Une sépulture typique de la fin de l’Antiquité et du début du haut Moyen Âge

Sortir de l’éditeur

Coffrage de tegulae et d’ imbrice à section triangulaire, ossement en réduction, et inhumation d’un individu adulte sur le squelette d’un autre homme adulte (SDA 04)

Cette sépulture, appelée bâtière de tegulae de par son architecture faite de tuiles plates, a été mise au jour récemment lors d’une opération de diagnostic archéologique. Bien qu’elle fasse partie d’un ensemble funéraire bien plus vaste, seule celle-ci a été fouillée lors de cette opération afin d’observer son architecture funéraire, son état de conservation ainsi que la nature des dépôts qu’elle abritait.

Associés à un plan de répartition des vestiges, ainsi qu’à des sondages profonds pour vérifier la potentielle stratification du site, ces éléments participent en effet à déterminer la nature du site archéologique, sa datation, ainsi que la conservation des vestiges, qui pourront tous trois mener, par la suite, à la prescription d’une fouille archéologique préventive.

Ce type de sépulture est courant dans notre région à la fin de l’Antiquité et au début du Moyen Âge. Il permet d’inhumer des défunts individuellement, mais également collectivement car ces structures sont souvent rouvertes afin de placer de nouveaux corps. Les ossements du primo-occupant peuvent alors être « réduits », c’est-à-dire repoussés dans une partie de la tombe pour libérer de la place, ou encore, comme ce fut le cas ici, simplement recouverts par la dépouille d’un nouveau défunt.

Ces superpositions complexifient la fouille de la structure : chaque « couche » doit être fouillée, enregistrée (photographies, localisation en plan et en altimétrie, description…) et enlevée l’une après l’autre. En conséquence, sur le terrain, il n’est jamais possible de voir tous les éléments constitutifs d’une tombe à la fois.

Afin de pallier ce manque de visibilité qui pourrait entraîner des erreurs d’interprétation, notamment sur les effets que ces éléments pourraient avoir entre eux, il est aujourd’hui possible de réaliser des modèles 3D des structures fouillées en effectuant une simple couverture photographique à chaque étape de la fouille. À l’aide d’un logiciel (Metashape d’Agisoft en l’occurrence), on peut alors, à partir de quelques dizaines de photos, modéliser un nuage de points, ou bien un modèle maillé et texturé.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.