La topographie en archéologie

Lors d’une opération archéologique, les informations obtenues sur le terrain doivent être enregistrées en 3 dimensions afin de les sauvegarder et de faire un enregistrement aussi complet que possible des vestiges. On enregistre donc les coordonnées planimétriques et altimétriques de la zone de fouille, des structures, de la stratigraphie, mais aussi des perturbations anciennes ou récentes.

Utilisation du tachéomètre (SDA 04)

C’est la mission du topographe, équipé d’une station totale (tachéomètre) mesurant des angles et des distances, ou d’un récepteur GNSS (souvent appelé GPS), permettant un positionnement très précis par satellite.

Utilisation du GNSS pour la localisation d’un site archéologique

Combinée à la photogrammétrie, la topographie permet également de repositionner les modèles 3D de structures ou de secteurs de fouilles.
À partir de ces relevés de terrain, le topographe produit à l’aide de divers logiciel de CAO/DAO des plans détaillés et géo-référencés de chaque opération et replace le site dans son environnement. Ces plans peuvent être intégrés dans un système d’information géographique (SIG) et servir à l’analyse spatiale des données archéologiques.

Plan de l’ensemble des structures relevées, fouille du gymnase Borrély à Digne (SDA 04)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
yanndedonder (18 juillet 2022). La topographie en archéologie. Archéologies en Haute-Provence. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tx8f


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.