Cathédrale de Senez : bilan de la campagne de fouille 2017

Les fouilles archéologiques réalisées dans la cathédrale de Senez sont conduites dans le cadre du projet européen TRA[ce]S – Transmettre la recherche archéologique dans les Alpes du Sud – inscrit dans la programmation Interreg Alcotra 2014-2020. Comme la fouille du site castral de Petra Castellana à Castellane, cette opération pilotée par le Service départemental d’archéologie, en partenariat avec la mairie de Senez et avec le soutien du Ministère de la Culture (Direction régionale des affaires culturelles Provence-Alpes-Côte d’Azur), est par ailleurs intégrée à un projet collectif de recherche consacré à l’ancien diocèse de Senez, qui regroupe une trentaine de chercheuses et chercheurs intéressés par le territoire des hautes vallées de l’Asse et du Verdon. Nous présentons ici les résultats (encore provisoires…) de la dernière campagne de fouille, qui s’est déroulée aux mois de septembre-octobre 2017 à l’intérieur de la cathédrale.

Cathédrale de Senez : vue animée de la fouille de deux sépultures tardo-antiques superposées (© SDA 04)

Cathédrale de Senez : la sacristie en cours de fouille  (© SDA 04)

L’opération archéologique conduite en 2017 prolonge les recherches engagées en 2016 dans la partie sud-est de l’édifice. La campagne 2017 a permis d’achever la fouille de la sacristie, de compléter l’analyse des élévations attenantes à cette dernière et de réaliser une prospection géophysique à l’intérieur ainsi qu’aux abords de l’édifice. Les résultats de la campagne confirment les hypothèses de travail précédemment émises et apportent de nouveaux éléments sur la chronologie de la construction de la cathédrale, ainsi que sur le contexte topographique dans lequel elle s’implante.

Cathédrale de Senez : Plan d’ensemble de l’édifice et des découvertes effectuées depuis 2012 (© E. Dantec, Y. Dedonder, M. Dupuis / SDA 04)

Un bâtiment antique ?

Cathédrale de Senez : céramique sigillée de type Clair-C/D (antiquité tardive) (© SDA 04)

La fouille de la sacristie a permis de mettre au jour le mur d’un bâtiment antique orienté selon un axe nord-ouest / sud-est similaire à celui de la cathédrale, observé sur une longueur de près de 2 m et se prolongeant vers le cimetière du côté sud et vers la nef de la cathédrale du côté nord. Les niveaux de fondation et d’occupation associés à cette maçonnerie n’ont pas pu être dégagés en raison de l’exiguïté de la zone de travail. Après son abandon, ce bâtiment est arasé et scellé par des dépôts sédimentaires chargés en mobilier daté du Bas-Empire (céramique, monnaies). Cette découverte est importante, car ce mur pourrait appartenir à un bâtiment de la ville romaine de Sanitium, attestée par l’épigraphie à partir de la seconde moitié du IIe siècle, mais que l’on peine encore à situer archéologiquement.

Cathédrale de Senez : vue de la sacristie à la fin de la campagne 2017. Au premier plan à gauche, le mur du bâtiment antique (© SDA 04)

Une occupation funéraire tardo-antique

Cathédrale de Senez : sépulture tardo-antique en cours de fouille (© SDA 04)

Un second bâtiment est ensuite construit et recoupe les niveaux d’abandon du Bas-Empire. Seul un de ses murs a été identifié, conservé sur plus de 7 m de long sur toute la longueur de la pièce, selon un axe nord-est / sud-ouest perpendiculaire à celui du mur antique. Son emprise maximale n’a pas pu être établie, mais il se prolonge de chaque côté, ainsi que vers le nord. La fonction exacte de ce bâtiment n’est pas assurée, mais sa vocation funéraire ne fait aucun doute, puisqu’au moins 6 sépultures lui sont accolées du côté sud sud. Dans l’attente de datations absolues, la typologie des tombes – des coffrages de sections rectangulaires ou triangulaires de tegulae – renvoie explicitement à l’Antiquité tardive ou au très haut Moyen Âge. Il pourrait donc s’agir d’un bâtiment funéraire tardo-antique (mausolée ?), voire d’un premier lieu de culte. Les deux hypothèses ne sont pas exclusives l’une de l’autre : à la cathédrale Notre-Dame du Bourg de Digne, distante d’une trentaine de kilomètres, ce sont deux petits mausolées datés de la seconde moitié du IVe siècle qui sont à l’origine de la première église, formée par leur réunification en un seul et même monument, au sud duquel est édifiée, peu de temps après, la basilique paléochrétienne.

