Le couvent des Minimes de Mane

Le couvent des Minimes de Mane ; à droite du cliché, le clocher de l’église (SDA 04)

Le Service départemental d’archéologie a récemment conduit une étude archéologique du couvent des Minimes de Mane. Cette étude s’inscrit dans le cadre des travaux de rénovation de cet établissement privé. Elle n’a pas vocation à traiter l’ensemble de l’établissement mais à proposer, au travers de sondages répartis dans ses maçonneries, une lecture globale des transformations perceptibles. Une importante étude d’archives, en cours, accompagne ce travail de terrain.

Le couvent appartient à l’ordre des Minimes, fondé au XVe siècle en Calabre par François de Paule. En 1601, Melchior de Forbin fonde un établissement ” à la ville de Pertuis ou à Mane”. C’est finalement cette dernière qui est retenue, et la congrégation est établie quelques années plus tard.

Le début du XVIIIe siècle est particulièrement favorable aux Forbins. Ils développent alors leur implantation de Mane en édifiant d’une part leur château de Sauvan et en développant d’autre part le couvent, richement doté et transformé.

L’étude archéologique a permis de mettre en évidence ces deux phases principales des XVIIe et du XVIIIe siècles, d’observer la construction d’origine et de rendre compte de certaines transformations, reprises de fenêtres et créations de nouvelles portes par exemple.

Structure en bois d’un des sols anciens du couvents (SDA 04)

En deux points du couvent, des pièces de bois anciennes étaient conservées, dans un escalier et le sol d’un étage. Ces pièces de bois sont prélevées et devraient faire l’objet d’une datation par dendrochronologie. Ainsi, si les conditions le permettent, il sera possible de dater très précisément certaines phases de travaux.

La surface ancienne des murs est conservée par endroit. Deux types de traitements dominent : par endroit, particulièrement au rez-de-chaussée, le mortier est lissé avec un soin extrême, formant une sorte de peau mais sans apport de couleur. Par ailleurs le revêtement le plus courant est un badigeon jaune d’un type fréquent au XVIIIe siècle. Surtout, l’étude archéologique a permis de constater la présence de décors peints concentrés dans l’aile sud du cloître. Deux panneaux particulièrement soignés sont apparus : le premier, sur le badigeon jaune, représente un pilier carré sur une base imposante. Tracé en perspective, à la mine, il comporte encore des lignes de fuite et des traits de bâti qui donnent à penser qu’il s’agit de l’ébauche d’un décor inachevé. Le revêtement qui le porte évoque plus les travaux du XVIIIe siècle.

Décor de pilier en trompe-l’oeil

À quelques mètres, un second panneau est beaucoup plus élaboré. On y voit la représentation d’un ange derrière un drapé et d’autres figurations se laissent deviner, dont des nuages et l’auréole d’un autre personnage. Ce décor polychrome semble associé au revêtement le plus ancien du mur et pourrait donc correspondre à la première phase de travaux. Il a été très dégradé par les travaux des XVIIIe et XIXe siècles ; sa surface a été abondamment piquetée pour permettre la bonne tenue des couches de peinture monochromes ultérieures, mais la qualité du décor demeure accessible.

Le décor figuré : ange et rideau (SDA 04)

Le maître d’œuvre et le maître d’ouvrage des travaux travaillent à la conservation de ces décors afin de permettre leur préservation et idéalement leur visibilité in situ. Ce travail permettra de découvrir l’extension du décor conservé.

Décor de rinceaux en encadrement de porte (SDA 04)

Ces décors majeurs ne sont toutefois pas totalement isolés : dans le même espace, un encadrement de porte comporte une frise de rinceaux peints en brun, mais cet élément est très dégradé et sa conservation n’a pas été envisagée. Enfin, les murs du couvent portent la trace d’autres décors : quelques graffitis sont incisés dans les plâtres les plus anciens et des chevilles en bois, implantées antérieurement au lissage des plâtres les plus anciens, indiquent que des éléments (tentures ou tableaux, peut-être) étaient accrochés au mur.

Il faut signaler pour conclure que la bonne coordination de l’ensemble des acteurs (maître d’œuvre, maître d’ouvrage, entreprises, architecte des bâtiments de France, Service régional de l’archéologie, service archéologique départemental) a permis de conduire dans les meilleures conditions une étude qui documente notre connaissance à tous sur cet édifice et sur cet ordre sans trop affecter le déroulement des travaux.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.