Diagnostic archéologique à la chapelle Saint-Thyrse de Robion

Suite à une demande anticipée de diagnostic adressée par la mairie de Castellane, un diagnostic archéologique a été réalisé à la chapelle Saint-Thyrse de Robion par le SDA 04 en avril 2019, préalablement à des travaux de restauration.

Cette église, classée au titre des Monuments Historiques depuis 1944, a fait l’objet de plusieurs reconstructions au fil des siècles. Son clocher, d’un style du premier art roman provençal, est la partie la plus ancienne. Il faut situer sa construction, et celle du premier édifice qu’il accompagnait, entre le XIe et le début du XIIe siècle. La nef actuelle évoque, quant à elle, le second art roman et renvoie à la seconde moitié du XIIe siècle. Nous ne disposons pas d’indice sur la disposition de la nef et du chœur de la première église. De plus, le mur gouttereau sud semble être une reconstruction que des sources écrites nous permettraient de dater du début du XVIIIe siècle.

Plusieurs campagnes de restauration ont été effectuées sur cette chapelle depuis son classement, mais certaines jugées excessives, sont aujourd’hui la cause de désordres subis par cette église. Pour la mettre hors d’eau, le creusement de drains et de puisards a été envisagé sur le pourtour de l’édifice. Afin d’évaluer l’impact de telles installations sur le cimetière médiéval supposé et d’éventuelles autres constructions, trois sondages archéologiques, d’une ouverture totale de 19 m2, ont été réalisés perpendiculairement aux murs gouttereaux de l’église ainsi qu’à son chevet. Ils ont permis d’observer le développement du cimetière médiéval, notamment au nord de l’église avec une dizaine de sépultures sous dalles et en coffrage de calcaire mises au jour. Au sud, une maçonnerie accolée au mur gouttereau pourrait être les vestiges de l’ancien enclos du cimetière, détruit à l’époque moderne lors de la reconstruction du mur gouttereau.

Sépultures au nord de l’église. Crédits SDA 04.

Vestiges de l’ancien mur d’enclos du cimetière. Crédits : SDA 04.

Au vu du potentiel archéologique, le projet de restauration a été modifié : un revers pavé permettra l’évacuation des eaux de pluie hors des abords de la chapelle, sans creusements qui auraient pu impacter les vestiges et auraient nécessité une fouille archéologique préventive.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.