Archéologie programmée et archéologie préventive

Vous avez sûrement déjà entendu parler de ces deux types d’archéologie : même s’ils sont assez similaires par les techniques et les méthodes employées sur le terrain, c’est surtout leur statut et le contexte qui les différencient.
L’archéologie préventive précède un aménagement. Si celui-ci menace des vestiges, le plus souvent repérés lors de la phase de diagnostic, il faut assurer la sauvegarde des données archéologiques en passant par une fouille préventive prescrite par les services de l’État (ici le Service régional de l’archéologie). S’insère alors dans la problématique scientifique une notion de délai visant à libérer le terrain assez rapidement pour contraindre au minimum la réalisation de l’aménagement. L’archéologie préventive se fait sur l’ensemble du territoire et permet parfois des découvertes insoupçonnées dans des lieux où l’on pensait le potentiel archéologique assez faible.
A contrario, l’archéologie programmée n’est pas contrainte par un aménagement ni par des délais d’exécution. Elle est intégrée à des programmes de recherches sur des aires géographiques précises : c’est la problématique scientifique qui guide le choix du site et la méthode de fouille, et non une contrainte d’aménagement. Elle est souvent initiée par les acteurs locaux de l’archéologie et permet aux étudiants de faire leur premiers pas sur les chantiers.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
thomas castin (8 août 2022). Archéologie programmée et archéologie préventive. Archéologies en Haute-Provence. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tx8g


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.