Excursions préhistoriques dans la vallée du Largue

Le largue est une petite rivière des Alpes de Haute-Provence. Elle prend sa source sur la montagne de Lure et se jette dans la Durance 55km plus loin à Volx. Elle crée une petite vallée entrecoupant des reliefs arrondis et quelques plateaux calcaires ponctués de petits villages. Si le marcheur curieux s’y penche parfois pour ramasser une pierre lisse aux arêtes tranchantes, l’archéologue, lui, en arpente depuis maintenant plus d’un siècle, les coins et les recoins, les creux et les bosses, les falaises et les replats pour tenter d’élucider la question d’une omniprésence des populations préhistoriques dans le secteur afin d’apporter progressivement des éléments de réponse à des problématiques archéologiques régionales, nationales et même internationales.

Le largue et sa vallée (fond : IGN 1/250000)

Un peu de géomorphologie

Pour mieux saisir cet attrait pour la vallée, il faut s’intéresser à la géomorphologie du secteur et faire un grand bond dans le temps pour remonter il y a 150 millions d’années. A ce moment-là, la chaine alpine n’existe pas, à sa place, un océan, la Téthys. La Provence, en bordure de cet océan est recouverte par une mer épicontinentale. Au fond de cette mer vont se déposer des sédiments principalement calcaires. A partir de -130 millions d’années, ces eaux peu profondes et chaudes vont commencer à abriter des organismes vivants. Leurs débris (algues, coquilles et calcaires) associés aux milieux carbonatés s’accumulent sur de grandes épaisseurs et forment les calcaires urgoniens, calcaires blancs et purs que l’on retrouve dans le petit Luberon et les monts du Vaucluse. Vers -110 millions d’années, un phénomène d’approfondissement de la Provence cause le dépôt d’argiles grises de l’étage Aptien. Dix millions d’années plus tard, la remontée du bloc africain provoque de nombreux plissements et un lent soulèvement. La mer est alors moins profonde et des sables verts se déposent au fond. La suite du soulèvement les émergera puis, subissant le climat tropical, ces sables verts deviendront progressivement jaunes, blancs ou rouges et donneront les ocres.

Pendant l’Eocène (vers -45 millions d’années), le paysage est celui des savanes africaines actuelles, dont de nombreux mammifères sont encore visibles sous formes de fossiles. Le Luberon se forme progressivement. A partir de -34 millions d’années(Oligocène), de grands lacs se forment autour du Luberon au fond desquels se déposent marnes, grès et calcaires qui sont encore aujourd’hui exploités pour leur gisements de sels, lignite, soufre, gypse,… . Cette époque voit également l’émergence progressive de la montagne de Lure.

Lors du Miocène (de -20 à -5 millions d’années), la Méditerranée s’ouvre et occupe le sud de la France et le Luberon se retrouve sous une mer peu profonde. Les dépôts résultant de cette mer chaude et agitée sont des calcaires gréseux biodétritiques plus connus sous le nom de « molasse », encore visible sur le plateau de Claparède. Vers -15 millions d’années, la formation des Alpes repousse progressivement la mer et les reliefs commencent à ressembler à ceux que nous connaissons aujourd’hui. A – 6 millions d’années, une dernière poussée sud-nord permet finaliser l’orogenèse de Lure. A ses pieds s’étendent des prairies peuplées d’une faune diversifiée (gazelle, éléphants, tigres…). Il y a -5,8 millions d’années le détroit de Gibraltar se ferme, la Méditerranée se réchauffe et subit une forte évaporation, son niveau diminue considérablement (crise messinienne), les fleuves et affluents qui s’y jettent creusent alors d’importants canyons (entre 200 et 300 m à Mirabeau pour la vallée de la Durance). C’est lors cet épisode hydrogéologique que la clue du Largue est formée. 500 000 ans plus tard, le détroit de Gibraltar s’ouvre, la mer remonte, et plusieurs bras emplissent les vallées notamment celle de la Durance jusqu’à Manosque avant de se retirer. Dès lors, les reliefs ne changeront plus, seules les glaciations successives des deux derniers millions d’années vont éroder les massifs déposant d’importants niveaux de colluvions aux bas de ces deniers.

