Moustiers-Sainte-Marie : découvertes archéologiques sur les rives du lac de Sainte-Croix

Suite à de nombreuses découvertes fortuites réalisées ces dernières années sur les bords du lac de Sainte-Croix, le service départemental d’archéologie des Alpes de Haute-Provence a décidé de relancer une opération de prospection-inventaire dans cette zone. Celle-ci a pour objectif d’observer l’érosion des sites déjà recensés mais aussi de repérer de nouveaux éléments renseignant l’anthropisation de l’ancienne vallée du Verdon principalement sur la commune de Moustiers-Sainte-Marie. La seule contrainte pour la bonne réalisation de cette opération était le niveau du lac qui recouvre la plupart du temps les vestiges. La sécheresse sévissant durant le printemps et l’été 2017 a provoqué une baisse importante du niveau des eaux permettant alors d’avoir une surface relativement importante pour les prospections et laissant apparaître plusieurs témoins d’une occupation humaine à différentes périodes.

Vue générale du lac après la sécheresse de l’été-automne 2017 (© SDA04)

Le Musée de Préhistoire des gorges du Verdon avait lancé, en 2007, un vaste programme de recherches visant la connaissance de l’occupation des gorges du Verdon pour les périodes préhistoriques et historiques en débutant par la commune de Moustiers-Sainte-Marie. Malheureusement, ce projet fut interrompu avec le décès de Jean Gagnepain, directeur du musée, en 2010. Le service départemental d’archéologie a poursuivi les prospections sur cette commune en 2013 et 2014. L’ensemble de ces opérations a donc permis d’inventorier et relever de nombreux sites ou indices de site sur l’ensemble du territoire communal. La reprise d’une opération de prospection inventaire en 2017 a été motivée par de nombreuses découvertes fortuites sur les bords du lac de Sainte Croix. En effet, les fluctuations du niveau du lac érodent petit à petit les berges et ainsi les sites archéologiques qui s’y trouvent. L’équipe du SDA a donc profité du niveau très bas du lac provoqué par la sécheresse du printemps et de l’été 2017 pour réaliser trois jours de prospections pédestres, se focalisant sur le secteur en bordure de lac, du pont de la Galetas jusqu’au ravin de Font Collomb. L’objectif était d’inspecter les sites déjà connus et observés lors des opérations antérieures afin d’apprécier leur évolution mais aussi de repérer de nouveaux sites ou indices de sites.

Prospections sur les berges du lac (© SDA04)

L’équipe du SDA 04, associée à des agents du Musée de Préhistoire des gorges du Verdon, est donc intervenue sur ce secteur en septembre dernier. Une vingtaine de nouveaux indices ont été recensés. Ils livrent du mobilier archéologique du Paléolithique Moyen jusqu’au Moyen Âge. L’un d’entre-eux a retenu notre attention, il s’agit d’un épandage de fragments de céramiques non tournées. Ces tessons épais proviennent de vases de stockage pouvant être attribués à la fin du Néolithique ou à l’âge du Bronze. Ceux-ci ont été découverts proche d’une structure semi-circulaire en galets, fichée dans le sol. Ces vestiges n’ont pas fait l’objet d’investigations plus poussées.

L’autre objectif de cette prospection était de réviser les sites déjà connus afin d’apprécier leur évolution. Trois sites ont fait l’objet d’une nouvelle expertise :

le site paléolithique du cap de la borne

Il fut découvert en 2008 lors des prospections du Musée de Préhistoire des Gorges du Verdon, il se caractérise par un épandage important de pièces lithiques datées du paléolithique supérieur piégées dans des marnes rouges. Lors des vérifications conduites sur ce site, nous avons pu constater la présence des marnes rouges mais aucun artefact n’a été repéré. La déclivité du terrain dans ce secteur ainsi que le marnage régulier du lac ont sûrement créé un phénomène d’érosion assez important qui a possiblement eu raison des restes de l’occupation ancienne repérée ici.

le site antique de Saint Saturnin

Signalé en 1984, le site antique mis au jour par l’érosion au lieu-dit Saint-Saturnin se présentait sous la forme de plusieurs arases de mur en galets retouchés et moellons calcaires liés au mortier de chaux. Nous avons seulement retrouvé des portions des murs du bâtiment le plus au sud mais le mortier de chaux n’est plus présent. Ils ont été relevés au GPS afin d’établir un plan des vestiges de ces bâtiments antiques. Les plans anciens n’étant pas géoréférencés, il est impossible d’être certain du recalage des structures relevées en 2017 par rapports à celles observées en 1984. Seul un coin de bâtiment à l’ouest pourrait être commun aux deux plans. De nombreux fragments de tegulae et imbrices sont visibles aux alentours confirmant ainsi une occupation antique du secteur.

