Une sépulture typique de la fin de l’Antiquité et du début du haut Moyen Âge

Sortir de l’éditeur

Coffrage de tegulae et d’ imbrice à section triangulaire, ossement en réduction, et inhumation d’un individu adulte sur le squelette d’un autre homme adulte (SDA 04)

Cette sépulture, appelée bâtière de tegulae de par son architecture faite de tuiles plates, a été mise au jour récemment lors d’une opération de diagnostic archéologique. Bien qu’elle fasse partie d’un ensemble funéraire bien plus vaste, seule celle-ci a été fouillée lors de cette opération afin d’observer son architecture funéraire, son état de conservation ainsi que la nature des dépôts qu’elle abritait.

Associés à un plan de répartition des vestiges, ainsi qu’à des sondages profonds pour vérifier la potentielle stratification du site, ces éléments participent en effet à déterminer la nature du site archéologique, sa datation, ainsi que la conservation des vestiges, qui pourront tous trois mener, par la suite, à la prescription d’une fouille archéologique préventive.

Ce type de sépulture est courant dans notre région à la fin de l’Antiquité et au début du Moyen Âge. Il permet d’inhumer des défunts individuellement, mais également collectivement car ces structures sont souvent rouvertes afin de placer de nouveaux corps. Les ossements du primo-occupant peuvent alors être “réduits”, c’est-à-dire repoussés dans une partie de la tombe pour libérer de la place, ou encore, comme ce fut le cas ici, simplement recouverts par la dépouille d’un nouveau défunt.

Ces superpositions complexifient la fouille de la structure : chaque “couche” doit être fouillée, enregistrée (photographies, localisation en plan et en altimétrie, description…) et enlevée l’une après l’autre. En conséquence, sur le terrain, il n’est jamais possible de voir tous les éléments constitutifs d’une tombe à la fois.

Afin de pallier ce manque de visibilité qui pourrait entraîner des erreurs d’interprétation, notamment sur les effets que ces éléments pourraient avoir entre eux, il est aujourd’hui possible de réaliser des modèles 3D des structures fouillées en effectuant une simple couverture photographique à chaque étape de la fouille. À l’aide d’un logiciel (Metashape d’Agisoft en l’occurrence), on peut alors, à partir de quelques dizaines de photos, modéliser un nuage de points, ou bien un modèle maillé et texturé.

La fouille de Digne-les-Bains – Gymnase Borrély : Un quartier résidentiel de Dinia

Jenny SÉLÈQUE (archéologue antiquisante, SDA 04, chercheure associée UMR 7299 – CCJ)

L’habitat

Cette fouille préventive (hiver 2018-2019) a permis de mettre au jour une portion d’un quartier résidentiel de l’agglomération antique de Digne-les-Bains, Dinia (Fig. 1).

Fig. 1 : Vue aérienne de la fouille (Drone & Flight)

Il est occupé de la première moitié du Ier siècle jusqu’à l’Antiquité tardive (Fig. 2). Le bâtiment primitif est fondé sur solins durant la première moitié du Ier siècle de notre ère. Très vite, durant la deuxième moitié du Ier siècle, un bâtiment de grandes dimensions fondé sur plusieurs assises de galets lui succède. L’élévation de ces murs parementés est conservée à divers degrés selon les zones.

Fig. 2 : Plan phasé des vestiges mis au jour (SDA 04)

Ce bâtiment est à son tour agrandi durant la fin du IInd siècle, témoignant ainsi de la période d’expansion maximale de l’habitat. D’autres bâtiments viennent s’y adosser à l’est et à l’ouest. Le bâtiment principal est ensuite plusieurs fois restructuré durant le Bas-Empire en trois états successifs qui s’échelonnent de 200 à 400, jusqu’à son abandon entre l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge (Ve-VIIe). Dans différentes pièces, on constate le passage de sols en terre à des sols en dur (début IIIe siècle), des maçonneries plus légères sans fondations forment un nouveau plan englobant une partie du bâtiment principal à l’ensemble bâti occidental. La tendance est au rétrécissement progressif des grandes pièces initiales, avec plusieurs phases de cloisonnement des espaces : on passe de pièces d’environ 40 m² durant le Haut-Empire à des pièces de 20 m², puis 10 m² durant le Bas-Empire. Ces réaménagements sont les témoins de l’évolution des besoins familiaux ou des moyens financiers.

