sont dès à présent téléchargeables gratuitement, et des exemplaires seront imprimés dès que possible. Ils sont le fruit du travail de l’ensemble des agents du SDA. La conception de ces cahiers a été réalisée par la graphiste Merry Lau.

Couverture du Cahier archéologique de Haute-Provence n°1

Nous espérons pouvoir vous proposer à l’avenir, en fonction des résultats de nos recherches, de nouveaux numéros de ces Cahiers.

Couverture du Cahier archéologique de Haute-Provence n°2

Le service départemental d’archéologie est aussi confiné… mais le travail continue !

Quelle que soit l’importance qu’on lui accorde, l’archéologie ne constitue pas un service vital dans la situation sanitaire de ce printemps 2020. Les archéologues du service départemental d’archéologie sont donc confinés et tous les chantiers en cours ou projetés ont été mis en suspens. Pour autant, ils sont loin d’être inactifs et cette situation est l’occasion d’accomplir des tâches dont le public n’évalue pas toujours clairement l’importance.

Lors de la fouille d’un site archéologique, les structures bâties et les objets sont indéniablement importants, mais ils tirent l’essentiel de leur intérêt du contexte dans lequel ils sont trouvés. Ce contexte, et donc la compréhension globale du site, est donné par l’étude de la stratigraphie. En effet, la succession des couches sédimentaires et des structures permet de comprendre la compréhension du site et d’interpréter son fonctionnement.

Exemple de succession stratigraphique simple (crédit Elise Henrion, SDA 04)

Pour accéder à une couche du site archéologique, il faut retirer la couche qui se trouvait au-dessus : c’est un peu comme si, pour lire une page d’un livre, il fallait déchirer la page précédente, et en commençant par la fin du livre (les couches les plus récentes sont sur le dessus). L’archéologie est donc une science qui détruit au moins en partie son objet d’étude.

Fin de la fouille du futur gymnase Borrély, à Digne (janvier 2019) : la plupart des structures et les niveaux stratigraphiques ont été retirés (crédit Jenny Sélèque, SDA 04)

Sépulture médiévale fouillée

La même sépulture après prélèvement de l’individu inhumé (crédit Elise Henrion, SDA 04)

Sur le terrain, les archéologues doivent donc enregistrer de très nombreuses observations, par des relevés, des photographies et des descriptions.

Relevé stratigraphique détaillé (crédit Erwan Dantec, SDA 04)

Les objets découverts sont enregistrés de la même manière et associés à la couche dans laquelle ils ont été découverts. C’est la raison pour laquelle l’usage de détecteurs de métaux est très destructeur pour les sites archéologiques, même quand leur utilisateur est doté des meilleures intentions : les objets sont sortis de leur contexte, lui-même détruit par le creusement que fait l’utilisateur pour prélever l’objet.

À la fin de la fouille, il reste donc une partie des structures que l’on aura pu préserver, des relevés très nombreux et les objets et prélèvements effectués par les archéologues.

Fiches anthropologiques de terrain, pour l’etude de sépultures (copyright Elise Henrion, SDA 04)

C’est donc à ce moment que débute une phase du travail invisible pour le grand public, mais absolument cruciale : la rédaction du rapport d’opération archéologique, souvent désigné comme « rapport de fouille ». Ce document vise à compiler toutes les observations de terrain pour les rendre accessibles à la communauté des archéologues et éventuellement à toute personne qui en ferait la demande. L’organisation des rapports est codifiée par un arrêté de 2004 qui garantit une certaine uniformité des contenus des rapports, partout en France. En règle générale, la rédaction d’un rapport, incluant la mise au net des relevés et toutes les études (étude du mobilier archéologique, par exemple) représente un temps de travail équivalent au temps consacré par l’équipe d’archéologues sur le terrain. Ainsi, pour une fouille qui aurait mobilisé 8 personnes pendant trois mois, le rapport pourrait représenter un an de travail pour deux personnes.