Les dépôts calcaires en milieu tropical ont véritablement favorisé la création de nodules de silex. De là, les niveaux calcaires laguno-lacustres de l’Oligocène et les calcaires urgoniens du Crétacé regorgent de nombreux rognons de tailles et de couleurs variables mais d’excellente qualité, ceux-ci sont alors très prisés aux périodes préhistoriques. L’exploitation des silex de l’Eocène reste assez limitée étant donné une qualité moindre.

Le Largue lors de son écoulement a progressivement traversé ces différents étages géologiques et par son phénomène érosif permis la mise au jour mais surtout l’accès facilité à de nombreuses concentrations de silex sous formes de rognons, nodules ou lentilles stratiforme.

Mais pourquoi le silex plutôt qu’une autre roche ?

Cette roche sédimentaire siliceuse dure formée par précipitation chimique et composée de calcédoine presque pure recouverte le plus souvent d’une gangue calcaire appelée « cortex » présente de nombreuses propriétés technique qui ont favorisé son utilisation de la Préhistoire ancienne pour les outils jusqu’au XIXe siècle notamment pour les pierres à fusil.

C’est une roche dure qui permet alors de réaliser des outils fonctionnels et résistants à des pressions assez importantes. Dans certaines régions crayeuses, les nodules de silex ont même servi à remplacer les constructions en bois. Sa texture cryptocristalline permet, lors d’un débitage intentionnel ou non, la création d’éclats aux arêtes tranchantes. Enfin, les propriétés de diffusion de l’onde de choc sont contrôlables et permettent de fractionner la roche de façons précises. Le silex se présent donc comme une roche assez exceptionnelle dont on ne retrouve les qualités que dans certains autres minéraux tels que le quartz hyalin ou l’obsidienne. Mais l’omniprésence à l’échelle mondiale en a fait un parfait générateur d’outils à la Préhistoire. Malgré cette ubiquité, on note de grandes différences de qualités entre silex, et celle-ci dépend surtout de son origine sédimentaire qui influe sur sa pureté, un silex pur sans inclusion sera bien plus simple à tailler qu’un silex possédant de nombreuses impuretés qui causent alors l’arrêt ou la déviation de l’onde lors du débitage.

Les silex de la vallée du Largue qui proviennent des calcaires urgoniens sont caractérisés par leur couleur blond miel ou gris bleuté, ceux des calcaires oligocènes se repèrent facilement par ses teintes marron-brun possédant des zonations parallèles et concentriques. Ces deux types de formations siliceuses sont relativement purs et présentent de très bonnes aptitudes à la taille.

Ainsi, la vallée du Largue présente un attrait considérable en termes de ressources minérales, si on y associe le vaste réseau karstique créant de nombreux abris favorables à l’installation ainsi qu’un milieu propice à la chasse, la pêche et la cueillette, on comprend rapidement que les civilisations préhistoriques y aient trouvé un intérêt à venir s’y installer.

 Une omniprésence préhistorique

Et les premières traces de cette occupation humaine sont visibles sur le site de la Combe Joubert à Cereste qui présente une série lithique assez particulière puisqu’elle associe des bifaces à un débitage Levallois dominant (Slimack et al, 2004) et inédite étant donné qu’elle est l’une des seules découvertes en contexte stratigraphique dans le sud-est. Les contextes géomorphologiques et archéologiques permettent de dater l’installation d’un groupe de prénéandertaliens lors d’une phase froide du Pléistocène moyen récent à la transition entre les Paléolithiques inférieur et moyen (vers -200 milliers d’années). D’autres indices d’occupations des populations de l’Acheuléen supérieur ont également été découverts mais cette fois ci hors contexte sur la commune de Revest-des-Brousses. On retrouve une nouvelle fois l’utilisation des silex crétacés prouvant déjà une sélection des matières première et une connaissance des ressources locales.

Une connaissance et exploitation des ressources lithiques à grandes échelles est également confirmées pour ces périodes par la découvertes d’outils réalisés dans le silex du Largue a plus d’une cinquantaine de kilomètres de la zone d’extraction notamment dans la phase 2 de la grotte de la Baume Bonne à Quinson (paléolithique inférieur) où l’on retrouve des éclats de façonnage de bifaces, de pointes et limaces (Notter, 2007).