En 2010, une sépulture avait été repérée proche du talus, le long d’un mur. Aucun reste ou indice de cette inhumation n’a été reconnu dans cette zone.

Un autre mur a été identifié plus à l’ouest. Orienté Est-Ouest, il est fait de galets calcaires équarris avec un blocage interne en pierres calcaires imbriquées entre elles. Conservé sur 8 m de long et visible sur 0,70 m de large au maximum, il est difficile de l’associer avec les restes de bâtiments antiques proches, étant donné un agencement bien différent. De plus, sa proximité avec l’ancienne route D 19 reliant Aiguines à Moustiers-Sainte-Marie renforce l’idée d’une construction plus récente; néanmoins, l’étude des photographies ou cartes anciennes ne montre aucun bâtiment ou aménagement proche de cette route en dehors de la ferme de Saint-Saturnin présente plus à l’ouest.

Vue de l’un des murs de Saint Saturnin (© SDA04)

le site préhistorique de Font Collomb

Un signalement de mobilier archéologique sur la plage de Font Collomb par un prospecteur local au musée de Préhistoire des Gorges du Verdon en octobre 2007 incite J. Gagnepain à réaliser une fouille de sauvetage urgent associée à une prospection des alentours. Il met alors au jour deux fosses du Néolithique Final ainsi qu’un mur de restanque et les restes d’un « cabanon » moderne/contemporain.

Dans le cadre de la prospection, l’équipe du SDA est donc retournée sur le lieu de la découverte. De nombreux tessons de céramique non tournée et éclats retouchés de silex y ont été retrouvés. L’érosion a également mis au jour 3 nouvelles fosses circulaires d’environ 90 cm de diamètre. Lors de la deuxième visite en décembre, la baisse du niveau de l’eau du lac conséquente a permis d’observer à nouveau les restes du supposé cabanon, de sa porte et de son montant en fer toujours fichés dans le sol. Ces structures ont donc pu être relevées géographiquement et cartographiées plus précisément, ce qui a également permis, grâce aux relevés réalisés par carroyage par l’équipe du Musée de Préhistoire des Gorges du Verdon, de géolocaliser les fosses fouillées en 2007.

Le cabanon de Font Collomb (© SDA04)

Par l’étude des cartes de 1950, on retrouve l’existence d’une construction aux mêmes coordonnées, face au point coté 468, le long d’un ravin et proche d’un petit moulin plus au sud-est. On est donc bien en présence d’un bâtiment assez récent, toujours en élévation avant la mise en eau du barrage.

mobilier céramique recueilli dans la Fosse 02 (© SDA04)

La future remontée des eaux menaçant la conservation des trois fosses nouvellement découvertes, le service départemental d’archéologie est intervenu sur ce secteur dans le cadre d’une fouille de sauvetage urgent. Les trois structures ont donc été fouillées en intégralité. Elles sont toutes creusées dans les niveaux de limons gris-beige et possèdent un profil en U avec un fond assez plat dont la profondeur varie entre 20 et 60 cm. Le mobilier recueilli dans ces fosses reste très pauvre et très fragmenté et ne permet pas de donner une datation précise des structures. Les tessons de céramique non tournée mis au jour permettent néanmoins de les attribuer à la fin de la Préhistoire.

Il est donc difficile d’interpréter la fonction précise de ces fosses avec si peu de données. On peut néanmoins exclure l’hypothèse de fosses dépotoirs étant données l’absence de restes osseux et la pauvreté en mobilier.