À l’intérieur des bâtiments, chaque pièce est dévolue à une fonction qui a parfois pu être déterminée grâce aux vestiges ou au mobilier archéologique. C’est ainsi que deux fours en tuiles et en briques ont été mis au jour dans une pièce au sud du bâtiment principal (Fig. 3).

Fig. 3 : Sole de l’un des fours observés (SDA 04)

En activité durant le Bas-Empire, ces structures de petites dimensions sont en lien avec des besoins domestiques. Un bassin (Fig. 4) construit tardivement, a également été identifié. Sa présence permet d’avancer plusieurs hypothèses : s’agit-il d’une cour et sa fontaine ? Est-il associé à une activité artisanale ?

Fig. 4 : Le bassin aménagé dans l’un des bâtiments

Quelques structures à caractère remarquable sont localisées dans l’habitat : une fosse pouvant participer à un rite de fondation du bâtiment principal dans laquelle 40 gobelets ont été jetés (Fig. 5) : ces pratiques ne sont pas inconnues en Gaule romaine à ces périodes, mais les exemples demeurent rares. On compte aussi un trésor monétaire de 60 sesterces associé à l’économie domestique, abandonné semble-t-il au milieu du IIIe siècle à la suite d’un incendie. Cet habitat a également accueilli un atelier de forge durant le Haut-Empire, attesté par la présence de nombreuses scories et chutes de tiges de fer, de même qu’un support de frappe de type enclume-tas.

Fig. 5 : les gobelets en dépôt (SDA 04)

La zone nord moins dense en vestiges et pauvre en mobilier accueille des structures fossoyées durant le Haut-Empire puis des murs en pierres sèches cloisonnant l’espace. Il s’agit ici d’une aire dédiée aux jardins, au maraîchage ou au pacage au sein même de l’habitat.

L’abandon

L’abandon du site ne semble pas subit mais plutôt progressif. La zone ouest du bâti a vraisemblablement été détruite par un incendie puis a servi de dépotoir jusqu’aux alentours de 400-450 de notre ère, alors que certaines pièces du bâtiment principal sont abandonnées dès le IVe siècle (entre 306 et 350 de notre ère). L’ensemble oriental semble, quant à lui, être abandonné entre 250 et 300 de notre ère. De plus, une tombe est installée sur les ruines de l’une des pièces du bâtiment principal dès l’abandon de la zone. Cette sépulture est datée entre 250 à 385 de notre ère. Le phénomène d’introduction des morts dans le périmètre urbain constater ici reste un phénomène courant postérieur à la fin de IIIe siècle.

Après l’abandon de l’habitat la zone devient agricole avec l’implantation de silos et de fosses durant l’Antiquité tardive, qui viennent en partie détruire les vestiges antérieurs des murs, du bassin et des sols. Un fossé de l’époque moderne recoupe également le site du nord au sud. Sa fonction est peut-être à mettre en rapport avec le Mardaric et l’approvisionnement en eau du secteur. Plusieurs tranchées de récupération des blocs des murs des bâtiments antiques ont également été observées. La chronologie de ces tranchées et de fait le rôle de carrière que joue le bâti antique date certainement de la fondation des deux agglomérations médiévales (le castrum surplombant la Bléone et le bourg canonial le Mardaric) nécessitant une quantité de matériau de construction considérable.

