Sisteron : les monuments funéraires antiques de l’avenue de la Libération

Les monuments funéraires de l’avenue de la Libération ont été fouillés dans le cadre d’une opération d’archéologie préventive en octobre 2014, suite au diagnostic réalisé en 2013 sous la responsabilité de C. Voyez (Inrap). Le site est localisé en bordure de la via Domitia, non loin de la ville antique de Segustero. Les vestiges de ces monuments funéraires sont constitués des fondations des édifices et de structures internes pour l’un d’entre eux, le second n’ayant été dégagé qu’en partie. Il s’agit de quatre fosses de dépôts de résidus de crémation comportant des rejets d’esquilles d’os humains issues de bûchers funéraires, ainsi que du mobilier funéraire, lampes à huile et monnaies, en dépôts primaire et secondaire. Ces imposantes maçonneries de 0,90 m de large pouvaient supporter une élévation assez haute. Il pourrait s’agir de mausolées-tours ou de mausolées simples à une pièce aménagée sur un podium. Cette découverte fait écho à la fouille en 1946 par Henri Rolland d’un riche monument du même type, au nord, plus près de l’entrée de la ville.

Sisteron, avenue de la Libération : le site en cours de fouille (© SDA 04)

La localisation du site sur l’Avenue de la Libération à Sisteron correspond durant l’Antiquité à l’espace funéraire méridional de la ville de Segustero, le seul actuellement connu le long de l’axe principal de la via Domitia, voie majeure qui relie l’Italie à la péninsule ibérique. Cet emplacement correspond au schéma classique des villes romaines : au bord des voies étaient installés de petits bâtiments funéraires de plus en plus prestigieux à mesure que l’on se rapprochait des quartiers habités.

La fouille a permis la découverte des fondations de deux monuments funéraires dont l’un a pu être fouillé en intégralité (bâtiment 1), le second se développant majoritairement hors de l’emprise de la prescription de fouille (bâtiment 2). Leur construction ne semble pas contemporaine : ils ne sont pas strictement parallèles et leurs fondations ne présentent pas la même facture. De plus, le bâtiment 2 est accolé au premier (à environ 0,10 à 0,20 m d’écart), sans doute contraint par la présence de l’autre côté, au nord, soit d’un édifice semblable, soit d’une autre structure. La parcelle au nord accueille une résidence construite récemment et n’a pas fait l’objet d’opération d’archéologie préventive.

L’emplacement de ces deux édifices le long de la voie Domitienne, leurs dimensions, la largeur de leurs fondations, l’exemple proche, fouillé en 1946 par Henri Rolland, et pour l’un la présence de dépôts de résidus de crémation, sont les éléments qui prouvent que nous sommes bien en présence de monuments funéraires, pouvant être assimilés à des mausolées.

Sisteron, avenue de la Libération : les fondations des monuments funéraires (© SDA 04)

Sisteron, avenue de la Libération : relevé des monuments funéraires (© SDA 04)

Leur mise en œuvre est similaire : creusement d’une fosse rectangulaire, pose des fondations en galets liés au mortier sur les bords verticaux du creusement, puis comblement anthropique de l’intérieur. Le premier mausolée accueille des fosses de dépôts de crémation. Nous n’avons pas pu observer de fosses de résidus de crémation humaine dans le second bâtiment faute d’accessibilité à l’ensemble du bâtiment. Malgré cela, les similitudes avec le bâtiment 1 nous font penser qu’il s’agit là aussi d’un monument funéraire plus tardif, le premier étant daté de la deuxième moitié du IIe siècle de notre ère.

La pratique de la crémation a été mise en évidence au sein du mausolée 1. L’édifice et les quatre dépôts de crémation qui lui sont associés sont datés de la deuxième moitié du IIe siècle de notre ère, période où la pratique de la crémation a tendance à disparaître en Narbonnaise comme dans le reste de la Gaule.

Situés au niveau des fondations du bâtiment, ces dépôts de crémation présentent de nombreuses similitudes. Ils correspondent, selon la typologie de F. Blaizot (2009) à des dépôts de résidus de crémation en fosse. En Provence, ce type de dépôt apparaît au milieu du Ier siècle de notre ère, comme l’attestent les exemples régionaux retrouvés à La Brillanne. Ils contenaient principalement des charbons, des fragments d’ossements brûlés humains et de faune ainsi que du mobilier (brûlé ou non). Le tout était disposé dans des fosses grossièrement circulaires ou ovales, sans aménagement pérenne et situées pour trois d’entre elles dans les angles sud-ouest, nord-ouest et nord-est du bâtiment, la quatrième étant située au centre du bâtiment. Aucune structure primaire correspondant aux bûchers n’a été retrouvée sur le site.