Les trois fosses ont cependant livré quelques charbons en stratigraphie, il serait intéressant d’en déterminer l’essence, afin de savoir s’ils seraient exploitables pour une datation radiocarbone. Cela permettrait d’apporter des précisions sur la chronologie de ces structures et savoir si elles ont ou non un lien avec de celles découvertes lors de l’opération de 2007.

les Fosses 01 et 02 de Font Collomb (© SDA04)

La Fosse 03 de Font Collomb (© SDA04)

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette campagne de prospections a permis le repérage de plusieurs nouveaux indices de sites mais aussi d’observer l’évolution de sites déjà recensés face à l’érosion due au marnage du lac. Ce deuxième point, qui a donné lieu au sauvetage urgent des fosses de Font Collomb, apporte de nouveaux éléments sur l’occupation de ce qui était – avant la mise en eaux des barrages – un promontoire dominant la plaine des Salles-Sur-Verdon et la sortie du canyon. Un programme similaire de prospections étant réalisé sur la rive gauche du Verdon par nos voisins du Var, l’ensemble des données relevées renseigne progressivement sur les différentes occupations anciennes du Verdon avant les lacs.

 

exemple de mobilier lithique découvert sur les pourtours du lac (© SDA04)

 

Bilbliographie

Bérard 1997
BÉRARD (G.). – Carte archéologique de la Gaule, les Alpes-de-Haute-Provence, Paris, MSH, 1997, p. 317-322.
Castin 2017
Castin (T.) (dir.) – Moustiers-Sainte-Marie (Alpes de Haute-Provence), Lac de Sainte-Croix : rapport de Prospection, Département des Alpes de Haute-Provence, Digne-les-Bains, Décembre 2017, 113 p.
Castin (T.) (dir.) – Moustiers-Sainte-Marie (Alpes de Haute-Provence), Font Collomb : rapport de Sauvetage urgent, Département des Alpes de Haute-Provence, Digne-les-Bains, décembre 2017, 0 p.
Courtin 1974
Courtin (J.) – Le Néolithique de la Provence, Paris : Société Préhistorique Française, 1974, 360 p.
Devos 2012
Devos (J.-F.) – DFS de Prospection-Inventaire 2011. Commune de Moustiers-Sainte-Marie. DRAC/SRA de PACA, Aix en Provence, 2012.
Devos 2013
Devos (J.-F.) – DFS de Prospection-Inventaire 2012. Commune de Moustiers-Sainte-Marie. DRAC/SRA de PACA, Aix en Provence, 2013.
Dubar 1979
Dubar (M.) – Les terrains quaternaires au pied des Alpes de Digne et les industries préhistoriques associées. CNRS, 1979.
Gagnepain 2007
GAGNEPAIN (J.) et al. – Les structures Anthropiques de Font Collomb – Rapport de fouille de sauvetage urgent, Quinson, Décembre 2007, 45 p.
Gagnepain 2010
Gagnepain (J.) et al.DFS de Prospection-Inventaire 2007-2009. Commune de Moustiers-Sainte-Marie. DRAC/SRA de PACA, Aix en Provence 2010.
Laurier, Borréani 2014
Laurier (F.), Borréani (M.) – Les Salles-Sur-Verdon, Territoire Communal, Bilan Scientifique 2014, DRAC PACA, SRA, Aix-en-Provence, 2014, p. 181.
Laurier 2015
LAURIER F. – Aiguine, Territoire Communal, Bilan Scientifique, DRAC PACA, SRA, Aix-en-Provence, p.139.
Laurier 2016
LAURIER (F.) – Baudinard, Territoire Communal, Bilan Scientifique, DRAC PACA, SRA, Aix-en-Provence, p.145.
Manteyer 1941
Manteyer (G.) – « Le Castillon du Serre d’En Aups », dans Bulletin de la Société ethnographique, historique, scientifique et littéraire de Haute-Provence, 1941, p. 575-582.
Moulin 1985
Moulin R. – Moustiers-Sainte-Marie, découvertes archéologiques dans la commune de Moustiers. Bulletin de la Société Scientifique et Littéraire des A.-H.-P. N°299, p. 36-38. Digne 1985.
Poncin 2015
PONCIN L. – La vallée du Verdon avant le lac, C’est-à-dire éditions, 2015, 395 p.
Renault 1992
Renault (S.) – Inventaire de la collection de Pierre Martel en vue de l’enrichissement de la carte archéologique, Rapport d’intervention, S.R.A.-P.A.C.A., 18 p., fiches non numérotées, 2 vol., 1992.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.