Manosque : diagnostic archéologique sur la place du Terreau

La commune de Manosque prévoit une rénovation de la place du Terreau, située dans le centre-ville historique. Au mois d’octobre 2016, le Service départemental d’archéologie des Alpes de Haute-Provence a réalisé un diagnostic archéologique préalable à ce projet : bien qu’il ne touchait que les niveaux supérieurs de la place, il fournissait en effet une occasion unique d’en étudier le sous-sol.

Au cœur de cette place emblématique de la ville se trouvait en effet le palais des Comtes de Forcalquier, donné au début du XIIIe siècle aux Hospitaliers (sur l’origine des Hospitaliers en Provence, voir cet article). Ces derniers y établissent une commanderie, florissante tout au long du Moyen Âge et qui perd de l’importance par la suite. Les bâtiments font l’objet de campagnes de travaux (rénovation et reconstruction) jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Après la Révolution française, on envisage un temps d’y installer le tribunal et la gendarmerie, et un projet rédigé en ce sens est établi en 1793.

Plan du rez-de-chaussée du palais en 1793 (AD04, L213)

Il est accompagné d’un plan des bâtiments existants à cette date ; ce plan, très précis, n’est pas calé avec précision dans la trame urbaine. Ce projet est finalement abandonné et l’édifice est détruit. Dans les années 1860, une fontaine est élevée au centre de la place puis abandonnée vers la fin du XIXe siècle.

La fontaine du Terreau à la fin du XIXe siècle

La commanderie hospitalière avait fait l’objet de plusieurs études très importantes (voir par exemple ici ou ici), mais qui se basaient uniquement sur les sources écrites et sur le plan de 1793, faute de possibilité d’observations archéologiques.

Grâce à cette documentation, on peut restituer un palais de plan proche du carré, de 40 mètres de côté, édifié sur une petite éminence naturelle au sein de la ville. Chaque angle est défendu par une tour ronde et des tours quadrangulaires sont positionnées au milieu des côtés. Les bâtiments, à deux niveaux, sont répartis autour d’une cour centrale dotée d’un puits. On accédait à cet ensemble en franchissant deux portes successives, dont l’une est un pont par lequel on traversait le fossé qui entourait la construction. Cette description vaut pour la fin du Moyen Âge et l’époque moderne, les sources sont beaucoup moins précises sur les états plus anciens du palais.

L’enjeu du diagnostic était donc multiple : il fallait avant tout localiser avec précision l’édifice, vérifier son état de conservation et observer si des traces matérielles des constructions antérieures (bâtiments les plus anciens de la commanderie, palais comtal, indices d’une occupation du haut Moyen Âge ou plus ancienne) étaient préservées.

Malgré quelques contraintes d’organisation du diagnostic (qui a été limité à la zone de stationnement au cœur de la place, car il n’était pas possible de fermer les voies de circulation le temps d’y ouvrir des sondages) et la présence de nombreux réseaux, cinq sondages archéologiques ont été ouverts.

Vue d’une des tranchées de diagnostic (SDA 04)

 

Sur certains points, il faut reconnaître que le diagnostic est décevant : le palais a été détruit de façon systématique, et la butte sur laquelle il se trouvait a été nivelée pour donner à la place sa topographie actuelle. Aucune maçonnerie du palais ou d’éventuels édifices plus anciens n’est donc conservée. Le substrat, vierge de toute trace d’occupation humaine, apparaît à une faible profondeur, souvent immédiatement sous l’enrobé actuel de la place. En revanche, on a pu observer des creusements dans le terrain naturel, qui correspondent sans doute à l’emplacement des caves du palais tel qu’il existe encore au moment de la Révolution. Ces caves sont conservées sur une profondeur comprise entre 0,70 et 1,20 m ; leurs parois sont verticales et leurs fonds plats, mais aucun aménagement en dur (maçonnerie, par exemple) ni est conservé.

La paroi de cave comporte par endroit des traces d’outil (SDA 04)

Au fond de certaines de ces caves, une couche rougeâtre a été reconnue. Il s’agit sans doute de la décomposition d’un plancher qui en nivelait le sol.

Le comblement des caves ; en bas de la photo, le niveau rougeâtre est visible (SDA 04)

Tout le mobilier archéologique qui y a été trouvé date de la destruction du palais au XIXe siècle, à l’exception de deux tessons, l’un du Moyen Âge et l’autre de l’époque moderne, qui constituent les seuls témoins de l’occupation ancienne du palais. Le levé en plan de ces caves permet de positionner de façon convaincante le palais au sein de la place : la superposition du plan ancien et des relevés archéologiques n’est pas parfaite, mais il faut rappeler que les plans dont on dispose sont ceux du rez-de-chaussée et de l’étage : les caves ont sans doute une organisation quelque peu différente.

Superposition du plan de 1793 et des résultats archéologiques (SDA 04, sur le plan L213 des AD04)

Les fossés périphériques, qui servent souvent de dépotoirs et fournissent donc aux archéologues un mobilier parfois abondant sur les périodes d’occupation d’un site, sont au-delà de l’emprise dans laquelle les sondages ont été ouverts, dans des secteurs de la place où les réseaux actuels (eau, égout, électricité, gaz) nous auraient empêché de descendre profondément.

Quant à la fontaine, son bassin est très bien conservé, sous la zone de stationnement centrale. Sa présence a d’ailleurs empêché l’exploration du puits du palais, dont elle occupe l’emplacement. Elle comporte un bassin central circulaire, avec une margelle en pierre de taille et un fond en béton assez imperméable, entouré d’une clôture octogonale qui portait une grille. Un gros collecteur d’eau, construit en pierre sèche et qui recoupe les caves du palais, a d’ailleurs été construit en même temps que cette fontaine ; il a été rencontré dans deux des sondages.

Le bassin du Terreau dégagé dans les sondages (SDA 04)

Conduite en pierre du dernier tiers du XIXe siècle (SDA 04)

Le bilan de ce diagnostic est donc en demi-teinte : il confirme que le palais est détruit, et qu’il est pratiquement impensable de rencontrer des traces des édifices antérieurs. Les niveaux stratigraphiques conservés datent des périodes les plus récentes de l’activité, après l’abandon du palais. Il a tout de même permis de localiser avec précision ce palais au sein de la place et donc de la ville, et de confirmer la fiabilité du plan dressé en 1793. Les principaux questionnements qui demeurent ouverts concernent le puits, dont on ignore s’il est ancien, et les fossés, dans lesquels pourraient éventuellement subsister quelques traces matérielles de la vie dans le palais au Moyen Âge et à l’époque moderne.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *