Le couvent des Minimes de Mane

Le couvent des Minimes de Mane ; à droite du cliché, le clocher de l’église (SDA 04)

Le Service départemental d’archéologie a récemment conduit une étude archéologique du couvent des Minimes de Mane. Cette étude s’inscrit dans le cadre des travaux de rénovation de cet établissement privé. Elle n’a pas vocation à traiter l’ensemble de l’établissement mais à proposer, au travers de sondages répartis dans ses maçonneries, une lecture globale des transformations perceptibles. Une importante étude d’archives, en cours, accompagne ce travail de terrain.

Le couvent appartient à l’ordre des Minimes, fondé au XVe siècle en Calabre par François de Paule. En 1601, Melchior de Forbin fonde un établissement ” à la ville de Pertuis ou à Mane”. C’est finalement cette dernière qui est retenue, et la congrégation est établie quelques années plus tard.

Le début du XVIIIe siècle est particulièrement favorable aux Forbins. Ils développent alors leur implantation de Mane en édifiant d’une part leur château de Sauvan et en développant d’autre part le couvent, richement doté et transformé.

L’étude archéologique a permis de mettre en évidence ces deux phases principales des XVIIe et du XVIIIe siècles, d’observer la construction d’origine et de rendre compte de certaines transformations, reprises de fenêtres et créations de nouvelles portes par exemple.

Structure en bois d’un des sols anciens du couvents (SDA 04)

En deux points du couvent, des pièces de bois anciennes étaient conservées, dans un escalier et le sol d’un étage. Ces pièces de bois sont prélevées et devraient faire l’objet d’une datation par dendrochronologie. Ainsi, si les conditions le permettent, il sera possible de dater très précisément certaines phases de travaux.

La surface ancienne des murs est conservée par endroit. Deux types de traitements dominent : par endroit, particulièrement au rez-de-chaussée, le mortier est lissé avec un soin extrême, formant une sorte de peau mais sans apport de couleur. Par ailleurs le revêtement le plus courant est un badigeon jaune d’un type fréquent au XVIIIe siècle. Surtout, l’étude archéologique a permis de constater la présence de décors peints concentrés dans l’aile sud du cloître. Deux panneaux particulièrement soignés sont apparus : le premier, sur le badigeon jaune, représente un pilier carré sur une base imposante. Tracé en perspective, à la mine, il comporte encore des lignes de fuite et des traits de bâti qui donnent à penser qu’il s’agit de l’ébauche d’un décor inachevé. Le revêtement qui le porte évoque plus les travaux du XVIIIe siècle.

Décor de pilier en trompe-l’oeil

À quelques mètres, un second panneau est beaucoup plus élaboré. On y voit la représentation d’un ange derrière un drapé et d’autres figurations se laissent deviner, dont des nuages et l’auréole d’un autre personnage. Ce décor polychrome semble associé au revêtement le plus ancien du mur et pourrait donc correspondre à la première phase de travaux. Il a été très dégradé par les travaux des XVIIIe et XIXe siècles ; sa surface a été abondamment piquetée pour permettre la bonne tenue des couches de peinture monochromes ultérieures, mais la qualité du décor demeure accessible.

Le décor figuré : ange et rideau (SDA 04)

Le maître d’œuvre et le maître d’ouvrage des travaux travaillent à la conservation de ces décors afin de permettre leur préservation et idéalement leur visibilité in situ. Ce travail permettra de découvrir l’extension du décor conservé.

Décor de rinceaux en encadrement de porte (SDA 04)

Ces décors majeurs ne sont toutefois pas totalement isolés : dans le même espace, un encadrement de porte comporte une frise de rinceaux peints en brun, mais cet élément est très dégradé et sa conservation n’a pas été envisagée. Enfin, les murs du couvent portent la trace d’autres décors : quelques graffitis sont incisés dans les plâtres les plus anciens et des chevilles en bois, implantées antérieurement au lissage des plâtres les plus anciens, indiquent que des éléments (tentures ou tableaux, peut-être) étaient accrochés au mur.

Il faut signaler pour conclure que la bonne coordination de l’ensemble des acteurs (maître d’œuvre, maître d’ouvrage, entreprises, architecte des bâtiments de France, Service régional de l’archéologie, service archéologique départemental) a permis de conduire dans les meilleures conditions une étude qui documente notre connaissance à tous sur cet édifice et sur cet ordre sans trop affecter le déroulement des travaux.

