L’Hôtel de Mazan, à Riez : une première étude archéologique

Façade de l’Hôtel de Mazan. SDA 04

L’Hôtel de Mazan, à Riez (Alpes de Haute-Provence), fait l’objet d’un projet de restauration et d’aménagement d’un musée d’archéologie et de la gypserie, pour lequel une mission d’assistance à maîtrise d’ouvrage, sous la direction de Michel Trubert, Architecte en chef des Monuments historiques, a été définie.

L’un des volets de cette mission consistait en une première étude archéologique de l’ensemble du bâtiment, visant d’une part à définir les enjeux et problématiques archéologiques autour de cet ensemble, et d’autre part à poser quelques jalons sur l’édifice et sa chronologie, relative et absolue. L’étude s’inscrit dans la lignée d’une recherche riche et déjà ancienne, mais qui s’était attachée surtout à l’analyse de l’escalier et de son décor de gypserie.

Premier niveau de l’escalier de l’Hôtel de Mazan (SDAP)

 

Une étude historique précédente avait permis d’éditer un prix-fait (sorte de contrat entre un commanditaire et un entrepreneur) de 1517 relatif à la construction de l’hôtel pour Jean Lascaris de Tende et un second, de 1522, portant vraisemblablement sur son décor de gypserie ; la confrontation des données de ces documents avec le bâti était à faire.
Les corps de bâtiment qui composent l’édifice sont disposés en U autour d’une cour fermée par un mur aveugle. Ils comportent quatre niveaux d’élévation principaux et un niveau de cave.

Vue en contre-plongée de l’escalier. SDA 04

Les niveaux sont accessibles via un escalier en vis à quatre noyaux autour d’un vide central, qui dessert une loggia à partir de laquelle les pièces sont distribuées.

Loggia de l’Hôtel de Mazan. SDA 04

Une ouverture transformée dans la cage d’escalier de l’édifice. SDA 04

L’étude, appuyée sur quelques sondages ponctuels, des observations sur les parements dégagés et des photographies anciennes, a montré une stratigraphie complexe du bâtiment ; quelques hypothèses, qui demanderont à être confrontées à des analyses plus nombreuses, ont pu être formulées. L’aile qui occupe le sud-ouest de l’ensemble préexiste à la construction de l’hôtel, ainsi peut-être que la cage d’escalier (mais pas l’escalier lui-même, du moins pas dans son état actuel). Ce bâtiment est acheté avant 1517 et profondément transformé : partiellement démoli, il est divisé en deux, ses ouvertures d’origine sont comblées et ses niveaux de sol sont déplacés. Deux ailes sont ajoutées, au nord et au sud de l’espace qui devient la cour de l’édifice. L’escalier est sans doute transformé à la même époque et la loggia est créée. Dans un troisième temps, sans doute au XVIIIe siècle, de nouvelles transformations surviennent, qui affectent moins la morphologie générale de l’édifice : transformation des baies, division des pièces nobles et renouvellement de leur décor.

Principaux états restitués pour l’évolution de l’édifice. SDA 04, d’après plan M. Trubert

À la suite de cette première étude, plusieurs pistes pour des recherches ultérieures se dégagent : d’abord, il semble souhaitable, dans le cadre des réfections de maçonneries projetées, de systématiser les observations sur le bâti afin de valider ou de corriger les hypothèses ci-dessus. Ensuite, la réalisation d’un relevé volumétrique intégral de l’Hôtel, par exemple par l’emploi d’un scanner laser 3D, fournirait une base d’analyse actualisée, mais aussi des relevés techniques utiles à la bonne intégration du projet dans l’édifice. La systématisation des analyses dendrochronologiques sur les planchers et plafonds fixerait à la fois la chronologie du décor et des transformations du bâtiment. Enfin, une étude historique complémentaire de celle qui a été réalisée pour le XVIe siècle permettrait de mieux situer les évolutions du bâtiment dans le contexte riézois et provençal.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.