Les populations néandertaliennes ont elles aussi parcouru les contreforts de la montagne de Lure comme en témoigne les nombreuses découvertes de produits du débitage Levallois dans le secteur. Le site du Chemin de la Poste à Vachère fouillé en 1986 par Michel Grenet met en évidence une collection de plus de 1400 artefacts dont 100 nucléus et 400 outils. Cette station est datée du dernier Interglaciaire (-130/-80 milliers d’années) (Grenet, 1986).

Acheuléen supérieur de la Vallée du Largue découvert a Revest des Brousses (Collectif 1990)

Lames en silex zoné retrouvé dans la sépulture triple de la Barma Grande (Onoratini, 2011)

On a longtemps pensé que les populations du Paléolithique supérieur n’avaient pas occupé ce secteur à cause des phases climatiques froides et de l’absence de vestiges pour cette période (Jaubert, 1990) mais l’analyse pétrographiques d’éléments lithiques sur plusieurs sites de la Provence et alentours a montré que la zone avait connu une présence humaine dès le Protoaurignacien (-43 000). Ces études ont démontré une véritable volonté d’acquisitions de matières premières de qualité pour des sites de chasses dans le massif de l’Esterel mais également une utilisation comme matériau de prestige du Gravettien à l’Epigravettien final (-31 000 à -12 000) (Onoratini et al, 2011). En effet, de nombreuses lames en silex zoné tertiaire du Largue ont été découvertes en contexte funéraire dans les grottes de Grimaldi (Ligurie, Italie). C’est donc sous forme d’offrandes que sont retrouvées ces lames longues de 15 à 20 centimètres dans les sépultures du Paléolithique supérieur des grottes de Barma Grande, Baousso de Torre et la Grotte des Enfants. Des recherches ont alors été menées pour essayer d’identifier les sites d’approvisionnement, elles ont permis de les mettre au jour du côté de Revest des Brousses, Saint-Etienne-les-Orgues, La Fayette ou les Blaches. Il s’avère donc que les tailleurs de l’époque venaient récupérer les nodules de silex naturellement dégagés, triés et accumulés par l’érosion dans différentes dépressions ou talus. Ainsi, plusieurs petites stations d’exploitation ont pu être repérées, elles sont complexes à observer étant donné qu’elles sont souvent mêlées à des sites de débitages plus anciens. Ces zones argileuses humides et froides ne constituaient pas des lieux attrayants pour une installation longue donc il s’agit le plus souvent d’exploitations fugaces dont les rares vestiges restant sont les mauvais éléments et les éclats corticaux des matériaux testés. Les sites de l’Esterel ont prouvé que tout le reste, cortex compris, était emporté une fois débité.

Le climat devenant plus clément à la fin du paléolithique, quelques sites d’occupations sont identifiés pour le Solutréen et le Magdalénien (-17 000/-10 000 ans avant J.C.) (Deydier, 1904, 1908 et 1909) mais c’est surtout lors du Mésolithique (-8 500/-6 500) qu’on perçoit une présence humaine plus importante dans la vallée. Les changements climatiques se stabilisent et laissent place à un environnement tempéré où la ripisylve est assez présente et où les populations encore nomades vivent de la cueillette et de la chasse des grands et petits herbivores pour la viande mais également carnivores tels que le loup, le renard ou le lynx pour leur fourrure. On retrouve l’outillage lithique similaire aux périodes précédentes tels que burins, perçoirs, grattoirs pour les tâches courantes mais un des éléments caractéristique de cette période est l’outillage microlithique fait principalement de pointes triangulaires réalisées sur lamelles, ces microlithes étaient destinées à venir armer une hampe d’os ou de bois comme pointe ou tranchant. Evidemment les populations locales (castelnoviennes et sauveterriennes) de cette époque ont profité des matières premières siliceuses présentes dans les affleurements rocheux proches. Ainsi dans l’abri Saint-Mitre à Reillanne ou le site des Bérards à Lurs, des microlithes, ne dépassant parfois pas 6 mm, en silex blond et en silex zoné ont été retrouvés dans les niveaux d’occupations associés à des restes de faune et des fosses-foyers.

exemples de lames en silex zoné (SDA04)