A propos de l’archéologie

L’archéologie est une science. Elle étudie les restes matériels (objets, structures, bâtiments, restes organiques et biologiques, traces dans le paysage) des humains du passé. Son objectif est, au travers de ces traces concrètes, de comprendre le passé pour mieux éclairer le présent. Elle étudie un passé qui est commun à tous.

L’archéologue ne s’intéresse pas aux trésors (encore faudrait-il savoir ce qu’est un trésor !), mais à des objets dans leur contexte (emplacement précis, position, couche de sédiment). C’est la raison pour laquelle les archéologues ne peuvent pas cautionner l’usage des détecteurs de métaux : même avec les meilleures intentions du monde (et est-ce bien toujours le cas ?) l’utilisation d’un détecteur de métaux ne permet pas de documenter ce contexte. L’objet ainsi découvert perd la quasi-totalité de sa valeur archéologique.

L’archéologie a cependant une caractéristique qui la distingue de l’histoire des textes et de la plupart des disciplines scientifiques : on ne peut pas reproduire une expérience pour en valider le résultat. Lorsqu’un archéologue fouille une couche de sédiment, déplace un objet, retire une pierre, ce geste est définitif et ne peut pas être inversé. La fouille ne peut donc pas être refaite si elle a été mal conduite. Les deux principales qualités intellectuelles d’un archéologue sont donc la rigueur (pour que les observations ne soient pas perdues) et l’honnêteté (car on n’a pas le droit d’inventer ce que l’on n’a pas vu, ou raté).

Pour ces raisons, la pratique de l’archéologie est très encadrée : depuis 1941, nul ne peut entreprendre de fouilles, même dans son propre terrain, sans l’accord de l’État. Depuis 1989, l’utilisation d’un détecteur de métaux est strictement réglementée.Toute personne, bénévole ou professionnelle, est en droit de demander une autorisation de fouille. Dans les Alpes de Haute-Provence, des associations de bénévoles, au premier rang desquelles l’ARDA-HP, conduisent depuis longtemps des chantiers de fouille programmée qui allient une grande qualité scientifique et de remarquables vertus pédagogiques.

L’archéologie a l’avantage d’être une science ouverte à tous. En effet, lire un article d’archéologie, assister à une conférence, participer à une fouille ne demandent pas un bagage scientifique important : le vocabulaire est accessible à tous, à quelques exception près ; la démarche est intelligible pour tous.

Mais l’archéologie a aussi l’inconvénient d’être une science ouverte à tous. Les archéologues ne forment pas un corps constitué (comme les médecins, les avocats…) et n’importe qui peut se prétendre « archéologue ». L’archéologie est une source de fantasme : Indiana Jones n’y est pas pour rien, mais avant lui, les pilleurs de trésors et les déterreurs de momies faisaient déjà rêver une partie de la population. De ce fait, dans nos territoires, on rencontre des archéologues très sérieux, professionnels ou amateurs, mais aussi des charlatans dont la démarche va à l’encontre de toute démarche scientifique sérieuse. Si, bien entendu il est plus intéressant pour le public de trouver une pyramide ou un tombeau, un trésor, un dolmen que quelques tessons, un fossé comblé ou une pierre à sel du XIXe siècle, certaines « découvertes » relèvent de la science-fiction et pas de la science, tout court, ni du patrimoine.

La démarche d’un archéologue s’inscrit en quatre temps : d’abord, il observe et enregistre systématiquement toutes ces observations, par tous les moyens disponibles (description écrite, photographies, levés topographiques…). Une information qui n’est pas enregistrée est perdue. Ensuite, il décrit dans un rapport l’ensemble de ses observations. Là encore, ce qui n’apparaît pas dans le rapport ne sera pas transmis. Le rapport est, à ce moment seulement, l’occasion d’interpréter les données observées. Par recoupement des données entre elles et par comparaison avec d’autres sites, on peut proposer des hypothèses pour expliquer ce que l’on a observé. Il s’agit bien d’hypothèses : l’abus de l’indicatif, l’absence d’une certaine prudence dans les propos est déjà l’indice que l’auteur doit être considéré comme peu fiable. Enfin, une fois le rapport terminé, il faut rendre compte de son travail ; cela passe par des publications scientifiques, des articles de presse, des conférences, des visites ou des expositions, par exemple.

