Journées européennes de l’archéologie 2022

Du 17 au 19 juin prochains se dérouleront les Journées européennes de l’archéologie. L’archéologie sera à l’honneur dans les Alpes de Haute-Provence, avec une conférence au musée de Préhistoire des gorges du Verdon le 17 juin et une autre au musée gallo-romain de Sisteron le 18 juin. Egalement  le  17 juin, dans le hall de l’Hôtel du Département, à Digne, une exposition présentera les collections d’archéologie dans les différents musées du département. Cette exposition demeurera accessible pendant les horaires d’ouverture du bâtiment, jusqu’au 24 juin. Elle sera ensuite présentée dans d’autres musées.

En marge des JEA, une autre conférence sera présentée à Reillanne le 25 juin à 14h. Thomas Castin présentera une synthèse sur la Préhistoire et le silex de la vallée du Largue. Bien d’autres animations et conférences seront proposées dans le cadre de cette journée.

Bien d’autres animations sont proposées dans les Alpes de Haute-Provence et aux alentours pour ces journées : c’est l’occasion de découvrir ou redécouvrir notre patrimoine.

Animations et découvertes

Les archéologues qui fouillent dans la vallée du Jabron vous proposent, les 18 et 19 juin prochains, un programme d’animations, visites et conférences sur leurs travaux.

Attention : plusieurs rivières et vallées portent ce nom de Jabron dans le sud-est de la France (au sud de Sisteron, à Saint-Geniez, dans la Drôme…). Les journées annoncées ici se dérouleront dans le Var, entre Trigance et Comps-sur-Artuby ! 

L’archéologie

Le terme “archéologie” désigne, étymologiquement, la science de ce qui est ancien ; le mot est référencé depuis 1599 d’après le Trésor de la langue française. On lui donne aujourd’hui un sens beaucoup plus restrictif : l’archéologie concerne les traces matérielles des femmes et des hommes du passé. Les archéologues ne traitent donc pas des dinosaures mais leur travail commence avec les premiers hommes. Et il s’étend jusqu’à.. avant-hier : toute trace matérielle, qui donne à comprendre un aspect du monde que les textes ignorent, peut être considérée comme archéologique. 

En tant que discipline scientifique, l’archéologie implique une méthodologie rigoureuse, basée sur l’observation et l’enregistrement de données qui sont ensuite analysées et interprétées. Les archéologues s’appuient sur les éléments très partiels qui leur sont parvenus. Ils font donc de nombreuses hypothèses pour proposer une lecture globale des sites qu’ils étudient, mais ces hypothèses ne sont recevables que si elles sont étayées et argumentées, et elles peuvent être critiquées grâce à de nouvelles découvertes. Les archéologues ne font pas de l’histoire-fiction et doivent donc être ouverts à la critique !

Journée portes ouvertes, fouille préventive de Mane

Durant l’été 2021, le SDA 04 a conduit un diagnostic d’archéologie préventive à Mane, à l’emplacement de la future station d’épuration. Le diagnostic a révélé la présence d’un site de l’âge du Bronze, dont la fouille a commencé en janvier 2022.

Cette fouille, qui réunit des archéologues du SDA 04 et de l’Inrap, permet de documenter une période peu connue de l’histoire régionale et revêt donc un grand intérêt scientifique.

L’équipe de fouille ouvre les portes du chantier au public le mercredi 16 mars à partir de 14h. Ils vous présenteront le résultat de leur travail.

Le couvent des Minimes de Mane

Le couvent des Minimes de Mane ; à droite du cliché, le clocher de l’église (SDA 04)

Le Service départemental d’archéologie a récemment conduit une étude archéologique du couvent des Minimes de Mane. Cette étude s’inscrit dans le cadre des travaux de rénovation de cet établissement privé. Elle n’a pas vocation à traiter l’ensemble de l’établissement mais à proposer, au travers de sondages répartis dans ses maçonneries, une lecture globale des transformations perceptibles. Une importante étude d’archives, en cours, accompagne ce travail de terrain.

Le couvent appartient à l’ordre des Minimes, fondé au XVe siècle en Calabre par François de Paule. En 1601, Melchior de Forbin fonde un établissement ” à la ville de Pertuis ou à Mane”. C’est finalement cette dernière qui est retenue, et la congrégation est établie quelques années plus tard.