C’est au Néolithique qu’on observe l’occupation la plus dense du territoire, les populations d’agro-pasteurs investissent l’ensemble de la vallée profitant des abris naturels et des plateaux. L’agriculture, le pastoralisme et la chasse façonnent petit à petit un paysage semblable à celui connu aujourd’hui et viennent nourrir les occupants des différents sites comme celui du Néolithique final fouillé par Jean Gagnepain avant la construction centre d’astronomie à Saint-Michel l’Observatoire. De nombreux autres habitats diachroniques ont été repérés sur l’ensemble de la vallée tels que Le plateau du Moulin à Vachères, Les Clavelles à Lurs ou La grotte de Carluc à Reillanne. Mais encore une fois, l’importante concentration de sites sur cette aire géographique doit son explication au silex et une exploitation industrielle des gîtes avec l’implantation de véritables ateliers de taille. Au début du siècle dernier, en 1906, M. Deydier estimait à 4000 hectares la superficie totale de ces tailleries dont les débris jonchaient les pentes au point de ne plus en voir le sol. Il met également en évidence plusieurs maillets à gorges en roche verte et pics en silex et il mentionne leur utilisation dans des carrières de silex. Pierre Martel viendra plus tard confirmer ses dires lors de la fouille d’une fosse d’extraction remplie d’éclats de silex chauffé, de fragments de maillets en roche verte et de cendres. Ainsi, les grands nodules siliceux étaient extraits à l’aide des maillets et pics mais également du feu. Ceux-ci étaient ensuite dégrossis sur place avant d’être emmenés dans un atelier local. Ces imposants nucléus ont ensuite servis au débitage de grandes lames. Ce débitage résulte de l’association de solides connaissances pétrographiques et techniques puisqu’il est réalisé par pression au levier sur un silex chauffé pour apporter une aide à la fragmentation. De plus, les nucléus ne sont débités qu’en périphérie car le centre du nodule est moins silicifié et donc impropre à la taille (Renault, 1998). Et qu’en est-il des produits de ce débitage ? Les différentes fouilles de la zone ont révélés les éclats, les tests, les ratés et les préparations du débitage des grandes lames mais que très rarement les objets terminés. C’est Jean Courtin lors de la publication de sa thèse sur le Néolithique en Provence (Courtin, 1974) qui évoque le fait que ces lames en silex rubané « voyagent » à travers la Provence puisqu’on les retrouve sur plusieurs sites régionaux (Grotte Murée, Montpezat ; Grotte de l’Adaouste, Jouques ; Dolmen de Maurély, Saint Antonin, …) aux Néolithiques moyen et final puis au Chalcolithique. Des études plus récentes alliant critères pétrographiques et techniques ont révélé que l’export des grandes lames dépassait un cadre régional et pouvait aussi se retrouver dans différents contextes à plus de 600km sur des sites suisses, italiens ou du sud de l’Espagne (Vaquer, 2012). En France, on les retrouve en grande majorité dans le sud-est, puis ponctuellement sur la côte atlantique, les Alpes du nord, le Jura et jusqu’au Camp de Chassey (Saône et Loire) (Linton, 2008).

Ce réseau de diffusion est resté actif lors du phénomène campaniforme mais l’arrivée progressive de la métallurgie pendant l’âge du Bronze provoque alors une diminution de l’intérêt pour le silex et donc pour la vallée du Largue où la densité de population et de sites chutent au profit de vallées plus attractives en terme de métallurgie comme celle de l’Ubaye. Les populations gallo-romaines, romaines puis médiévales viendront s’installer et profiter à nouveau de cette vallée fertile en y implantant des villages et centres religieux proches de la voie domitienne.

exemples de lames et nucléus provenant de la vallée du Largue (Furestier, 2005)

