A propos de l’usage de détecteurs de métaux

Dans son numéro de février 2023, un mensuel édité dans le département proposait un reportage intitulé « Prospection, friture sur la ligne ». Cet article fait la part belle aux utilisateurs de détecteurs de métaux et présente cette pratique comme assez anodine, voire vertueuse ; il emploie par ailleurs un vocabulaire qui pourrait donner à penser que la démarche des archéologues est liberticide et arbitraire, tout en s’appuyant sur des personnes sulfureuses.

L’article comporte de nombreuses approximations et contresens, à la fois sur le plan réglementaire et sur le fond scientifique et patrimonial. Il reprend très majoritairement les arguments des collectifs d’utilisateurs de détecteurs de métaux, sans contrepoint ni regard critique.

Pour commencer, rappelons quelques points de principe sur le patrimoine archéologique.

Comme nous l’avons défini dans un précédent article, l’archéologie est l’étude des restes matériels des femmes et des hommes qui ont vécu au cours des siècles et des millénaires passés. En cela, l’archéologie est donc une discipline historique, complémentaire de l’histoire des textes car elle utilise une source différente.

Depuis longtemps, la démarche archéologique repose sur la méthode stratigraphique : c’est l’étude successive des dépôts de sédiments (ou des creusements, des constructions etc.) qui permet de comprendre la chronologie d’un site. La première information relative à un objet archéologique est donc celle de son contexte : sa position précise dans le plan et l’espace, la couche sédimentaire dont il provient, les autres objets auxquels il est associé, etc. En retour, l’objet participe à éclairer ce contexte : une même céramique aura par exemple un rôle différent selon qu’elle est déposée dans une tombe ou rejetée parmi des déchets domestiques. Pour n’importe quel archéologue, un objet sorti de son contexte a donc perdu l’essentiel de son intérêt pour la connaissance de ce patrimoine.

Par ailleurs, un site archéologique est un lieu, connu ou à découvrir, où se trouvent ces traces matérielles. Les inventaires de sites ne font que cataloguer ceux qui ont déjà été répertoriés mais n’ont pas la prétention de lister tous le patrimoine existant !

Les sites archéologiques sont naturellement soumis aux phénomènes d’érosion : certains disparaissent et d’autres se trouvent recouverts à de grandes profondeurs ; ils ne sont donc plus accessibles.

Enfin, la fouille archéologique d’un site est irréversible : pour fouiller une couche de sédiments, il faut retirer les couches supérieures, et l’on ne peut donc refaire une fouille qui aurait été mal conduite.

Ainsi, le patrimoine archéologique doit être considéré comme fragile et non renouvelable : les sites archéologiques néolithiques par exemple ne poussent pas et l’on se contente dans le meilleur des cas de découvrir des sites déjà constitués. Les vestiges archéologiques peuvent être envisagés comme un commun de l’humanité, dont la disparition ou l’appropriation par certains constituent une perte pour tous. C’est pour ces mêmes raisons que les archéologues cherchent à limiter la fouille des sites : non pas pour limiter la connaissance des sites et moins encore pour se les approprier, mais pour les préserver.

La critique par des archéologues des effets de l’utilisation des détecteurs de métaux sur le patrimoine a fait l’objet d’une abondante production écrite et d’une exposition en cours, auxquels nous renvoyons le lecteur. Ces publications traitent par ailleurs de la licéité de l’usage des détecteurs de métaux, sur lesquelles nous ne nous appesantirons pas.

La question de la propriété du mobilier archéologique

En 2016, la loi LCAP a profondément modifié la propriété des « biens archéologiques mobiliers », ce qu’indique l’article de février 2023. Il fait cependant plusieurs raccourcis. Avant cette loi, plusieurs régimes de propriété cohabitaient, et restent valables dans certains cas. En particulier, un objet trouvé lors d’une recherche active (fouille ou usage d’un détecteur de métaux) n’appartenait pas à l’inventeur, mais pour moitié à l’État et pour moitié au propriétaire du terrain (dans la plupart des cas). Le même objet découvert aujourd’hui appartient entièrement à l’État. Ce changement de régime permet d’éviter la dispersion des ensembles archéologiques et garantit les meilleures conditions de préservation envisageables.

Dans tous les cas, et depuis 1989, l’utilisation d’un détecteur de métaux pour rechercher des objets qui concerne l’histoire, l’histoire de l’art et l’archéologie (sans restriction chronologique) est soumis à l’autorisation de l’État et des propriétaires des terrains. Au contraire de ce qu’indique l’article, le fait d’obtenir une seule de ces autorisations est insuffisant. Par ailleurs, l’éventuelle autorisation du propriétaire du terrain n’exonère pas du fait que le découvreur des objets ne peut revendiquer aucun droit sur ces derniers.

Suivant le discours dominant des associations d’utilisateurs de détecteurs de métaux, l’article donne ensuite en exemple le Treasure Act anglais, mis en place en 2016 et récemment amandé. Le nombre de publications en ligne relatives à cette loi montre qu’elle est encensée par les pratiquants de la détection, mais les avis d’archéologues sont notablement plus rares : c’est sans doute parce que ce texte a montré ses limites par le nombre de découvertes signalées et par la totale décontextualisation des objets.

Un argument fréquemment utilisé par les utilisateurs de détecteurs de métaux et repris sans critique dans l’article de février 2023 est celui de la dépollution que permettrait leur pratique. Les métaux ne représentent pourtant pas la plus préoccupante des pollutions (et c’est heureux, car le fer constitue environ 35 % de la masse de la planète), et il n’est pas rare de constater la présence de plastique, de verre (ou de métaux contemporains) après le passage d’utilisateurs de détecteurs de métaux.

Enfin, l’auteur de l’article prétend que la professionnalisation de l’archéologie, depuis une trentaine d’année, a mis un terme à la pratique bénévole de la recherche archéologique, envoyant les passionnés vers une pratique parallèle et, dans la plupart des cas, illégale. Cet argument récurrent est simplement faux. Dans le seul département des Alpes de Haute-Provence, plusieurs associations conduisent une recherche archéologique de grande qualité grâce au travail de bénévoles, et de nombreux chantiers sont ouverts aux bénévoles et même entièrement conduits par eux. La professionnalisation de l’archéologie a en réalité permis une bien plus grande prise en compte du patrimoine archéologique avant les aménagements du territoire, tout en maintenant une réelle activité bénévole en parallèle.

Pour conclure, on ne peut que rappeler que dans de très nombreux cas, l’usage non encadré de détecteurs de métaux est extrêmement néfaste pour le patrimoine archéologique commun. Même lorsque l’intention des utilisateurs n’est pas malveillante, elle est aussi néfaste que la cueillette de plantes menacées ou la chasse d’animaux protégés l’est pour l’environnement. Les personnes réellement intéressées par l’archéologie peuvent se tourner vers des associations pour participer au développement à la connaissance partagée de ce patrimoine.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
SDA 04 (2 avril 2023). A propos de l’usage de détecteurs de métaux. Archéologies en Haute-Provence. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tx8l


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.