Dans nos territoires de montagne, à la géologie complexe, chaque bloc de pierre isolé ne doit pas être considéré comme un menhir : il peut s’agir d’un bloc erratique, d’un éboulis, du résultat de l’épierrement d’un champ, d’une borne récente. De même, quand une pierre présente des traces d’usure, il faut s’inspirer du principe du rasoir d’Ockham et envisager que les moutons aient usé la pierre en léchant le sel déposé par les bergers. Et quelques blocs qui forment une ligne sinueuse ne sont pas un géoglyphe (les Alpes sont loin de Nazca), pas plus qu’une montagne pointue n’est une pyramide

Lorsqu’une personne fait abstraction de la rigueur scientifique, ne respecte pas le cadre réglementaire (destiné à protéger le patrimoine archéologique), propose en guise d’hypothèse des élucubrations non fondées, il montre qu’il n’est en aucun cas un archéologue, mais tout au plus un dangereux bonimenteur.

L’Hôtel de Mazan, à Riez : une première étude archéologique

Façade de l’Hôtel de Mazan. SDA 04

L’Hôtel de Mazan, à Riez (Alpes de Haute-Provence), fait l’objet d’un projet de restauration et d’aménagement d’un musée d’archéologie et de la gypserie, pour lequel une mission d’assistance à maîtrise d’ouvrage, sous la direction de Michel Trubert, Architecte en chef des Monuments historiques, a été définie.

L’un des volets de cette mission consistait en une première étude archéologique de l’ensemble du bâtiment, visant d’une part à définir les enjeux et problématiques archéologiques autour de cet ensemble, et d’autre part à poser quelques jalons sur l’édifice et sa chronologie, relative et absolue. L’étude s’inscrit dans la lignée d’une recherche riche et déjà ancienne, mais qui s’était attachée surtout à l’analyse de l’escalier et de son décor de gypserie.

Premier niveau de l’escalier de l’Hôtel de Mazan (SDAP)

 

Une étude historique précédente avait permis d’éditer un prix-fait (sorte de contrat entre un commanditaire et un entrepreneur) de 1517 relatif à la construction de l’hôtel pour Jean Lascaris de Tende et un second, de 1522, portant vraisemblablement sur son décor de gypserie ; la confrontation des données de ces documents avec le bâti était à faire.
Les corps de bâtiment qui composent l’édifice sont disposés en U autour d’une cour fermée par un mur aveugle. Ils comportent quatre niveaux d’élévation principaux et un niveau de cave.

Vue en contre-plongée de l’escalier. SDA 04

Les niveaux sont accessibles via un escalier en vis à quatre noyaux autour d’un vide central, qui dessert une loggia à partir de laquelle les pièces sont distribuées.

Loggia de l’Hôtel de Mazan. SDA 04

Une ouverture transformée dans la cage d’escalier de l’édifice. SDA 04

L’étude, appuyée sur quelques sondages ponctuels, des observations sur les parements dégagés et des photographies anciennes, a montré une stratigraphie complexe du bâtiment ; quelques hypothèses, qui demanderont à être confrontées à des analyses plus nombreuses, ont pu être formulées. L’aile qui occupe le sud-ouest de l’ensemble préexiste à la construction de l’hôtel, ainsi peut-être que la cage d’escalier (mais pas l’escalier lui-même, du moins pas dans son état actuel). Ce bâtiment est acheté avant 1517 et profondément transformé : partiellement démoli, il est divisé en deux, ses ouvertures d’origine sont comblées et ses niveaux de sol sont déplacés. Deux ailes sont ajoutées, au nord et au sud de l’espace qui devient la cour de l’édifice. L’escalier est sans doute transformé à la même époque et la loggia est créée. Dans un troisième temps, sans doute au XVIIIe siècle, de nouvelles transformations surviennent, qui affectent moins la morphologie générale de l’édifice : transformation des baies, division des pièces nobles et renouvellement de leur décor.