La stratigrahie

La stratigraphie du site est intimement liée à l’évolution du cours d’eau du Mardaric et aux grandes périodes climatiques. La plaine alluviale qui connaît une longue période de stabilité avec un retrait des cours d’eau accueille l’agglomération antique. Puis, le regain d’activité hydrologique à tendance torrentielle provoque l’abandon de la zone et fossilise les vestiges antiques. Les témoins d’une occupation médiévale sont quasiment inexistants et sont peut-être à corréler avec la dégradation climatique qui débute à la fin de la période romaine et voit son apogée autour de l’an mil, avec une période d’accalmie entre le VIe siècle et la fin du VIIIe. Durant le bas Moyen Âge, il semble que le site ne serve que de carrière. La plaine alluviale reprend de l’activité durant l’époque moderne, mais dans un régime agricole uniquement. La canalisation du Mardaric au milieu du XIXe siècle permet le développement d’un quartier qui prend son plein essor à partir du milieu du XXe siècle, avec l’installation d’administrations et d’un quartier résidentiel. L’emprise du futur gymnase était occupée par l’école des Beaux-Arts.

Conclusions

Ce quartier de Dinia connaît vraisemblablement une fondation au Haut-Empire, aux alentours de 50 à 150 de notre ère et une expansion durant la deuxième moitié du IInd siècle. Le Bas-Empire voit la pérennité de l’occupation au travers divers réaménagements du bâti. La densité de l’habitat et ses réorganisations successives, de même que l’abandon progressif jusqu’à l’Antiquité tardive sont des éléments comparables aux modèles observés en agglomération durant l’Antiquité. Ce secteur, grâce aux nouvelles données, fait désormais partie intégrante de la ville et n’est plus considéré comme un quartier péri-urbain. Cette partie de la ville qui s’apparente à un quartier résidentiel est localisé à environ 250 m du quartier monumental (Notre-Dame du Bourg). Grâce à la multiplication des opérations d’archéologie préventive et aux données anciennes que l’organisation générale de la ville commence à se dessiner.

Une publication sur ce site et la ville antique est en cours de rédaction.

Le vieux Montlaux : nouvelles technologies et patrimoine en péril

Voilà quelques années que la mairie de Montlaux s’attache à redécouvrir et valoriser son vieux village. Situé bien à l’écart de l’église et de la mairie actuelle, ses vestiges sont abandonnés aux broussailles depuis plus d’un siècle.  Parmi les imposants tas de pierres qui parsèment l’éperon, les débroussaillages menés par les Montlarains ont révélés les façades de maisons alignées de part et d’autre des anciennes rues du village.

Le vieux Montlaux vu depuis l’ouest (SDA 04)

Au sommet du relief, le promeneur reconnaitra facilement les sections d’un rempart (XIIe-XIIIe s.) brodé d’un fossé rupestre et jadis animé de tours semi-circulaires ; les ruines de l’église Saint-Jacques qui conservent un clocher carré ; et au point culminant un impressionnant monticule de pierres qui marque l’emplacement de la tour du seigneur de Montlaux.

Le rempart médiéval qui barre l’éperon (SDA 04)

Devant le danger imminent d’effondrement des derniers vestiges du village, une première campagne de restauration a stabilisé l’ancienne église paroissiale. Le service d’archéologie du département y intervient dans le cadre du diagnostic prescrit par la DRAC. Mais c’est le projet de stabilisation d’un second bâtiment, le plus en danger, qui a été pour nous l’occasion d’expérimenter une nouvelle méthode de relevé d’architecture. Bien loin de la traditionnelle planche à dessin et du crayon, c’est grâce à un drone que nous avons pu observer et modéliser ce bâtiment en péril sans échafaudage, ni échelle.

