4e rencontres archéologiques départementales en Haute-Provence

Le service départemental d’archéologie des Alpes de Haute-Provence organise le samedi 19 novembre 2022 ses 4e rencontres archéologiques départementales.

Cet événement gratuit, ouvert à tous – scientifiques, amateurs et grand public – (dans la limite des places disponibles) a pour objectif de proposer au cours d’une journée un état des lieux de la recherche archéologique menée sur le territoire départemental au cours des dernières années. Tout en valorisant la richesse archéologique du département, il s’agit de restituer au public les résultats des principales opérations archéologiques récentes, et de permettre aux archéologues de présenter les résultats de leurs travaux. L’objectif est également d’offrir un moment d’échange et de partage à ces derniers, quelles que soient leurs spécialités chronologiques ou leurs organismes de rattachement.

Pour ceux qui le souhaitent, la journée se terminera par une visite de l’exposition “Vivre à Digne au Ier-IIIe siècle” accompagnée par Jenny Sélèque, responsable de la fouille et commissaire de l’exposition.

Le programme est détaillé ci-dessous. L’inscription est obligatoire, par mail ou par téléphone.

 

 

Projet collectif de recherche ” Fortifier les Alpes au Moyen Âge (Ve-XVIe s.) : du Rhône à la Durance “

Créé en 2019, le PCR « Fortifier les Alpes au Moyen Âge » regroupe des chercheurs d’horizons divers : universitaires, archéologues, historiens, acteurs de la conservation du patrimoine ou de l’archéologie préventive. Il a pour objectif de dynamiser la recherche en castellologie dans le domaine alpin et de rassembler des données récoltées souvent revisitées afin de les confronter et de proposer une synthèse sur les connaissances des édifices de montagne.

L’aire géographique concernée pour ce premier programme de recherche (2019-2022) correspond aux anciennes principautés de Savoie et de Dauphiné, mais elle s’élargit aux espaces voisins, en particulier à la Provence. En plus de la création d’une base de données regroupant tous les sites fortifiés médiévaux de l’espace de recherche, trois axes de recherches spécifiques ont été constitués.

Un premier axe concerne les ouvrages fortifiés de hauteur entre Antiquité tardive et l’an mille précédant l’apparition des mottes et le phénomène castral du second Moyen Âge. Il s’intéresse aux formes et aux fonctions souvent plurielles de ces forteresses et de ces « premiers châteaux » replacés dans leur environnement afin de poser la question de leur rôle dans la recomposition des territoires, la genèse du mouvement castral et l’émergence de puissantes familles au sein des paysages.

Un second axe vise le traitement neuf des données afin de progresser sur les questions de définition, notamment sur la question des premiers châteaux, des mottes, des bâties et des maisons fortes. La question des bâties a donné lieu à une journée d’étude.

Enfin, un dernier axe est constitué par l’élaboration de référentiels chronotypologiques des formes architecturales employées dans l’architecture élitaire et dans les fortifications, aussi bien à travers les organes de défense que les aménagements résidentiels ou de confort.

Les 20 et 21 octobre prochains, l’équipe de ce projet de recherche coordonne une journée d’étude sur l’actualité de la recherche en castellologie des Alpes-Maritimes au Jura, en passant par les Alpes de Haute-Provence.

Le programme de cette journée est accessible à cette adresse :

https://ciham.msh-lse.fr/node/2157

 

La fouille de Digne-les-Bains, gymnase Borrély, à l’honneur

Durant l’hiver 2018-2019, les archéologues du SDA 04 ont conduit une fouille importante à l’emplacement aujourd’hui occupé par le gymnase Maria Borrély, à Digne-les-Bains.

Cette fouille a révélé la présence d’un quartier de Dinia et renouvelle en profondeur l’histoire de la cité-préfecture.

Les résultats de cette fouille sont présentés et seront accessibles aux Archives départementales à Digne-les-Bains, au travers d’une exposition qui retrace les principales découvertes réalisées

Cette exposition sera accessible jusqu’à l’été 2023.

L’exposition est accompagnée d’un nouveau numéro des Cahiers archéologiques de Haute-Provence (en ligne dans quelques jours).

Enfin, un article de la revue Archeologia permet d’accéder aux résultats de cette fouille

https://www.archeologia-magazine.com/numero-612/delphes-130-ans-decouvertes.53175.php

