Le vieux Montlaux : nouvelles technologies et patrimoine en péril

Voilà quelques années que la mairie de Montlaux s’attache à redécouvrir et valoriser son vieux village. Situé bien à l’écart de l’église et de la mairie actuelle, ses vestiges sont abandonnés aux broussailles depuis plus d’un siècle.  Parmi les imposants tas de pierres qui parsèment l’éperon, les débroussaillages menés par les Montlarains ont révélés les façades de maisons alignées de part et d’autre des anciennes rues du village.

Le vieux Montlaux vu depuis l’ouest (SDA 04)

Au sommet du relief, le promeneur reconnaitra facilement les sections d’un rempart (XIIe-XIIIe s.) brodé d’un fossé rupestre et jadis animé de tours semi-circulaires ; les ruines de l’église Saint-Jacques qui conservent un clocher carré ; et au point culminant un impressionnant monticule de pierres qui marque l’emplacement de la tour du seigneur de Montlaux.

Le rempart médiéval qui barre l’éperon (SDA 04)

Devant le danger imminent d’effondrement des derniers vestiges du village, une première campagne de restauration a stabilisé l’ancienne église paroissiale. Le service d’archéologie du département y intervient dans le cadre du diagnostic prescrit par la DRAC. Mais c’est le projet de stabilisation d’un second bâtiment, le plus en danger, qui a été pour nous l’occasion d’expérimenter une nouvelle méthode de relevé d’architecture. Bien loin de la traditionnelle planche à dessin et du crayon, c’est grâce à un drone que nous avons pu observer et modéliser ce bâtiment en péril sans échafaudage, ni échelle.

Vestiges des habitations du village et de l’église Saint-Jacques en arrière-plan (SDA 04)

Le procédé employé est celui de la photogrammétrie qui reconstruit la géométrie à partir de photographies prises de différents angles de vue. Le logiciel détermine des points communs à différents clichés, positionne les prises de vues dans l’espace, puis reproduit avec une précision millimétrique un modèle en trois dimensions. Le modèle obtenu est habillé d’une texture extraite des différentes photographie. La vidéo ci-dessous illustre les différentes phases de travail jusqu’au résultat final. Chaque vignette bleue est une photo prise par drone.

L’objet obtenu est une copie fidèle de l’original consultable à volonté quelque soit l’endroit où l’on se trouve. Si l’édifice devait disparaitre, il resterait donc virtuellement accessible aux architectes, aux archéologues et au public. Désormais armé de cet outil, il ne reste plus qu’à découvrir l’histoire de cet ensemble architectural et à en conforter les vestiges. Dans la vidéo ci-dessous, vous reconnaitrez surement la tour carrée (fin du XIIe ou début du XIIIe s. ?) noyée dans les constructions ajoutées progressivement entre le XIVe et le XIXe s.



Citer ce billet
maximedadure (2020, 11 mai). Le vieux Montlaux : nouvelles technologies et patrimoine en péril. Archéologies en Haute-Provence. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tx7t

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.