Vestiges des habitations du village et de l’église Saint-Jacques en arrière-plan (SDA 04)

Le procédé employé est celui de la photogrammétrie qui reconstruit la géométrie à partir de photographies prises de différents angles de vue. Le logiciel détermine des points communs à différents clichés, positionne les prises de vues dans l’espace, puis reproduit avec une précision millimétrique un modèle en trois dimensions. Le modèle obtenu est habillé d’une texture extraite des différentes photographie. La vidéo ci-dessous illustre les différentes phases de travail jusqu’au résultat final. Chaque vignette bleue est une photo prise par drone.

L’objet obtenu est une copie fidèle de l’original consultable à volonté quelque soit l’endroit où l’on se trouve. Si l’édifice devait disparaitre, il resterait donc virtuellement accessible aux architectes, aux archéologues et au public. Désormais armé de cet outil, il ne reste plus qu’à découvrir l’histoire de cet ensemble architectural et à en conforter les vestiges. Dans la vidéo ci-dessous, vous reconnaitrez surement la tour carrée (fin du XIIe ou début du XIIIe s. ?) noyée dans les constructions ajoutées progressivement entre le XIVe et le XIXe s.

Une nouvelle publication : les Cahiers archéologiques de Haute-Provence

Le Service départemental d’archéologie des Alpes de Haute-Provence a conduit depuis plusieurs années des fouilles dans l’ancienne cathédrale de Senez et dans l’agglomération médiévale de Petra Castellana. Ces fouilles, autorisées par le Préfet de région, ont été en grande partie financées par le projet européen (programme Interreg-Alcotra) TRA[ce]S (Transmettre la recherche archéologique dans les Alpes du Sud). Elles ont renouvelé profondément les connaissances sur ces deux sites.

Nous avons le plaisir de partager avec vous aujourd’hui un premier résultat de ces recherches. En effet, le projet TRA[ce]S nous a permis de réaliser deux livrets qui présentent les résultats de ces fouilles, le premier consacré au site de Petra Castellana, le deuxième à l’ancienne cathédrale de Senez. Ces livrets constituent les deux premiers numéros d’une nouvelle collection : les Cahiers archéologiques de Haute-Provence. Ils sont dès à présent téléchargeables gratuitement, et des exemplaires seront imprimés dès que possible. Ils sont le fruit du travail de l’ensemble des agents du SDA. La conception de ces cahiers a été réalisée par la graphiste Merry Lau.

Couverture du Cahier archéologique de Haute-Provence n°1

Nous espérons pouvoir vous proposer à l’avenir, en fonction des résultats de nos recherches, de nouveaux numéros de ces Cahiers.

Couverture du Cahier archéologique de Haute-Provence n°2

Nos chantiers en vidéo

Dans le cadre du projet Alcotra TRA[ce]S (Transmettre la recherche archéologique dans les Alpes du Sud), les dernières campagnes de fouille des sites de Petra Castellana et de la cathédrale de Senez ont fait l’objet de présentations vidéo. Ces dernières sont visibles ici :

Vous y retrouverez un panorama du site de Petra Castellana et la vidéo accélérée (Timelapse) de la fouille conduite dans la nef de la cathédrale de Senez.

Un second documentaire a été tourné sur le site de Petra Castellana, par le Service communication du Département. Elle est accessible sur la page Facebook du SDA:

Campagne de fouille à Petra Castellana

Dans le cadre du projet @Traces Projet Transfrontalier, le service départemental d’archéologie des Alpes de Haute-Provence organisait en juin sa quatrième campagne de fouille à Petra Castellana, site perché derrière le Roc à Castellane. Quel est le but de ces campagnes de fouille ? Que savons-nous de l’histoire de ce site ? Vincent Buccio, responsable du SDA04 nous répond. #mondepartement04 #archeologie #irresistiblealpesdehauteprovence

Publiée par Service départemental d’archéologie du 04 sur Mercredi 31 juillet 2019

La fouille de la cathédrale de Senez a par ailleurs fait l’objet d’un reportage par France3 au printemps :

Ces images ont pour objectif de présenter les chantiers et de mettre en valeur le travail des archéologues sur les fouilles.

