[🎃SpĂ©ciale Halloween🎃] Morts violentes en Haute-Provence : quelques tĂ©moignages archĂ©ologiques

par Élise HENRION et Mathias DUPUIS

L’anthropologie funĂ©raire est une spĂ©cialitĂ© de l’archĂ©ologie qui s’attache Ă  Ă©tudier les modes d’inhumation des Ă©poques passĂ©es ainsi que les populations inhumĂ©es dans les cimetiĂšres et autres ensembles funĂ©raires. Si, dans la majoritĂ© des cas, la cause de la mort n’a pas laissĂ© de trace sur le squelette des dĂ©funts mis au jour, il arrive parfois que des stigmates visibles sur certains os nous permettent de l’apprĂ©hender.

Senez, cathĂ©drale – Fouille de sĂ©pulture, automne 2018 (© SDA04)

Depuis la crĂ©ation du Service dĂ©partemental d’archĂ©ologie et sa premiĂšre fouille en 2011, cela fut le cas Ă  quatre reprises sur des sites datant de la fin de l’AntiquitĂ© et du Moyen Âge, oĂč nous avons pu dĂ©couvrir des restes humains tĂ©moignant de traumatismes particuliĂšrement violents, dont au moins trois d’entre eux peuvent ĂȘtre rattachĂ©s Ă  un contexte belliqueux. Nous vous proposons donc de dĂ©couvrir ces « cold cases » archĂ©ologiques Ă  l’occasion d’Halloween. Bonne lecture !

Les bras entaillés de Saint-Etienne-des-Orgues

Le cas le plus ancien documentĂ© au cours de nos opĂ©rations archĂ©ologiques est celui du squelette d’un homme retrouvĂ© lors de la fouille de la tombe 139 dans la nĂ©cropole tardo-antique de l’Abadie, Ă  Saint-Étienne-les-Orgues.

Cette fouille prĂ©ventive, conduite en 2012 prĂ©alablement Ă  la construction d’une maison d’habitation individuelle, a permis de mettre au jour une partie d’un cimetiĂšre utilisĂ© entre le IVe et le VIIIe siĂšcle de notre Ăšre. Les inhumations se rĂ©partissent sur un coteau des piĂ©monts mĂ©ridionaux de la montagne de Lure, sans doute Ă  proximitĂ© d’une voie de passage qui longe ce massif, permettant ainsi de relier la vallĂ©e de la Durance et les monts du Vaucluse. Le mobilier dĂ©couvert sur le site, essentiellement composĂ© des Ă©lĂ©ments de parure vestimentaire qui accompagnaient les dĂ©funts, inscrit cette dĂ©couverte dans le corpus des nĂ©cropoles rurales du haut Moyen Âge connues en Haute-Provence (Cadarache, Valensole, etc.).

Saint-Etienne-les-Orgues, l’Abadie – La sĂ©pulture 139 (© SDA04)

L’individu, inhumĂ© dans une tombe formĂ©e par un coffrage de tuiles romaines (tegulae) disposĂ©es en bĂątiĂšre a Ă©tĂ© datĂ©e par la mĂ©thode du radiocarbone des Ve-VIe siĂšcles. Cet homme ĂągĂ© de moins de 50 ans prĂ©sentait, sur la face postĂ©rieure de ses deux humĂ©rus (c’est-Ă -dire Ă  l’arriĂšre des bras, juste sous les Ă©paules), des entailles laissĂ©es par un objet tranchant (Ă©pĂ©e, couteau ?). Ces traces de coupure indiquent que l’individu a subit une agression violente, portĂ©e en deux coups distincts. Elles auraient pu avoir Ă©tĂ© infligĂ©e dans le but d’handicaper l’individu, afin qu’il ne puisse plus utiliser ses bras pour se dĂ©fendre. La mort de cet homme, bien qu’elle n’ait pas Ă©tĂ© provoquĂ©e par ces blessures, a probablement eu lieu peu aprĂšs ce traumatisme, aucune rĂ©action du pĂ©rioste (la surface de l’os), n’ayant Ă©tĂ© observĂ©e : en somme, il n’a pas eu le temps de cicatriser. Le squelette ne porte aucune autre lĂ©sion indiquant la cause de la mort.