Une renommée internationale

Ainsi, les populations préhistoriques ont toutes arpenté la vallée du Largue depuis la fin du Paléolithique inférieur. Cet attrait réside essentiellement dans le silex de très bonne qualité dont elle regorge mais aussi dans une topographie propice à l’installation (adret de Lure, réseau karstique, plateaux). Prénéandertaliens et néandertaliens se sont alors succédés sur ce territoire avant de laisser la place aux hommes du Paléolithique supérieur. Ces derniers semblent avoir utilisé la vallée uniquement comme point de collecte en ressources lithiques avant de repartir vers la côte varoise ou ligure en emportant avec eux ce silex rubané auquel ils apportent une symbolique particulière puisque certains souhaitent l’emmener jusque dans la mort. Avec le climat plus clément de la fin du Paléolithique supérieur, l’occupation humaine sur les rives du Largue va de nouveau être perceptible puis va s’intensifier au Mésolithique et connaître son climax au Néolithique avec l’implantation de sites d’extraction associés à des ateliers de taille permettant alors une diffusion importante du silex rubané. On assiste alors à l’émergence d’un vaste réseau d’échanges ou de commerce dont le point de départ est cette fameuse vallée du Largue mais pour lequel il reste de nombreuses interrogations : comment ces outils ont-ils été diffusés sur un si vaste territoire ? Colportage, de mains en mains, par longue commande ? Sous quelles formes ont-ils circulés ? En produits finis, productions brutes, ou ébauches ? Possédaient-ils vraiment une valeur d’outils ou bien une symbolique différente ? Prestige, innovation culturelle, diffusion technologique, usage domestique, funéraire ? Etaient-ils destinés à une catégorie sociale particulière, un ensemble culturel précis ? Bon nombre de ces énigmes préhistoriques restent et resteront peut-être longtemps difficiles à élucider mais des recherches pluridisciplinaires et ethnographiques apportent progressivement des pièces au complexe puzzle qu’est l’interaction sociale entre les différentes populations de la fin de la Préhistoire. L’archéologie montre ici sa limite en apportant presque autant de questions que de réponses sur le domaine des échanges culturels mais elle met en valeur la connaissance d’une petite vallée dès les temps anciens et dont le riche sous-sol a permis qu’elle s’exporte sur des distances considérables pour les époques concernées. Ainsi, des montagnes suisses à la péninsule ibérique en passant par les côtes atlantiques et ligures et peut-être plus loin, sous quelques couches stratigraphiques dorment encore quelques morceaux d’histoire de la vallée du Largue.

Répartition des différentes lames en silex du Largue (Vaquer, 2012)

Bibliographie

Binder, 1984

BINDER (D.): Systèmes de débitage laminaire par pression : exemples chasséens provençaux. Préhistoire de la pierre taillée 2 – Economie du débitage laminaire: 71-84. CEREP. Paris 1984.

Courtin, 1974

COURTIN (J.) – Le Néolithique de la Provence, Paris : Société Préhistorique Française, 1974, 360 p.

Collectif 1990

COLLECTIF – Archéologie au pays de Forcalquier, Alpes de Lumière, n° 103, 1990.

Cotte 1924

COTTE (V.) – Documents sur la Préhistoire de Provence, 4 vol., A. Dragon, Aix en Provence, 1924.

Deydier

DEYDIER (M.) – La vallée du Largue néolithique. Nouveau type de maillet de pierre. Congrès. A.F.A.S., Cherbourg, 10 août 1905, 10 p.

DEYDIER (M.) – La vallée du Largue paléolithique. Congrès A.F.A.S., Clermont-Ferrand, 8 août 1908, 8 p., 1 pl.

DEYDIER (M.) – I/ La vallée du Largue paléolithique (B.-A.). II/ Le Néolithique dans la Vallée du Largue. Notes et documents

Furestier, 2005

FURESTIER (R.) – Les industries lithiques campaniformes du sud-est de la France. 349 p. (Thèse de doctorat. Université de Provence).

Grenet 1968

GRENET (M.) – Le Chemin de la Poste (Vachères, Alpes de Haute-Provence). Rapport de sauvetage urgent. Direction des Antiquités de PACA. Aix-en-Provence, 35 p

Jaubert 1990

JAUBERT (J.) – La station paléolithique du chemin de la Poste (Vachères), in « Archéologie au Pays de Forcalquier », Les Alpes de Lumière, 103, 1990 p. 25.

Linton, 2008

LINTON (J.)., AFFOLTER (J.) et SESTIER (C.)- Des lames en silex rubané tertiaire de la collection des fouilles anciennes de Chassey (Saône-et-Loire),2008 Revue Archéologique de l’Est, T. 57: 5-20.

Lumley Woodyear 1969

LUMLEY WOODYEAR (H. de) – Le Paléolithique inférieur et Moyen du Midi méditerranéen dans son cadre géologique, tome J, Ligurie – Provence, Ve Supplément à Gallia Préhistoire, 1969, 374 p.

Notter, 2007

NOTTER (O.)– Étude des industries lithiques du Paléolithique inférieur et moyen de la grotte de la Baume Bonne (Quinson, Alpes-de-Haute-Provence, France). Thèse de Doctorat, Université de Provence, 2007, 432 p.