Sisteron, avenue de la Libération : une des fosses de dépôt de crémation (© SDA 04)

Ces quatre structures attestent une pratique funéraire assez homogène, malgré quelques variations. Les défunts devaient reposer sur des bûchers construits, au vu de la quantité de clous d’assemblage retrouvés dans les fosses. Les objets personnels, telle que la bague en alliage cuivreux retrouvée dans un des dépôts, étaient accompagnés de fragments de vases de différentes formes en verre et en céramique (vase miniature, assiette, verre, bouteille, cruche, olla, plat, coupelle, bol) que l’on peut associer à des offrandes alimentaires.

La faible quantité (de 142 à 670 g) de restes humains brulés prélevés dans le bûcher par les officiants, est très en-deçà du poids d’un squelette complet incinéré retrouvé en contexte archéologique, qui s’élève à 1625 g. Cette sous-représentation osseuse est courante dans les structures secondaires de crémation, en particulier dans les dépôts de résidus. La raison pourrait être un prélèvement partiel des os dans le bûcher à l’issue de la crémation et/ou un stockage d’une partie des os en un autre lieu, dans une salle du mausolée, en urne. Les résidus les plus petits ont, quant à eux, été placés dans des fosses au niveau des fondations, accompagnés de dépôts de mobilier : lampe, monnaie, couteau.

La position centrale du dépôt F 14 permet d’envisager l’hypothèse d’un dépôt fondateur. L’angle sud-est du bâtiment n’a en effet pas livré de dépôt. Le cas a été observé dans un mausolée fouillé à Bevons dans la vallée du Jabron, non loin de Sisteron, dans lequel le plus ancien dépôt en fosse, daté du IIe siècle de notre ère, se situait au centre du mausolée.

L’absence d’aire de crémation dans l’emprise de la fouille ainsi que le curage des bûchers pour le prélèvement des résidus même de très petites tailles permet d’émettre l’hypothèse d’une aire de crémation collective. Il n’est pas exclu que ce prélèvement n’ait eu pour but que de faciliter le tri des ossements destinés à être déposés dans l’ossuaire.

Les quatre dépôts ont livré les restes d’un nombre minimum de cinq individus, pouvant correspondre aux témoins de ce qui ressemble au cercle restreint d’une famille, conforme aux dimensions du mausolée. L’un de ces dépôts renfermait, par ailleurs, les restes d’un enfant associés à ceux d’un individu sub-adulte ou adulte (F 14). L’identification de cette association enfant / adulte est la plus fréquemment observée. Elle est certainement due à la différence de maturité qui facilite l’identification des deux sujets. Les trois autres individus sont des adultes. Nous ne disposons pas d’indication sur le sexe des défunts.

Les pratiques de dépôts de mobilier varient selon les structures. L’une des fosses de dépôt de résidus de crémation (F 15) ne contient comme mobilier céramique qu’une lampe entière vraisemblablement déposée après la crémation, sur laquelle était déposée une monnaie d’Antonin le Pieux datée de 156-157 de notre ère. Aucun mobilier céramique issu du bûcher n’y a été découvert. La fosse F 12 contient également une lampe entière faisant partie du dépôt secondaire mais aussi des fragments de vases miniatures brûlés et d’assiette. La fosse F 13 contient des fragments de lampe, de verre, de bouteille, de cruche, d’olla, de plat, de coupelle, de bol, brûlés ou non. La structure F 14, quant à elle, a livré uniquement des fragments de lampes et de vases non brûlés déposés dans la structure secondaire une fois la crémation achevée, en même temps que les résidus d’ossements.

La présence de ces lampes est courante dans les structures de dépôt de crémation en Provence à cette époque quel que soit le type de structure : dépôts de résidus, dépôts mixtes, ou en ossuaire. Dans les fosses F 12, F 13 et F 14 le mobilier céramique est fragmenté. Il a très probablement été déposé et brisé dans le bûcher au cours de la crémation pour les structures F 12 et F 13 (dépôt primaire) mais également dans la fosse de dépôt de résidus de crémation à l’intérieur du mausolée (dépôt secondaire). Pour la fosse F 14 et l’unique lampe de F 15 le dépôt de mobilier céramique est exclusivement secondaire.

Sisteron, avenue de la Libération : lampes à huile en dépôt funéraire (© SDA 04)

Les vases à solides et à liquides sont largement représentés dans la fosse F 13, comme c’est le cas sur le site de Valladas (Drôme sud) ; ils demeurent rares dans la fosse F 12 et sont absents dans les fosses F 14 et F 15.

