Un nouveau diagnostic archéologique à Digne-les-Bains

La période d’été a donné l’occasion au SDA 04 de réaliser de nouveaux sondages archéologiques dans la cour du collège Maria Borrély, à Digne-les-Bains. La prescription de diagnostic émanant du Service régional de l’archéologie concernait le projet d’extension-réhabilitation du collège. En 2015, la cour du collège avait déjà fait l’objet de sondages (Sélèque et al. 2015) mais certains espaces n’avaient pas pu être explorés : ils l’ont été cette année.

Une portion de la ville antique s’était révélée dans la partie sud de la cour. Le cimetière du couvent des Cordeliers et une maçonnerie appartenant à l’ancien plan du couvent lui succédaient. Au nord, une structure de combustion isolée datée de l’Antiquité avait été mise au jour, ainsi que de nombreuses installations maçonnées contemporaines. R. Zérubia avait également mis en évidence dans cette partie (à l’emplacement d’une cuve), une maçonnerie antique.

Figure 1 : mur d’un bâtiment du Haut-Empire (SDA 04)
Figure 2 : céramique brisée sur un sol de béton du Haut-Empire (SDA 04)

Les sondages archéologiques complémentaires avaient pour objectif de préciser l’occupation aux abords immédiats du bâtiment prochainement démoli et de la cuve, emplacement de la future chaufferie. Les quatre ouvertures réalisées en août 2023 ont confirmé l’occupation du Haut-Empire au travers de maçonneries (Fig. 1), de niveaux de sol bétonné (Fig. 2), d’un dépôt votif ou de rejets de crémation (dépôt de mobilier, Fig.3). Tardivement, il semblerait que des fosses (Fig. 4) et des tranchées de récupération se soient implantées sur les vestiges du Haut-Empire. La période contemporaine est ici encore documentée puisque une canalisation et trois murs relèvent de cette période.

Dépôt votif ou funéraire antique (SDA 04)
Fosse recoupant le sol antique (SDA 04)

Cette opération archéologique, grâce à ses quatre ouvertures supplémentaires, a permis de découvrir une nouvelle portion d’habitat de Dinia, et ainsi de mieux connaître la topographie de la ville et peut-être ses contours. Il reste néanmoins à attester par une fouille exhaustive la nature de certains vestiges qui permettraient de caractériser l’occupation de cette zone de limite.

Hormis les vestiges de la ville antique (Ier-IVe siècles), cette opération a mis en évidence la pratique de la récupération de matériaux probablement pour la construction des deux pôles médiévaux (le castrum et le bourg), et l’installation potentielle d’une aire de stockage/ensilage pour la période large (à préciser à l’avenir) de l’Antiquité tardive au haut Moyen Âge.

Le diagnostic a aussi permis de confirmer les dynamiques sédimentaires du secteur. On constate une activité alluviale ancienne en profondeur, conséquence des divagations du Mardaric mais également plus récente jusqu’à la surface. En témoignent de puissants niveaux de limons argileux qui s’étendent sur toute la zone.



Citer ce billet
jennyseleque (2023, 26 septembre). Un nouveau diagnostic archéologique à Digne-les-Bains. Archéologies en Haute-Provence. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tx8p

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.