Archéologie programmée et archéologie préventive

Vous avez sûrement déjà entendu parler de ces deux types d’archéologie : même s’ils sont assez similaires par les techniques et les méthodes employées sur le terrain, c’est surtout leur statut et le contexte qui les différencient.
L’archéologie préventive précède un aménagement. Si celui-ci menace des vestiges, le plus souvent repérés lors de la phase de diagnostic, il faut assurer la sauvegarde des données archéologiques en passant par une fouille préventive prescrite par les services de l’État (ici le Service régional de l’archéologie). S’insère alors dans la problématique scientifique une notion de délai visant à libérer le terrain assez rapidement pour contraindre au minimum la réalisation de l’aménagement. L’archéologie préventive se fait sur l’ensemble du territoire et permet parfois des découvertes insoupçonnées dans des lieux où l’on pensait le potentiel archéologique assez faible.
A contrario, l’archéologie programmée n’est pas contrainte par un aménagement ni par des délais d’exécution. Elle est intégrée à des programmes de recherches sur des aires géographiques précises : c’est la problématique scientifique qui guide le choix du site et la méthode de fouille, et non une contrainte d’aménagement. Elle est souvent initiée par les acteurs locaux de l’archéologie et permet aux étudiants de faire leur premiers pas sur les chantiers.

La topographie en archéologie

Lors d’une opération archéologique, les informations obtenues sur le terrain doivent être enregistrées en 3 dimensions afin de les sauvegarder et de faire un enregistrement aussi complet que possible des vestiges. On enregistre donc les coordonnées planimétriques et altimétriques de la zone de fouille, des structures, de la stratigraphie, mais aussi des perturbations anciennes ou récentes.

Utilisation du tachéomètre (SDA 04)

C’est la mission du topographe, équipé d’une station totale (tachéomètre) mesurant des angles et des distances, ou d’un récepteur GNSS (souvent appelé GPS), permettant un positionnement très précis par satellite.

Utilisation du GNSS pour la localisation d’un site archéologique

Combinée à la photogrammétrie, la topographie permet également de repositionner les modèles 3D de structures ou de secteurs de fouilles.
À partir de ces relevés de terrain, le topographe produit à l’aide de divers logiciel de CAO/DAO des plans détaillés et géo-référencés de chaque opération et replace le site dans son environnement. Ces plans peuvent être intégrés dans un système d’information géographique (SIG) et servir à l’analyse spatiale des données archéologiques.

Plan de l’ensemble des structures relevées, fouille du gymnase Borrély à Digne (SDA 04)

La stratigraphie

En archéologie, la stratigraphie est l’observation et l’étude des couches de sédiments qui composent un site, des “structures en creux” (creusements dans le sol). Par extension, on parlera aussi de stratigraphie pour l’étude des bâtiments, pour qualifier les transformations de ces derniers.

Les couches étudiées reposent sur des niveaux géologiques (rocher, argiles, sables, limons…) et sont recouvertes par d’autres, liées à l’homme ou naturelles (alluvions, colluvions, terre végétale).

La stratigraphie permet de situer les vestiges les uns par rapport aux autres : dans une même couche (donc contemporains), au-dessus d’une couche (donc plus récents), au-dessous d’une couche (plus anciens) etc. Les niveaux anthropiques (liés à l’homme) se recoupent entre eux, surtout dans des contextes urbains où les aménagements sont réalisés successivement. L’étude de l’agencement des strates permet donc la datation au sein des sites de chaque aménagement.
Exemple : un bassin antique est installé au IIe siècle sur des limons déposés il y a 400 000 ans, le bassin est recoupé par une fosse difficile à dater. Grâce à la stratigraphie on sait qu’elle est postérieure à l’habitat associé au bassin.

Fouille préventive de Digne, Gymnase Borrély (SDA 04)

Exemple : un fossé comportant de la céramique modelée non déterminante pouvant appartenir dans une large fourchette chronologique à la Préhistoire jusqu’à l’époque romaine recoupe une fosse ayant livré une pointe de flèche et de la céramique typique du Néolithique final. On sait donc que le fossé appartient à une chronologie plus réduite qui va de l’âge du Bronze à l’âge du Fer.

Diagnostic de Céreste, Nouvelle gendarmerie (SDA 04)

 

L’anthropologie

Du grec ancien anthropos, l’humain, et logos, la parole, le discours, l’anthropologie est la science qui étudie les êtres humains à travers leurs caractéristiques culturelles, sociales, anatomiques ou encore biologiques. En archéologie, le sujet d’étude sera les restes osseux retrouvés dans le cadre d’opérations archéologiques. Ces ossements, qui peuvent se conserver plusieurs milliers d’années après la mort, se présentent sous diverses formes : un squelette complet inhumé dans une tombe, une réduction d’un ou plusieurs individus déplacés hors de leurs tombes originelles, des ossements erratiques retrouvés dans des niveaux d’aménagement, des fragments d’ossements brûlés lors d’une crémation…
L’archéo-anthropologue aura dès lors deux missions complémentaires :
– sur le terrain, il visera à restituer les gestes funéraires et les modes de gestions des morts (Où et comment les corps ont été ensevelis ? Comment les tombes étaient aménagées ? etc.)


– en laboratoire, il étudiera les ossements dans leur dimension biologique (le nombre d’individu, leur sexe, leur âge au décès, les éventuelles pathologies qui auront marqué les squelettes…)