Principaux états restitués pour l’évolution de l’édifice. SDA 04, d’après plan M. Trubert

À la suite de cette première étude, plusieurs pistes pour des recherches ultérieures se dégagent : d’abord, il semble souhaitable, dans le cadre des réfections de maçonneries projetées, de systématiser les observations sur le bâti afin de valider ou de corriger les hypothèses ci-dessus. Ensuite, la réalisation d’un relevé volumétrique intégral de l’Hôtel, par exemple par l’emploi d’un scanner laser 3D, fournirait une base d’analyse actualisée, mais aussi des relevés techniques utiles à la bonne intégration du projet dans l’édifice. La systématisation des analyses dendrochronologiques sur les planchers et plafonds fixerait à la fois la chronologie du décor et des transformations du bâtiment. Enfin, une étude historique complémentaire de celle qui a été réalisée pour le XVIe siècle permettrait de mieux situer les évolutions du bâtiment dans le contexte riézois et provençal.

Venez retrouver le SDA au village des Sciences de Manosque 2021

À l’occasion des 30 ans de la fête de la Science, le Service départemental d’archéologie du 04 sera présent les jeudi 7 / vendredi 8 (scolaires) et le samedi 9 octobre (tout public) au village des sciences de Manosque, qui se tiendra à l’espace Osco Manosco (484 avenue du Moulin Neuf). Ce sera l’occasion de découvrir la fouille préventive d’un cimetière médiéval, menée par le SDA en 2020.

 

Une sépulture typique de la fin de l’Antiquité et du début du haut Moyen Âge

Sortir de l’éditeur

Coffrage de tegulae et d’ imbrice à section triangulaire, ossement en réduction, et inhumation d’un individu adulte sur le squelette d’un autre homme adulte (SDA 04)

Cette sépulture, appelée bâtière de tegulae de par son architecture faite de tuiles plates, a été mise au jour récemment lors d’une opération de diagnostic archéologique. Bien qu’elle fasse partie d’un ensemble funéraire bien plus vaste, seule celle-ci a été fouillée lors de cette opération afin d’observer son architecture funéraire, son état de conservation ainsi que la nature des dépôts qu’elle abritait.

Associés à un plan de répartition des vestiges, ainsi qu’à des sondages profonds pour vérifier la potentielle stratification du site, ces éléments participent en effet à déterminer la nature du site archéologique, sa datation, ainsi que la conservation des vestiges, qui pourront tous trois mener, par la suite, à la prescription d’une fouille archéologique préventive.

Ce type de sépulture est courant dans notre région à la fin de l’Antiquité et au début du Moyen Âge. Il permet d’inhumer des défunts individuellement, mais également collectivement car ces structures sont souvent rouvertes afin de placer de nouveaux corps. Les ossements du primo-occupant peuvent alors être “réduits”, c’est-à-dire repoussés dans une partie de la tombe pour libérer de la place, ou encore, comme ce fut le cas ici, simplement recouverts par la dépouille d’un nouveau défunt.

Ces superpositions complexifient la fouille de la structure : chaque “couche” doit être fouillée, enregistrée (photographies, localisation en plan et en altimétrie, description…) et enlevée l’une après l’autre. En conséquence, sur le terrain, il n’est jamais possible de voir tous les éléments constitutifs d’une tombe à la fois.

Afin de pallier ce manque de visibilité qui pourrait entraîner des erreurs d’interprétation, notamment sur les effets que ces éléments pourraient avoir entre eux, il est aujourd’hui possible de réaliser des modèles 3D des structures fouillées en effectuant une simple couverture photographique à chaque étape de la fouille. À l’aide d’un logiciel (Metashape d’Agisoft en l’occurrence), on peut alors, à partir de quelques dizaines de photos, modéliser un nuage de points, ou bien un modèle maillé et texturé.

Des nouvelles de Riez la Romaine

Depuis des décennies la ville antique de Riez, Julia Augusta Reiorum Apollinaris, localisée à la confluence du Colostre et de l’Auvestre et au carrefour de deux voies romaines reliant Riez à Fréjus, Aix-en-Provence, Digne-les-Bains et Castellane, fait l’objet d’une attention particulière grâce aux nombreuses découvertes liées aux fouilles de sauvetage et aux fouilles programmées (G. Barruol, P. Borgard, C. Michel d’Annoville) sur le site du Pré de Foire accueillant aujourd’hui le collège Maxime Javelly et son parking. Lors de ces diverses opérations la topographie de la ville augustéenne (Haut-Empire) a pu être mise en lumière : deux ensembles thermaux, un quartier résidentiel mais aussi un quartier monumental localisé au pré des quatre colonnes encore en élévation et indiquant la présence ancienne d’un probable temple dédié à la religion et au panthéon romain ; puis les vestiges de l’Antiquité tardive : nécropoles et complexe paléochrétien (cathédrale et baptistère).