L’ensemble du Valladas (Drôme, Saint-Paul-Trois-Châteaux) fait figure d’exception avec ses nombreux vases placés en dépôt secondaire. Les effectifs de mobilier secondaire sont généralement modestes dans cette zone de la Gaule (Blaizot et al. 2009, p.228-229). Les fosses de dépôts de résidus de crémation de Sisteron, Avenue de la Libération, suivent cette tendance. De même, les dépôts de lampe ne sont jamais placés en position primaire (sur le bûcher avec le mort). On les trouve uniquement en dépôt secondaire durant les deux premiers siècles de notre ère.

Le mobilier céramique recueilli témoigne d’une importation en provenance d’Italie du Nord (lampe Bailey type N groupe 4, inscription VIBIANI, Fig. 12), ainsi que de l’utilisation de productions régionales et locales (lampe de type Loeschcke X, sigillée sud gauloise, commune), comme le montrent les lampes des sites de Sisteron et de Lurs.

Outres les fragments de métal (fer ou alliage cuivreux) de formes indéterminées et les nombreux clous prélevés dans le bûcher funéraire (clous d’assemblage et de fixation du bûcher et clous de chaussures), quelques objets identifiables correspondant à des dépôts secondaires ont été mis au jour dans certaines fosses. Accompagnant une monnaie frappée en 271-274 de notre ère (Tétricus Ier), une lame de couteau a été découverte dans la structure F 13. La lame mesure 81 mm de long, la soie à section rectangulaire mesure 10 mm. Ce type de couteau est fréquemment utilisé durant les IIe et IIIe siècles de notre ère. Ne présentant aucune trace de passage au feu nous pouvons en déduire qu’il s’agit bien là d’un dépôt secondaire. La structure F 15 a livré quant à elle, outre la monnaie déposée sur la lampe, une bague en alliage cuivreux très mal conservée, fragmentée en quatre. Il s’agit d’un anneau simple à section rectangulaire surmonté d’un chaton bombé de petite taille (type 8d, Guiraud 1989). Le mobilier issu de ces fosses reste modeste en comparaison du mobilier de Castel-Bevons (deux bagues en or, un collier en or, une spatule en argent, 22 monnaies, fioles et balsamaires, urnes en plomb) et de celui du mausolée de Sisteron fouillé en 1946 (un collier en or avec des perles en turquoise, des débris de feuilles d’or, deux urnes en marbre placées dans des coffres en calcaire).

Les dépôts secondaires d’objets métalliques sont assez rares dans le sud-est de la France. Ceux de faune sont les plus courants, notamment à Valladas (Drôme sud) ou à Aix-en-Provence, et dans une moindre mesure ils correspondent à des objets de toilette, à des éléments de parure ou à divers instruments et outils. Les fosses du site de Sisteron ont livré des ossements animaux. Cependant, ils semblent presque tous présenter des traces de passage au feu. Ils auraient donc été associés au rituel de la crémation dans le bûcher funéraire, tout comme les nombreux clous et les micro-fragments de verre (excepté pour la fosse F 15 qui n’en contient qu’un micro-tesson). Les vases en verre sont absents des dépôts secondaires.

Cette fouille a permis d’enrichir les données funéraires pour la période du haut Empire le long de la voie Domitienne à l’entrée de Segustero. Avec le mausolée fouillé en 1946 par H. Rolland (présenté au sein du musée gallo-romain de Sisteron)  et ces deux dernières découvertes, l’organisation de l’espace funéraire commence à se préciser même si les informations restent éparses. Suivant le schéma classique des nécropoles du haut Empire des monuments funéraires jalonnent la voie romaine non loin de l’entrée de la ville avec prédominance de la pratique de la crémation en dépôt dans des fosses (le site Avenue de la Libération) ou dans des urnes (le site fouillé en 1946 et le site du garage Blache). Les monuments les plus prestigieux se situent au plus près des portes de la ville comme l’atteste la découverte du mausolée fouillé en 1946, puis les mausolées plus modestes comme ceux présentés ici ponctuent le paysage le long de la via Domitia à mesure que l’on s’éloigne de la ville. Les incinérations dépourvues de monuments funéraires peuvent être localisées plus loin (comme celle du Garage Blache) ou à proximité des monuments. Par la suite, durant l’Antiquité tardive, la pratique de l’inhumation reprend de l’ampleur (le site fouillé en 1946 comportait des inhumations sous bâtière) jusqu’à ce que disparaisse la crémation et il n’est pas rare que des sépultures soient implantées directement dans la ville (découverte ancienne sur le parking de la mairie, découvertes récentes près de la Poste et près de Notre-Dame des Pommiers). L’occupation de nature funéraire de ces zones péri-urbaines durant l’Antiquité fait place aux époques modernes et contemporaines à des espaces dédiés au pacage et à l’agriculture traversés par des axes de circulation de toutes dimensions, du chemin à la voie.