Le début du XVIIIe siècle est particulièrement favorable aux Forbins. Ils développent alors leur implantation de Mane en édifiant d’une part leur château de Sauvan et en développant d’autre part le couvent, richement doté et transformé.

L’étude archéologique a permis de mettre en évidence ces deux phases principales des XVIIe et du XVIIIe siècles, d’observer la construction d’origine et de rendre compte de certaines transformations, reprises de fenêtres et créations de nouvelles portes par exemple.

Structure en bois d’un des sols anciens du couvents (SDA 04)

En deux points du couvent, des pièces de bois anciennes étaient conservées, dans un escalier et le sol d’un étage. Ces pièces de bois sont prélevées et devraient faire l’objet d’une datation par dendrochronologie. Ainsi, si les conditions le permettent, il sera possible de dater très précisément certaines phases de travaux.

La surface ancienne des murs est conservée par endroit. Deux types de traitements dominent : par endroit, particulièrement au rez-de-chaussée, le mortier est lissé avec un soin extrême, formant une sorte de peau mais sans apport de couleur. Par ailleurs le revêtement le plus courant est un badigeon jaune d’un type fréquent au XVIIIe siècle. Surtout, l’étude archéologique a permis de constater la présence de décors peints concentrés dans l’aile sud du cloître. Deux panneaux particulièrement soignés sont apparus : le premier, sur le badigeon jaune, représente un pilier carré sur une base imposante. Tracé en perspective, à la mine, il comporte encore des lignes de fuite et des traits de bâti qui donnent à penser qu’il s’agit de l’ébauche d’un décor inachevé. Le revêtement qui le porte évoque plus les travaux du XVIIIe siècle.

Décor de pilier en trompe-l’oeil

À quelques mètres, un second panneau est beaucoup plus élaboré. On y voit la représentation d’un ange derrière un drapé et d’autres figurations se laissent deviner, dont des nuages et l’auréole d’un autre personnage. Ce décor polychrome semble associé au revêtement le plus ancien du mur et pourrait donc correspondre à la première phase de travaux. Il a été très dégradé par les travaux des XVIIIe et XIXe siècles ; sa surface a été abondamment piquetée pour permettre la bonne tenue des couches de peinture monochromes ultérieures, mais la qualité du décor demeure accessible.

Le décor figuré : ange et rideau (SDA 04)

Le maître d’œuvre et le maître d’ouvrage des travaux travaillent à la conservation de ces décors afin de permettre leur préservation et idéalement leur visibilité in situ. Ce travail permettra de découvrir l’extension du décor conservé.

Décor de rinceaux en encadrement de porte (SDA 04)

Ces décors majeurs ne sont toutefois pas totalement isolés : dans le même espace, un encadrement de porte comporte une frise de rinceaux peints en brun, mais cet élément est très dégradé et sa conservation n’a pas été envisagée. Enfin, les murs du couvent portent la trace d’autres décors : quelques graffitis sont incisés dans les plâtres les plus anciens et des chevilles en bois, implantées antérieurement au lissage des plâtres les plus anciens, indiquent que des éléments (tentures ou tableaux, peut-être) étaient accrochés au mur.

Il faut signaler pour conclure que la bonne coordination de l’ensemble des acteurs (maître d’œuvre, maître d’ouvrage, entreprises, architecte des bâtiments de France, Service régional de l’archéologie, service archéologique départemental) a permis de conduire dans les meilleures conditions une étude qui documente notre connaissance à tous sur cet édifice et sur cet ordre sans trop affecter le déroulement des travaux.

A propos de l’archéologie

L’archéologie est une science. Elle étudie les restes matériels (objets, structures, bâtiments, restes organiques et biologiques, traces dans le paysage) des humains du passé. Son objectif est, au travers de ces traces concrètes, de comprendre le passé pour mieux éclairer le présent. Elle étudie un passé qui est commun à tous.

L’archéologue ne s’intéresse pas aux trésors (encore faudrait-il savoir ce qu’est un trésor !), mais à des objets dans leur contexte (emplacement précis, position, couche de sédiment). C’est la raison pour laquelle les archéologues ne peuvent pas cautionner l’usage des détecteurs de métaux : même avec les meilleures intentions du monde (et est-ce bien toujours le cas ?) l’utilisation d’un détecteur de métaux ne permet pas de documenter ce contexte. L’objet ainsi découvert perd la quasi-totalité de sa valeur archéologique.