Saint-Etienne-les-Orgues, l’Abadie – Entailles sur la face postĂ©rieure des humĂ©rus de la sĂ©pulture 139 (© SDA04)

Si la tombe de cet individu n’a livrĂ© aucun vestige mobilier, d’autres sĂ©pultures dĂ©couvertes Ă  Saint-Etienne-les-Orgues posent question, mĂȘme lorsque les squelettes ne prĂ©sentent pas de traces de traumatismes particuliers. On est ainsi particuliĂšrement intriguĂ© par la sĂ©pulture 138 qui contenait le squelette d’un trĂšs jeune adolescent, dĂ©posĂ© sur son cĂŽtĂ© gauche dans un coffrage de pierres et accompagnĂ© par un Ă©trange attirail mĂ©tallique : une clef trĂšs massive avec sa chaine, ainsi qu’un couteau et une boucle de fer…

Saint-Etienne-les-Orgues, l’Abadie – Vue de dĂ©tail de la tombe 138 (© SDA04)

Traumatismes crĂąniens Ă  Senez

La fouille du site de l’ancienne cathĂ©drale de Senez a permis, au cours des diffĂ©rentes campagnes conduites depuis 2012, de mettre en Ă©vidence les vestiges d’une vaste nĂ©cropole qui se dĂ©veloppe aux abords de l’église, Ă  partir de l’AntiquitĂ© tardive. Lors d’un diagnostic rĂ©alisĂ© en 2014, Ă  l’emplacement du terrain de pĂ©tanque qui jouxte la cathĂ©drale du cĂŽtĂ© sud, nous avons dĂ©couvert plusieurs tombes formĂ©es par des coffrages de dalles de grĂšs et dont la chronologie se situe entre l’époque carolingienne et le Moyen Âge central. À l’intĂ©rieur de l’une d’entre elles – la sĂ©pulture 218 – Ă©tait conservĂ© le squelette d’un jeune homme, ĂągĂ© entre 16 et 20 ans et d’une stature avoisinant les 1,70 m.

Senez, place de l’Ă©glise – La sĂ©pulture 218 (© SDA04)

L’individu prĂ©sentait un traumatisme fatal au niveau du pariĂ©tal droit, provoquĂ© par un objet tranchant et ayant induit une perforation du crĂąne. LĂ  encore, l’absence de signes d’infection ou de dĂ©but de cicatrisation indique qu’il n’a pas ou que peu survĂ©cu. Toutefois, son sort Ă©tait d’ores-et-dĂ©jĂ  scellĂ©, car d’autres lĂ©sions, visibles sur les vertĂšbres thoraciques et lombaires, laissent prĂ©sumer que ce jeune homme Ă©tait atteint par une tuberculose osseuse, probablement assez virulente et envahissante au vu de l’ouverture des lĂ©sions.

Senez, place de l’Ă©glise – LĂ©sions sur le crĂąne de la sĂ©pulture 218 (© SDA04)

Bien que l’on ne puisse associer les deux Ă©vĂšnements, un second squelette, retrouvĂ© en 2017 lors de fouille de la tombe 517 dans la sacristie de la cathĂ©drale, porte Ă©galement les traces d’une mort violente. TrĂšs partiellement conservĂ©e et datĂ©e par radiocarbone des XIe-XIIe siĂšcles, la sĂ©pulture a livrĂ© le crĂąne d’un adulte, probablement de sexe fĂ©minin, dont le pariĂ©tal gauche montrait une fracture par enfoncement, imputable Ă  un objet contondant et dont l’extrĂ©mitĂ© devait avoir une forme rectangulaire. L’absence de rĂ©action osseuse indique que l’individu n’a pas survĂ©cu Ă  cette agression.