Même lorsqu’un diagnostic archéologique (qui a pour objectif de voir si un site archéologique risque d’être détruit par un aménagement futur) ne donne aucun résultat tangible, la rédaction d’un rapport est obligatoire : l’absence de vestiges archéologiques dans une parcelle est en elle-même une information sur l’occupation ancienne des territoires, et elle nous permet de mieux évaluer le potentiel archéologique des parcelles avoisinantes. Cette donnée doit donc être communiquée pour pouvoir être intégrée à la réflexion sur le territoire.

L’organisation d’un service et les urgences des chantiers font que les archéologues ne peuvent pas toujours rédiger les rapports au fur et à mesure des chantiers. Les archéologues du SDA sont donc très occupés en ce moment à réaliser les rapports et les études qui pouvaient être en attente depuis parfois longtemps.

Les rapports sont considérés comme des documents administratifs ; bien qu’ils soient théoriquement accessibles, il est en réalité peu commode de les trouver, et l’exhaustivité des informations que l’on y trouve les rend parfois bien indigestes. La dernière étape de l’étude d’un site est donc la réalisation d’une publication qui donne une vision synthétique d’un site, d’une région ou d’un ensemble d’objets archéologiques par exemple. Elle paraît dans une monographie, consacrée à un site, des actes de colloque, qui sont un riche état de la recherche sur un thème donné, ou dans des revues de référence, dont certaines sont en ligne (par exemple ici). Cette publication permet le partage d’une information scientifique beaucoup plus facilement diffusée. Elle peut être doublée par une publication plus synthétique encore, destinée à être diffusée auprès d’un public moins éclairé, mais intéressé. Depuis 1991, on peut accéder à un résumé de la plupart des opérations archéologiques conduites dans une région, chaque année, par exemple ici.

Vous l’aurez compris, les archéologues ne s’ennuient pas lorsqu’ils sont confinés, et une partie de leur travail est assez facilement conduit en télétravail. Ces étapes sont partie intégrante de leurs missions de service de développement des connaissances et d’accompagnement de l’aménagement. Cela n’empêche pas qu’ils seront, comme nous tous, heureux de retourner sur le terrain quand ce sera possible !

Pour accompagner quelque peu cette période, nous essaierons de vous proposer régulièrement des articles qui présenteront nos résultats scientifiques, le fonctionnement du service ou encore des points de méthodologie.

Voyage en Italie pour le collège Maxime Javelly de Riez

L’année scolaire 2019-2020 a commencé fort pour les élèves de latin de 4e et 3e du collège Maxime Javelly à Riez. Dans le cadre du projet européen TRA[ce]S, une vingtaine d’entre eux a ainsi pu partir, début octobre, en voyage en Italie pour découvrir plusieurs sites archéologiques de nos partenaires italiens et rencontrer les élèves de Bene Vagienna.

Une fois rentrés, ils ont réalisé un carnet de voyage pour présenter leur séjour.

 

Exposition permanente à Saint-Étienne-les-Orgues

A la suite de la fouille de la nécropole de Labadie, à Saint-Étienne-les-Orgues, par le SDA 04, la commune a décidé de mettre en place une exposition permanente présentant les résultats de cette fouille.

Le vernissage de l’exposition aura lieu le samedi 16 novembre à 11h. Inscription auprès de la mairie (04.92.73.02.00).

Colloque scientifique

Transitions archéologiques : intervalles de l’archéologie, intervalles en archéologie

Présentation

Le Projet européen Alcotra TRA[ce]S (Transmettre la recherche archéologique dans les Alpes du Sud) vise à la connaissance et à la valorisation de plusieurs sites et ensembles archéologiques en France et en Italie, dans la province de Cunéo et le département des Alpes de Haute-Provence. Le Département des Alpes de Haute-Provence organise le colloque terminal de ce projet. Le thème abordé dans ce colloque est celui des transitions  en archéologie.

Le cadre retenu pour ce colloque est celui de l’espace alpin franco-italien et de ses marges ; les communications proposées pourront porter sur un spectre chronologique large, de la Préhistoire au Moyen Âge. Si les communications issues d’études archéologiques sont privilégiées, d’autres approches (historiques, géographiques par exemple) pourront être proposées.