Badie et al. 2002
BADIE (A.), FINCKER (M.), LABARTHE (J.-M.), LAFON (X.), MORETTI (J.-C.), PAILLET (J.-L.), PICARD (V.), TARDY (D.), Édition LANDES (C.), CAYZAC (N.), CHENNOUFFI (S.) – La mort des notables en Gaule romaine, Catalogue de l’exposition musée archéologique Henri Prades, Lattes, 2002.
Bel et al. 1991
BEL (V.), TRANOY (L.), BÉRAUD (I.), GÉBARA (C.) – Les nécropoles à incinérations et à inhumations en Gaule méridionale, in Incinérations et inhumations dans l’Occident romain aux trois premiers siècles de notre ère, Actes du colloque international de Toulouse-Montréjeau, Actes du 4e congrès archéologique de Gaule méridionale, 7-10 oct? 1987, Toulouse, éd. de l’Association pour la promotion du patrimoine archéologique et historique de Midi-Pyrénées, p. 9-10, 1991.
Bérard 1997
BÉRARD (G.) – Carte Archéologique de la Gaule, Les Alpes de Haute-Provence – Académies des inscriptions et Belles Lettres, Ministère de la Culture, Ministère de d’Enseignement supérieur et de la Recherche, 567 p., 1997.
Blaizot et al. 2004
BLAIZOT (F.), TRANOY (L.) – La notion de sépulture au Haut-Empire : identification et interprétation des structures funéraires liées aux crémations – in BARAY (L.) dir., Archéologie des pratiques funéraires : approche critique, Actes de la Table ronde de Glux-en-Glenne, 7-9 juin 2001, Glux-en-Glenne, Centre archéologique du Mont-Beuvray (Coll. Bibracte, 9), p.171-1871, 2004.
 Blaizot et al. 2009
BLAIZOT (F.), BEL (V.), BONNET (C.), WITTMANN (A.), GEORGES (P.), GISCLON (J.-L.), TRANOY (L.), VIEUGUÉ (J.) – Structures secondaires et structures accessoires, Pratiques et espaces funéraires de la Gaule durant l’Antiquité, Gallia, 66-1 : 175-251, 2009.
Brun 1999
BRUN (J.-P.), avec la collaboration de BORRÉANI (M.) – Carte Archéologique de la Gaule, Le Var – Académies des inscriptions et Belles Lettres, Ministère de la Culture et de la communication, Ministère de l’Éducation nationale, de la Recherche et de la technologie, 2 t., 1999.
Depierre 2014
DEPIERRE (G.) – Crémation et archéologie – Nouvelles alternatives méthodologiques en ostéologie humaine – Éditions universitaires de Dijon, 654 p, 2014.
Guiraud 1989
GUIRAUD (H.) – Bagues et anneaux à l’époque romaine en Gaule – Gallia, 46, P. 173-211, 1989.
Moretti et al. 2006
MORETTI (J.-C.), TARDY (D.) – L’architecture funéraire monumentale : la Gaule dans l’Empire romain – Comité des travaux historiques et scientifiques, Paris, 2006.
Moulin et al. 1964
MOULIN (R.), BARRUOL (G.) – Le monument funéraire de Castel-Bevons – Compte-rendu de fouilles, 1964.
Sélèque 2015
SELEQUE (J.) (dir.), BEZAULT (S.), BOUTTERIN (C.), FRANCOISE (J.), HENRION (E.), REVE (R.) – Sisteron (Alpes de Haute-Provence), Avenue de la Libération, Résidence les Grands Clots, Rapport final d’opération, fouille préventive, Conseil Général des Alpes de Haute-Provence, DRAC Provence Alpes Côte d’Azur, SRA, Aix-en-Provence, 2 volumes, 2015.
Von Hesberg 1994
VON HESBERG (H.) – Monumenta, I sepolcri romani e la loro architettura, Longanesi & C., Italy, 1994.
Voyez et al. 2013
VOYEZ (C.), BARRA (C.) – Avenue de La Libération, Sisteron, Alpes de Haute-Provence, Rapport de diagnostic, INRAP, SRA Provence Alpes Côte d’Azur, Aix-en-Provence, 2013.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.