Onoratini et al, 2011

ONORATINI (G.), SIMON (P.), NEGRINO (F.), CAUCHE (D.), MOULLÉ (P.-E.), ARELLANO (A.), BORGIA (V.), VOYTEK (B.) et ARRIGHI (S.) – Du sud de la montagne de Lure aux sépultures de Grimaldi : le silex zoné stampien dit « du largue » un matériau de prestige du paléolithique supérieur liguro-provençal in Bulletin du musée préhistorique de Monaco, Monaco : Editions de Fontvieille, 2011, pp.51-74

Renault 1992

RENAULT (S.) – Prospection et Inventaire de la Collection Martel, Aix-en-Provence, SRA, 1992.

Renault, 1998

RENAULT (S.) – Économie de la matière première. L’exemple de la production au Néolithique final en Provence, des grandes lames en silex zoné oligocène du bassin de Forcalquier (Alpes-de-Haute-Provence). In d’Anna, A. et Binder, D. (dir.) Production et identité culturelle. Actes de la 2ème Rencontre Méridionale de Préhistoire Récente : 145-161. Éd. ADPCA, 1998 Antibes.

Renault, 2004

RENAULT, S. 2004: Les longues lames de silex provençales de la fin du Néolithique et le contexte d’atelier. In Buisson-Catil, Guilcher, Hussy, Olive et Pagni (éd.) Vaucluse préhistorique, le territoire, les hommes, les cultures et les sites: 215-218. Éd. Barthélemy. Avignon, 2004.

Renault, 2006

RENAULT (S.) – La production des grandes lames au Néolithique final en Provence : matériaux exploités, multiplicité des productions, aspects technologiques et chronoculturels. In Vaquer, J. et Briois, F. (dir.) La fin de l’Age de Pierre en Europe du sud: 139-164. Editions Archives d’Ecologie Préhistorique. EHESS. Toulouse, 2006.

Renault et Bressy, 2007

RENAULT (S.) et BRESSY (C.) – Les recherches en contexte d’atelier depuis la fin du XIXe siècle en Provence: de la recherche des artefacts à l’approche pluridisciplinaire. In Evin (dir.) Un siècle de construction du discours scientifique en Préhistoire. Actes du XXVIe Congrès Préhistorique de France (Avignon septembre 2004): Vol. II 279-295. Editions de la Société Préhistorique Française 2007.

Sauzade et al. 1997

SAUZADE (G.) ; BUISSON-CATIL (J.) ; TEXIER (P.- J.), RENAULT (S.), GUILBERT (R.) – « Préhistoire en Luberon », Courrier scientifique du Parc naturel régional du Luberon et de la Réserve de biosphère Luberon-Lure, 1997, 1, pp. 77-98.

Slimak et al, 2004 et 2005

SLIMAK (L.), DA SILVA (J.), GILABERT (C.), GUENDON (J.-L.), MONTOYA (C.), OLLIVIER (V.), RAYDON (V.), RENAULT (R.) – La Combe-Joubert (Céreste, France). Un assemblage paléolithique original en Haute-Provence. C. R. Ac. Sc.,Palevol, 3, pp. 77-84.

SLIMAK (L.), BRESSY (C.), GUENDON (J.-L.), MONTOYA (C.), OLLIVIER (V.), RENAULT (S.) .– Exploitation paléolithique de silex oligocènes en Haute-Provence (France). Caractérisation des matières premières et processus d’acquisition.C. R. Ac. Sc., Palevol, 4, 2005 pp. 359-367.

Vaquer, 2012

VAQUER (J.) – Réflexions sur échanges de biens matériels lithiques entre le midi de la France et le nord de la péninsule ibérique au Néolithique et au Chalcolithique, Congrés Internacional Xarxes al Neolític – Neolithic Networks Rubricatum. Revista del Museu de Gavà, 5 (2012) pp 565-574

Vaquer et Rémicourt, 2010

VAQUER (J.), Remicourt.(M.) – Les poignards en cuivre et les poignards en silex dans les dotations funéraires chalcolithiques du midi de la France. Sépultures collectives et mobiliers funéraires de la fin du Néolithique en Europe occidentale, 2010, Carcassonne, France.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.