Senez, cathĂ©drale – Enfoncement du pariĂ©tal gauche sur le crĂąne de la sĂ©pulture 517
(© SDA04)

Le pied (mal) amputé de Céreste

L’un des cas de figure recensĂ©s au cours de nos opĂ©rations archĂ©ologiques est celui de la tombe 110 du cimetiĂšre du site de Saint-Pierre Ă  CĂ©reste. Cette opĂ©ration archĂ©ologique, conduite Ă  l’étĂ© 2011, avait permis de mettre au jour une petite Ă©glise rurale du haut Moyen Âge, entourĂ©e par son cimetiĂšre.

CĂ©reste, Saint-Pierre – Vue d’ensemble du site en fin de fouille (© SDA04)


À l’intĂ©rieur du cimetiĂšre, une sĂ©pulture datĂ©e par radiocarbone des VIIIe-Xe siĂšcles se dĂ©marque particuliĂšrement. En effet, l’individu – un homme ĂągĂ© entre 18 et 23 ans – disposĂ© dans un coffrage de pierre anthropomorphe (qui Ă©pouse la forme du corps humain), a fait l’objet d’un geste funĂ©raire bien singulier : l’extrĂ©mitĂ© de sa jambe droite portait la trace d’une amputation du tiers distal du tibia et de la fibula (aussi appelĂ© pĂ©ronĂ©).

CĂ©reste, Saint-Pierre – La sĂ©pulture 110 (© SDA04)

En somme, son pied droit Ă  Ă©tĂ© coupĂ© Ă  une dizaine de centimĂštres au-dessus de la cheville. Toutefois, la fouille de la sĂ©pulture montre que le pied coupĂ© a Ă©tĂ© replacĂ© dans la tombe lors de l’inhumation du dĂ©funt, juste au-dessus de l’extrĂ©mitĂ© amputĂ©e. On peut donc en dĂ©duire que l’individu n’a pas survĂ©cu trĂšs longtemps aprĂšs son amputation, puisque son pied Ă©tait encore suffisamment bien conservĂ© pour pouvoir ĂȘtre dĂ©posĂ© dans la tombe Ă  ses cĂŽtĂ©s.

CĂ©reste, Saint-Pierre – Vue de dĂ©tail du pied coupĂ© et replacĂ© de la sĂ©pulture 110 (© SDA04)

Il est difficile d’extrapoler sur le contexte prĂ©cis de cette lĂ©sion, mais sa localisation et le double coup favorise l’origine chirurgicale. En ce qui concerne les compĂ©tences du « chirurgien », elles sont quelque peu mises en doute. Tout semble en effet dĂ©montrer que cette intervention ne s’est pas trĂšs bien dĂ©roulĂ©e : l’observation des lĂ©sions osseuses montrent que la section a Ă©tĂ© effectuĂ©e en deux temps. Un premier coup a Ă©tĂ© portĂ© sur le cĂŽtĂ© intĂ©rieur de la jambe droite par un instrument lourd et tranchant, de type hache, mais n’a sectionnĂ© que le tibia. L’outil est alors venu buter contre la fibula et un second coup oblique, portĂ© lĂ©gĂšrement plus bas, a Ă©tĂ© nĂ©cessaire pour complĂ©ter l’amputation.

Pourquoi Ă©tait-il nĂ©cessaire de couper le pied de cet individu ? On peut Ă©mettre une hypothĂšse : l’extrĂ©mitĂ© de la jambe coupĂ©e prĂ©sentait un trĂšs mauvais Ă©tat de conservation par rapport au reste du squelette, qui pourrait avoir Ă©tĂ© provoquĂ© par un traumatisme ayant motivĂ© l’amputation (Ă©crasement).

CĂ©reste, Saint-Pierre – Vue de dĂ©tail de l’amputation de la jambe droite aprĂšs nettoyage des ossements (© SDA04)



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.