Cathédrale de Senez : sépultures installées contre le mur méridional du bâtiment tardo-antique (© SDA 04)

La première église

Dans une séquence chronologique assez proche, le bâtiment funéraire tardo-antique est au moins en partie arasé, lors de l’édification de l’église qui précède la reconstruction complète de la cathédrale, à partir de la fin du XIIe siècle. Il s’agit d’un édifice de plan rectangulaire, large de 13 m pour 23 m de long hors-œuvre. Son angle sud-est a été clairement reconnu dans un sondage ouvert dans le corridor d’accès à l’escalier en vis, situé immédiatement à l’ouest de la sacristie. Son mur sud – déjà identifié lors du diagnostic de 2012 – est conservé sur environ 3 m d’élévation et un peu moins d’1 m de longueur dans sa partie orientale, réutilisée pour appuyer l’installation de la voûte couvrant le corridor d’accès à l’escalier en vis, lors de la construction de la cathédrale tardo-romane.

Cathédrale de Senez : vue de la porte condamnée dans le corridor d’accès à l’escalier en vis. On devine, en bas à gauche, l’angle sud-est de la première église (© SDA 04)

Cathédrale de Senez : prospection géoradar dans la nef de l’église (© SDA 04)

La prospection géophysique (réalisée en partenariat avec le laboratoire Metis de l’université Pierre et Marie Curie) a par ailleurs permis de détecter, dans la nef de l’église, à l’emplacement du chœur canonial, la présence d’une vaste construction hémicirculaire, qui pourrait s’apparenter à une abside, formant le prolongement de l’église primitive vers l’est. C’est contre cette église qu’est édifié, entre le XIe et le XIIe siècle, un clocher roman reconnu en 2016, très semblable à celui de la cathédrale Notre-Dame du Bourg de Digne et dont le mur nord est conservé sur une dizaine de mètres de hauteur, fossilisé entre les restaurations et reconstructions successives de la partie sud-est de l’édifice.

Cathédrale de Senez : première hypothèses d’interprétation des résultats de la prospection géoradar (© SDA 04 / Christian Camerlynck)

Usages funéraires

Cathédrale de Senez : dépôt secondaire de crânes au fond du caveau 503 (© SDA 04)

La fouille de la sacristie a par ailleurs permis de mettre au jour 25 sépultures correspondant à deux phases d’occupation distinctes. La plus ancienne concerne les inhumations datées de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge précédemment évoquées. La plus récente regroupe les tombes installées après la construction de la cathédrale tardo-romane, à partir du XIIIe et jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Ces 25 sépultures ont livré, toutes périodes confondues, 27 inhumations primaires et 21 dépôts secondaires regroupant pour ces derniers, selon un premier cumul rapide par structure, les restes de 51 individus minimum. Qu’ils soient inhumés dans des coffrages, des cercueils, des caveaux ou en pleine-terre, les sujets sont quasi-systématiquement accompagnés de dépôts funéraires secondaires regroupant plusieurs individus. Les premiers résultats de l’étude biologique de la soixantaine d’individus inhumés dans la sacristie semblent tendre vers une population spécifique : des personnes souvent âgées, de sexe masculin et plutôt favorisés, orientant vers l’hypothèse d’une zone d’inhumation réservée aux membres du clergé.

Cathédrale de Senez : recoupements entre sépultures et dépôts secondaires du bas Moyen Âge (© SDA 04)

La fouille de la cathédrale de Senez devrait se poursuivre en 2018. L’objectif de la prochaine campagne est de réaliser un sondage dans la nef de la cathédrale, afin de vérifier la présence de l’abside, suggérée par les résultats de la prospection géophysique. Cette campagne clôturera une première phase de recherches archéologiques sur l’édifice, à la suite de laquelle il conviendra de proposer une première synthèse et de conduire plusieurs actions d’entretien et de mise en valeur du monument.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *