Une civitas dans la vallée de l’Ubaye

La vallée de l’Ubaye et son peuplement ont commencé à être étudiés au XIXe siècle par D.-J.-M. Henry, J.-J.-M. Féraud et Ch. Chappuis, des érudits locaux. Les recherches se sont intensifiées dans la deuxième moitié du XXe siècle avec les travaux des archéologues Paul Albert Février, Raymond Moulin et Guy Barruol. L’étude de l’inscription figurant sur l’arc de Suse érigé en 9-8 av. J.-C. qui mentionne les peuples des Alpes méridionales soumis par M. Iulius Cottiu, praefectus ceiuitatium en 14 avant J.-C, permet d’attribuer l’occupation de la vallée au peuple des Savincates durant la Protohistoire (Février et al. 1989). Au Ier siècle ap. J.-C. la provincia Alpium Maritimum s’organise avec Cemenelum (Cimiez) comme capitale. En dépendent les civitates de Vence, Briançonnet, Glandève, Castellane, Senez, Chorges, Embrun ainsi qu’une cité localisée dans la vallée de lʼUbaye, Rigomagus. À une date imprécise des IIe-IIIe siècles, le chef-lieu provincial se déplace de Cimiez à Embrun. La Notitia Galliarum à la fin du IVe siècle fait mention de l’ancienne civitas Rigomagensium parmi les civitates de la provincia Alpium Maritimum. Selon Guy Barruol, la localisation précise de Rigomagus correspondrait à un secteur proche de Barcelonnette.

 

Plusieurs découvertes localisées dans le village de Faucon-de-Barcelonnette permettent d’étayer cette hypothèse. En effet, des vestiges de thermes et d’un aqueduc auraient été observés au début du XIXe siècle. Les découvertes qui s’échelonnent ensuite durant le XXe siècle témoignent également d’une forte présence antique sur la commune. Des maçonneries en petit appareil localisées sous le presbytère et sous l’église Saint-Etienne (1152), de même que des tegulae en remploi dans les murs de l’église ont été observées. Non loin de là, au sud-ouest, des vestiges attribuables à un édifice public (un fragment de chapiteau et un mur décoré dʼune bande de blocs de tuf et d’enduits peints) sont mis au jour lors de la fouille réalisée par Jean-Philippe Bocquenet en 1989, puis celle menée par Xavier Chadefaux sur la place de la mairie en 1989-1990. Les vestiges semblent confirmer l’hypothèse de la présence d’une agglomération antique sous le village actuel de Faucon-de-Barcelonnette. Ces deux fouilles mettent en évidence l’installation d’une nécropole des Ve-VIe siècles sur les ruines des agglomérations des premiers siècles de notre ère. Ce phénomène est largement répandu durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge. La typologie des tombes est  variable : inhumations en bâtière, coffres de dalles, coffres mixtes, réductions.

 

La localisation de la civitas Rigomagensium en ces lieux nécessite d’être confirmée par une fouille plus étendue. Néanmoins, plusieurs diagnostics archéologiques réalisés dans les années 2000 et 2010 permettent d’avancer sur la réflexion. Trois campagnes de sondages ont permis d’observer l’absence de vestiges sur des parcelles localisées à l’est du village (X. Chadefaux et O. Sivan), ainsi qu’au nord (S. Bezault), ce qui signifie que les limites de l’agglomération antique se situent dans ce secteur. En revanche, un diagnostic réalisé en 2014 par le Service départemental d’archéologie des Alpes de Haute-Provence s’est lui révélé fructueux (S. Bezault). La parcelle concernée, localisée immédiatement à l’ouest de la place de la mairie sur des terrains dédiés au pâturage, étaient occupées durant l’Antiquité par des bâtiments organisés suivant un même axe, cohérent avec l’orientation des murs du Haut-Empire découverts sous la place de la mairie. Ces données induisent la présence d’un maillage urbain orthonormé fidèle au plan des villes antiques. Les maçonneries en petit appareil sont associées à des niveaux de sol de tuileau ou de mortier de chaux lissée et à du mobilier céramique et architectural (tegulae, enduits peints). Le site semble assez bien préservé. Certaines parois de murs sont en effet conservées sur plus de cinquante centimètres.

 

Des techniques nouvelles de prospections géophysiques ont été mises en œuvre dans le village et ont permis d’avancer sur l’étendue supposée de la ville antique. La cartographie résultant de ces prospections indique des résistances dans le sous-sol signifiant la présence de maçonneries et de structures fossoyées impliquant une moindre résistance.



Citer ce billet
jennyseleque (2023, 23 octobre). Une civitas dans la vallée de l’Ubaye. Archéologies en Haute-Provence. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tx8r

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.