Les archéologues sont souvent confrontés à des thématiques que l’on peut qualifier, par commodité ou de façon plus objective, de transition : transition chronologique, entre deux périodes bien caractérisées (du Néolithique à l’âge du Bronze, de l’Antiquité tardive au haut Moyen Âge), espaces de transition, fonctions intermédiaires (l’habitat semi-permanent). Ces thématiques ont été abordées isolément à de multiples reprises et certaines sont à la base d’axes de recherche spécifiques. Les transitions historiques ont ainsi fait l’objet d’un colloque en 2015 et de sessions spécifiques lors de colloques divers. Le passage de l’Antiquité au Moyen Âge, lui-même imaginé comme une période de transition entre l’Antiquité et la Renaissance, fait l’objet d’une littérature abondante. La perception de ces entre-deux de la chronologie peut relever de la structure de la pensée historique, organisée d’une façon discontinue dont le corollaire et, en creux, la création de périodes de transition. Bien évidemment, il ne s’agit pas de renier pour autant la réalité de ruptures politiques, techniques ou culturelles, mais plutôt de s’interroger sur leurs manifestations, surtout lors d’observations archéologiques. La formation et la spécialisation des archéologues, souvent organisée par période chronologique, complique également la compréhension de ces intervalles, à la fois proches et différents du cœur de l’objet d’étude. Le premier des axes du colloque pourra donc traiter de ces périodes de transition, de leur perception par l’archéologie voire, plus largement, d’une réflexion épistémologique sur le sens même de ces transitions en archéologie.

La question des espaces considérés comme intercalaires a également été abordée, au travers du thème de la marginalité ou, plus récemment, de la notion de territoire dans les Alpes. Dans les territoires de montagne, la définition et l’occupation de ces entre-deux (entre sommets et fonds de vallée, entre plaine et montagne, entre centres de peuplement) est particulièrement prégnante. Là encore, c’est la définition du centre qui détermine l’intervalle. Une réflexion pourra donc être menée sur les espaces intercalaires et marginaux, leur définition et leur perception tant par les sociétés anciennes que par les archéologues. La notion de frontière, intrinsèquement liée à cette réflexion sur l’espace ancien, sera également au cœur des réflexions du colloque.

La méthodologie archéologique est pour sa part organisée et définie suivant des principes forts, qui se traduisent par des statuts d’intervention différents : prospections, sondages, fouilles ou diagnostics  par exemple. Cependant ces catégories, nécessaires sur le plan du droit, s’accommodent parfois mal des questions spécifiques ou de certaines contraintes techniques. Ainsi, les observations lors d’installations de réseaux, fondamentales pour la connaissance des villages et des villes, sont-elles complexes à mettre en œuvre sur le plan technique et financier. Une session entre méthodologie et épistémologie pourra donc être consacrée à la prise en compte de ces opérations, entre prospection et sondage, ou entre diagnostic et fouille par exemple, et plus largement aux chantiers archéologiques qui ne correspondent pas strictement aux cadres prévus par le législateur. L’occasion, également de confronter expériences françaises et italiennes et les cadres législatifs et réglementaires différents des deux pays. En fonction du nombre de communications, cette session pourra éventuellement être organisée sous forme de posters avec présentation par les auteurs.

Une session du colloque pourra être consacrée par ailleurs à la question de la conservation et à la présentation des sites archéologiques, spécifiquement dans la zone alpine franco-italienne. En particulier pourront être abordées ici d’une part les apports de la restauration en elle-même à la connaissance des méthodes et matériaux de construction, et d’autre part les choix, entre technique et principes, qui président à la réalisation des travaux de consolidation.

D’une façon plus globale, l’un des enjeux du colloque sera donc de proposer une réflexion sur ces intervalles et de s’interroger sur leur sens, entre données objectives et constructions épistémologiques. La notion d’échelle (spatiale, chronologique) sera également centrale : il faudra en effet évaluer la pertinence d’une corrélation entre l’échelle d’analyse et la perception, sinon la réalité, de l’entre-deux, qu’il soit spatial ou chronologique. En d’autres termes, il s’agira de corréler les intervalles perçus à l’échelle macroscopique et au niveau local.