Avec la mise en place des lois de 2001 et 2003 sur l’archéologie préventive, d’autres secteurs de la commune ont pu être diagnostiqués et fouillés. Ainsi la nécropole du Haut-Empire de la Rouguière avec ces mausolées et ces crémations a été diagnostiquée et fouillée (N. Molina 2003, P. Borgard 2004, L. Martin 2007) sur l’emprise d’un projet de construction de lot à bâtir. Ces opérations ont permis de placer ce quartier en dehors de la ville antique car durant l’époque augustéenne les cimetières sont exclusivement localisés en dehors de l’aire urbaine le long des voies. L’Hubac Saint-Jean a livré au sud de la ville un atelier de potier de cette période et également une zone de cimetière (L. Martin 2012). Les activités artisanales étaient fréquemment installées en périphérie des villes mais aussi au cœur de l’habitat durant le Haut-Empire. Toutes ces découvertes mettent en avant une occupation antique de la plaine alluviale qui s’étend en deux grandes phases, l’une durant le Haut-Empire (0-250 de notre ère) et la seconde durant le Bas-Empire (250-450). Et, les récentes opérations de diagnostic archéologique réalisées sur la commune de Riez participent à renforcer ce postulat sur l’évolution de la ville durant l’Antiquité et permettent de préciser sa topographie et son étendue (Fig. 1).

Fig. 1 : Organisation de la ville antique de Riez (J. Sélèque)

Deux nouveaux diagnostics réalisés par le service départemental des Alpes de Haute-Provence ont permis en 2020 d’affiner les contours de la ville et d’en découvrir de nouveaux quartiers. Le premier avenue Frédéric Mistral a permis d’observer dans quatre sondages l’occupation du secteur sur deux états (Fig. 2).

Fig. 2 : Plan des vestiges découverts lors du diagnostic de Riez, Av. F. Mistral

Le premier est en lien avec un aménagement de berge d’un ancien bras du cours d’eau, le Colostre, recelant beaucoup d’éléments de démolition antique (tegulae, céramique). Ce dernier fonctionne avec de nouveaux vestiges de thermes : une salle à hypocauste (tranchée 3, Fig. 3) associés à un bâti (tranchée 2 et 3, Fig. 4), une canalisation (tranchée 2) et un bassin (tranchée 1). Parements et blocage interne liés au mortier de chaux gris figurent le premier état, mode de construction similaire au modèle en cours dans cette aire géographique durant le Haut-Empire. Ces niveaux sont associés à des fragments d’enduit peint en majorité rouge.

Fig. 3 : béton de tuileau, vestiges de thermes (Riez, diagnostic av. F. Mistral)
Fig. 4 : murs du bâtiment thermal (Riez, diagnostic Av. F. Mistral)

Le second état est représenté par des maçonneries d’une toute autre facture. Ces murs relevant potentiellement d’ensembles du Bas-Empire ou de l’Antiquité tardive / haut Moyen Âge sont composés de galets ou de blocs calcaires liés au mortier de sable jaune majoritairement. Les vestiges antiques du premier état (Haut-Empire, Fig. 2) correspondent à un bâtiment thermal dont l’envergure reste à ce jour inconnu. S’agit-il de thermes publics ou privés? Les fragments d’enduits peints et de marbres sculptés induisent des surfaces travaillées et décorées au sol et aux murs. Les éléments architecturaux et de mobilier découverts lors du diagnostic ne permettent pas de statuer sur l’importance de cette occupation. Les vestiges du second état qui semble lui aussi antique pourraient correspondre à un habitat. La probable calade et les murs qui lui sont associés, de même que le long mur de la tranchée 3 ne sont en revanche pas accompagnés de mobilier déterminant ni la chronologie précise ni la nature de l’occupation.

