Le service départemental d’archéologie est aussi confiné… mais le travail continue !

Quelle que soit l’importance qu’on lui accorde, l’archéologie ne constitue pas un service vital dans la situation sanitaire de ce printemps 2020. Les archéologues du service départemental d’archéologie sont donc confinés et tous les chantiers en cours ou projetés ont été mis en suspens. Pour autant, ils sont loin d’être inactifs et cette situation est l’occasion d’accomplir des tâches dont le public n’évalue pas toujours clairement l’importance.

Lors de la fouille d’un site archéologique, les structures bâties et les objets sont indéniablement importants, mais ils tirent l’essentiel de leur intérêt du contexte dans lequel ils sont trouvés. Ce contexte, et donc la compréhension globale du site, est donné par l’étude de la stratigraphie. En effet, la succession des couches sédimentaires et des structures permet de comprendre la compréhension du site et d’interpréter son fonctionnement.

Exemple de succession stratigraphique simple (crédit Elise Henrion, SDA 04)

Pour accéder à une couche du site archéologique, il faut retirer la couche qui se trouvait au-dessus : c’est un peu comme si, pour lire une page d’un livre, il fallait déchirer la page précédente, et en commençant par la fin du livre (les couches les plus récentes sont sur le dessus). L’archéologie est donc une science qui détruit au moins en partie son objet d’étude.

Fin de la fouille du futur gymnase Borrély, à Digne (janvier 2019) : la plupart des structures et les niveaux stratigraphiques ont été retirés (crédit Jenny Sélèque, SDA 04)

Sépulture médiévale fouillée

La même sépulture après prélèvement de l’individu inhumé (crédit Elise Henrion, SDA 04)

Sur le terrain, les archéologues doivent donc enregistrer de très nombreuses observations, par des relevés, des photographies et des descriptions.

Relevé stratigraphique détaillé (crédit Erwan Dantec, SDA 04)

Les objets découverts sont enregistrés de la même manière et associés à la couche dans laquelle ils ont été découverts. C’est la raison pour laquelle l’usage de détecteurs de métaux est très destructeur pour les sites archéologiques, même quand leur utilisateur est doté des meilleures intentions : les objets sont sortis de leur contexte, lui-même détruit par le creusement que fait l’utilisateur pour prélever l’objet.

À la fin de la fouille, il reste donc une partie des structures que l’on aura pu préserver, des relevés très nombreux et les objets et prélèvements effectués par les archéologues.

Fiches anthropologiques de terrain, pour l’etude de sépultures (copyright Elise Henrion, SDA 04)

C’est donc à ce moment que débute une phase du travail invisible pour le grand public, mais absolument cruciale : la rédaction du rapport d’opération archéologique, souvent désigné comme « rapport de fouille ». Ce document vise à compiler toutes les observations de terrain pour les rendre accessibles à la communauté des archéologues et éventuellement à toute personne qui en ferait la demande. L’organisation des rapports est codifiée par un arrêté de 2004 qui garantit une certaine uniformité des contenus des rapports, partout en France. En règle générale, la rédaction d’un rapport, incluant la mise au net des relevés et toutes les études (étude du mobilier archéologique, par exemple) représente un temps de travail équivalent au temps consacré par l’équipe d’archéologues sur le terrain. Ainsi, pour une fouille qui aurait mobilisé 8 personnes pendant trois mois, le rapport pourrait représenter un an de travail pour deux personnes.

Même lorsqu’un diagnostic archéologique (qui a pour objectif de voir si un site archéologique risque d’être détruit par un aménagement futur) ne donne aucun résultat tangible, la rédaction d’un rapport est obligatoire : l’absence de vestiges archéologiques dans une parcelle est en elle-même une information sur l’occupation ancienne des territoires, et elle nous permet de mieux évaluer le potentiel archéologique des parcelles avoisinantes. Cette donnée doit donc être communiquée pour pouvoir être intégrée à la réflexion sur le territoire.

L’organisation d’un service et les urgences des chantiers font que les archéologues ne peuvent pas toujours rédiger les rapports au fur et à mesure des chantiers. Les archéologues du SDA sont donc très occupés en ce moment à réaliser les rapports et les études qui pouvaient être en attente depuis parfois longtemps.

Les rapports sont considérés comme des documents administratifs ; bien qu’ils soient théoriquement accessibles, il est en réalité peu commode de les trouver, et l’exhaustivité des informations que l’on y trouve les rend parfois bien indigestes. La dernière étape de l’étude d’un site est donc la réalisation d’une publication qui donne une vision synthétique d’un site, d’une région ou d’un ensemble d’objets archéologiques par exemple. Elle paraît dans une monographie, consacrée à un site, des actes de colloque, qui sont un riche état de la recherche sur un thème donné, ou dans des revues de référence, dont certaines sont en ligne (par exemple ici). Cette publication permet le partage d’une information scientifique beaucoup plus facilement diffusée. Elle peut être doublée par une publication plus synthétique encore, destinée à être diffusée auprès d’un public moins éclairé, mais intéressé. Depuis 1991, on peut accéder à un résumé de la plupart des opérations archéologiques conduites dans une région, chaque année, par exemple ici.

Vous l’aurez compris, les archéologues ne s’ennuient pas lorsqu’ils sont confinés, et une partie de leur travail est assez facilement conduit en télétravail. Ces étapes sont partie intégrante de leurs missions de service de développement des connaissances et d’accompagnement de l’aménagement. Cela n’empêche pas qu’ils seront, comme nous tous, heureux de retourner sur le terrain quand ce sera possible !

Pour accompagner quelque peu cette période, nous essaierons de vous proposer régulièrement des articles qui présenteront nos résultats scientifiques, le fonctionnement du service ou encore des points de méthodologie.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.