L’archéologie a cependant une caractéristique qui la distingue de l’histoire des textes et de la plupart des disciplines scientifiques : on ne peut pas reproduire une expérience pour en valider le résultat. Lorsqu’un archéologue fouille une couche de sédiment, déplace un objet, retire une pierre, ce geste est définitif et ne peut pas être inversé. La fouille ne peut donc pas être refaite si elle a été mal conduite. Les deux principales qualités intellectuelles d’un archéologue sont donc la rigueur (pour que les observations ne soient pas perdues) et l’honnêteté (car on n’a pas le droit d’inventer ce que l’on n’a pas vu, ou raté).

Pour ces raisons, la pratique de l’archéologie est très encadrée : depuis 1941, nul ne peut entreprendre de fouilles, même dans son propre terrain, sans l’accord de l’État. Depuis 1989, l’utilisation d’un détecteur de métaux est strictement réglementée.Toute personne, bénévole ou professionnelle, est en droit de demander une autorisation de fouille. Dans les Alpes de Haute-Provence, des associations de bénévoles, au premier rang desquelles l’ARDA-HP, conduisent depuis longtemps des chantiers de fouille programmée qui allient une grande qualité scientifique et de remarquables vertus pédagogiques.

L’archéologie a l’avantage d’être une science ouverte à tous. En effet, lire un article d’archéologie, assister à une conférence, participer à une fouille ne demandent pas un bagage scientifique important : le vocabulaire est accessible à tous, à quelques exception près ; la démarche est intelligible pour tous.

Mais l’archéologie a aussi l’inconvénient d’être une science ouverte à tous. Les archéologues ne forment pas un corps constitué (comme les médecins, les avocats…) et n’importe qui peut se prétendre « archéologue ». L’archéologie est une source de fantasme : Indiana Jones n’y est pas pour rien, mais avant lui, les pilleurs de trésors et les déterreurs de momies faisaient déjà rêver une partie de la population. De ce fait, dans nos territoires, on rencontre des archéologues très sérieux, professionnels ou amateurs, mais aussi des charlatans dont la démarche va à l’encontre de toute démarche scientifique sérieuse. Si, bien entendu il est plus intéressant pour le public de trouver une pyramide ou un tombeau, un trésor, un dolmen que quelques tessons, un fossé comblé ou une pierre à sel du XIXe siècle, certaines « découvertes » relèvent de la science-fiction et pas de la science, tout court, ni du patrimoine.

La démarche d’un archéologue s’inscrit en quatre temps : d’abord, il observe et enregistre systématiquement toutes ces observations, par tous les moyens disponibles (description écrite, photographies, levés topographiques…). Une information qui n’est pas enregistrée est perdue. Ensuite, il décrit dans un rapport l’ensemble de ses observations. Là encore, ce qui n’apparaît pas dans le rapport ne sera pas transmis. Le rapport est, à ce moment seulement, l’occasion d’interpréter les données observées. Par recoupement des données entre elles et par comparaison avec d’autres sites, on peut proposer des hypothèses pour expliquer ce que l’on a observé. Il s’agit bien d’hypothèses : l’abus de l’indicatif, l’absence d’une certaine prudence dans les propos est déjà l’indice que l’auteur doit être considéré comme peu fiable. Enfin, une fois le rapport terminé, il faut rendre compte de son travail ; cela passe par des publications scientifiques, des articles de presse, des conférences, des visites ou des expositions, par exemple.

Dans nos territoires de montagne, à la géologie complexe, chaque bloc de pierre isolé ne doit pas être considéré comme un menhir : il peut s’agir d’un bloc erratique, d’un éboulis, du résultat de l’épierrement d’un champ, d’une borne récente. De même, quand une pierre présente des traces d’usure, il faut s’inspirer du principe du rasoir d’Ockham et envisager que les moutons aient usé la pierre en léchant le sel déposé par les bergers. Et quelques blocs qui forment une ligne sinueuse ne sont pas un géoglyphe (les Alpes sont loin de Nazca), pas plus qu’une montagne pointue n’est une pyramide

Lorsqu’une personne fait abstraction de la rigueur scientifique, ne respecte pas le cadre réglementaire (destiné à protéger le patrimoine archéologique), propose en guise d’hypothèse des élucubrations non fondées, il montre qu’il n’est en aucun cas un archéologue, mais tout au plus un dangereux bonimenteur.