Fig. 5 : Plan des vestiges découverts lors du diagnostic de Riez, rue du Pont Jacquet

Le second diagnostic, rue du Pont Jacquet, a révélé également plusieurs phases d’occupations dans sept tranchées (Fig. 5). Plusieurs types de vestiges sont issus du Haut-Empire : un habitat, une aire de stockage (Fig. 6) et une zone concentrant des vestiges associés à deux fosses de dépôt de combustion (Fig. 7, tranchée 3) située non loin du tracé présumé de la voie Riez/Castellane et pouvant être associées à une aire funéraire (?). Ces vestiges s’organisent autour du cours du Valvachère, observé dans trois tranchées, qui à cette époque marquait la topographie de la ville au même titre que le Colostre s’écoulant également d’est en ouest plus au nord.

Fig. 6 : zone de stockage, amphore brisée sur place (Diagnostic Riez, rue du Pont Jacquet)
Fig. 7 : Plan de la tranchée 3, diagnostic Riez, Rue du Pont Jacquet

Un réseau de canalisation et d’irrigation (Fig. 8 et 9) a été également découvert et est intimement lié à ce cours d’eau. La seconde phase correspond à quelques fosses et drains installés après le comblement alluvionnaire du Valvachère, qui a été provoqué par des crues intenses et rapides durant la transition climatique qui débute durant l’Antiquité tardive (Ve-VIe siècle).

Fig. 8 : canalisation (Diagnostic Riez, rue du Pont Jacquet
Fig. 9 : canalisation (Diagnostic Riez, rue du Pont Jacquet)

Ces deux diagnostics ne seront pas nécessairement suivis d’une fouille car souvent les vestiges de la ville antique apparaissent à plus de 2,50 m de profondeur sous les alluvions du Colostre et du Valvachère au débit intense durant l’Antiquité tardive et le Moyen Âge en lien avec la dégradation du climat connue de ces périodes. Ils sont donc protégés des aménagements et resteront enfouis sous ces derniers. L’avancée de la recherche sur l’histoire de Riez est en étroite relation avec l’aménagement du territoire qui permet la prescription d’opérations archéologiques. L’actualisation des données sur la ville antique est en cours puisque plusieurs projets de rénovation et de construction vont voir le jour dans les années à venir. Ces projets vont en partie faire l’objet d’opérations archéologiques au préalable.

Les Journées européennes de l’archéologie 2021 en Haute-Provence

Cette année, les Journées européennes de l’archéologie, qui rassemblent un grand nombre d’acteurs de l’archéologie et qui sont coordonnées par l’Inrap, se dérouleront du 18 au 20 juin. Après une édition 2020 dématérialisée, nous aurons cette année la possibilité de vous rencontrer sur des sites, lors de conférences ou de multiples autres animations à travers la France et l’Europe.

Le Service départemental d’archéologie des Alpes de Haute-Provence sera présent pour différentes manifestations au cours de ces journées. Les conditions sanitaires peuvent limiter les places disponibles, assurez-vous auprès des organisateurs de pouvoir y assister !

– Le 18 juin à 18h, Thomas Castin proposera une conférence sur l’actualité de la Préhistoire dans le Département, dans le cadre de la programmation du musée de Préhistoire des gorges du Verdon, à Quinson. Ce sera l’occasion, pour ceux qui le souhaitent, de découvrir les belles expositions que le musée présente en ce moment !

– Le 19 juin à 15h, Stéphane Berhault (architecte) et Vincent Buccio vous accompagneront pour une visite de la chapelle Saint-Thyrse de Robion, à Castellane et un échange sur l’archéologie des édifices patrimoniaux

– Le 19 juin se déroulera un salon archéologique à Reillanne, avec des stands, animations et conférences. Maxime Dadure présentera le rôle et les missions d’un service archéologique de proximité, aux côtés de Catherine Barra (Inrap).

– Le 19 juin à 17h, Thomas Castin présentera les dernières études archéologiques conduites dans le Canyon du Verdon ; cette conférence se déroulera à Gréoux-les-Bains

D’autres animations sont proposées dans le territoire. Nous vous recommandons particulièrement les superbes animations proposées par le Musée gallo-romain de Sisteron autour de l’archéologie de la Transhumance le samedi 19 juin. Les musées de Préhistoire des gorges du Verdon et de Salagon vous invitent également à découvrir leur programmation pour ces journées.

Et dans le département voisin des Hautes-Alpes, vous pourrez découvrir à la Bâtie-Montsaléon le samedi 19 juin un programme d’animations et de conférences avec entre autres une visite de la toute récente fouille dirigée par l’Inrap.

Bonnes visites !