Propositions de communication

Les propositions de communication, en français ou en italien, comprendront un titre, un résumé (2000 signes maximum) et une présentation des auteurs (structure de rattachement). Les communications, d’une durée de 20 minutes, pourront être proposées en français ou en italien.

Les propositions de communication seront envoyées à l’adresse archeologie[at]le04.fr avant le 15 décembre 2019. Elles seront soumises à un comité scientifique franco-italien. Pour toute question, s’adresser à Vincent Buccio, responsable du service départemental d’archéologie des Alpes de Haute-Provence (vincent.buccio[at]le04.fr ; 06.33.75.87.48).

Calendrier

  • Première circulaire et appel à communication : 15 octobre 2019
  • Clôture des appels à communication : 15 décembre 2019
  • Notification d’acceptation : 10 janvier 2020
  • Programme définitif : 10 février 2020
  • Colloque : 2 et 3 avril 2020

Conditions

Lieu : vallée de l’Ubaye, Alpes de Haute-Provence

Dates : 2 et 3 avril 2020

Prise en charge des frais (nourriture et hébergement) pour les intervenants. Possibilité d’hébergement et de restauration sur place pour les auditeurs. Inscription gratuite dans la limite des places disponibles. Le colloque pourra donner lieu par la suite à une publication des actes.

Diagnostic archéologique à la chapelle Saint-Thyrse de Robion

Suite à une demande anticipée de diagnostic adressée par la mairie de Castellane, un diagnostic archéologique a été réalisé à la chapelle Saint-Thyrse de Robion par le SDA 04 en avril 2019, préalablement à des travaux de restauration.

Continuer la lecture

Nos chantiers en vidéo

Dans le cadre du projet Alcotra TRA[ce]S (Transmettre la recherche archéologique dans les Alpes du Sud), les dernières campagnes de fouille des sites de Petra Castellana et de la cathédrale de Senez ont fait l’objet de présentations vidéo. Ces dernières sont visibles ici :

Vous y retrouverez un panorama du site de Petra Castellana et la vidéo accélérée (Timelapse) de la fouille conduite dans la nef de la cathédrale de Senez.

Un second documentaire a été tourné sur le site de Petra Castellana, par le Service communication du Département. Elle est accessible sur la page Facebook du SDA:

Campagne de fouille à Petra Castellana

Dans le cadre du projet @Traces Projet Transfrontalier, le service départemental d’archéologie des Alpes de Haute-Provence organisait en juin sa quatrième campagne de fouille à Petra Castellana, site perché derrière le Roc à Castellane. Quel est le but de ces campagnes de fouille ? Que savons-nous de l’histoire de ce site ? Vincent Buccio, responsable du SDA04 nous répond. #mondepartement04 #archeologie #irresistiblealpesdehauteprovence

Publiée par Service départemental d’archéologie du 04 sur Mercredi 31 juillet 2019

La fouille de la cathédrale de Senez a par ailleurs fait l’objet d’un reportage par France3 au printemps :

Ces images ont pour objectif de présenter les chantiers et de mettre en valeur le travail des archéologues sur les fouilles.

 

 

Classe archéologique au collège de Riez

 

Dans le cadre du projet européen TRA[ce]S, les élèves du collège Maxime Javelly de Riez ont bénéficié en 2017-2018 d’une classe archéologique. Pendant l’année scolaire 2018-2019, ils ont participé à une semaine de l’archéologie, organisée par le SDA 04 avec les Jardins de Perséphone.

Les élèves ont ainsi pu découvrir différents aspects du métier d’archéologue, depuis le terrain jusqu’au laboratoire.

A l’issue de cette semaine, les élèves et les enseignants ont réalisé un numéro spécial du journal du collège, également avec l’appui des Jardins de Perséphone. Il relate leur expérience au cours de cette semaine de découverte et de sensibilisation.