 

 

Bilan des 3e rencontres départementales d’archéologie

Les 3e rencontres départementales d’archéologie des Alpes de Haute-Provence se sont tenues à Digne-les-Bains, dans les locaux d’Aix-Marseille Université, le 27 avril 2019. Elles ont permis à plus de 70 personnes d’assister à une dizaine de présentations portant sur des sites archéologiques des Hautes-Alpes et des Alpes de Haute-Provence.

Aucune publication intégrale des actes de ces journées n’est prévue ; vous trouverez ici quelques éléments de résumés de ces communications. Ces résumés ont été rédigés par le SDA 04 ; s’ils trahissent les intentions des auteurs, ils peuvent être modifiés sur demande.

Le SDA 04 remercie les intervenants et le public qui ont fait le succès de cette journée.

Le cénotaphe du duc de Lesdiguières (Hautes-Alpes) : relevé, étude et enquête

(Roger Boiron et Robert Thernot, INRAP Méditerranée)

L’étude archéologique de ce monument funéraire, conservé au Musée-Museum départemental des Hautes-Alpes, a permis d’en établir un relevé complet par photogrammétrie. Grâce à ce dernier, son état sanitaire et certains aléas de conservation ont été estimés. La mise en relation du cénotaphe avec son lieu d’installation d’origine a permis d’en estimer la position. Cette étude a aussi permis de mesurer les transformations que le monument a connu au cours de son existence, et d’envisager de nouvelles stratégies pour sa conservation et sa mise en valeur.

Des nouvelles de la Préhistoire du Verdon

(Thomas Castin, SDA 04)

Après les prospections archéologiques et les fouilles réalisées sur les berges du lac de Sainte-Croix, le service départemental d’archéologie des Alpes de Haute-Provence a lancé un programme de prospections sur l’ensemble du Canyon du Verdon avec pour but de renseigner de possibles occupations anciennes sur ce secteur encore vierge de toutes opérations archéologiques. La zone étudiée va de la commune de Rougon à partir de Point Sublime jusqu’au Pont de Galetas sur le Lac de Sainte-Croix.

Ainsi, 200 hectares ont été couverts mettant en évidence 23 sites ou indices de sites principalement préhistoriques et/ou protohistoriques, mais également médiévaux et modernes. La majeure partie de ces découvertes a été réalisée en grotte ou abri, le plus souvent dans des contextes d’érosion humaine ou animale.

À la vue de l’ensemble de ces données, il est évident que le canyon du Verdon possède un fort potentiel archéologique avec de nombreuses occupations en grotte ou abri encore inexplorées. Les indices de sites diachroniques mis en évidence dans l’ensemble du canyon et à différentes altitudes prouvent une occupation humaine du secteur à toutes les périodes.

Cette année l’équipe archéologique réalisera plusieurs sondages dans trois grottes à l’intérieur du canyon afin d’apprécier le degré de conservation de ces différents indices en espérant trouver du mobilier en contexte et des données sur l’occupation humaines, choses encore inexistantes sur cette aire géographique. À cette opération de sondages s’ajoutera une prospection inventaire concernant la commune de Rougon, secteur moins densément étudié lors des recherches de 2018.

Habitat élitaire et paysan IXe-XIIe siècles, recherches en cours à Allemagne-en-Provence

(Daniel Mouton, LA3M, et Mariacristina Varano, GRHis)

La fouille de plusieurs habitats élitaires répartis sur la commune d’Allemagne-en-Provence montre une forte densité d’occupation et met en avant des déplacements des sites dans la longue durée.

Le castrum Archanzoscum (site de Notre-Dame) est particulièrement révélateur : il permet de comprendre les modes de construction des bâtiments élitaires et leurs transformations successives.

L’abandon du site est également très bien représenté : d’importants remblais sont apportés entre les différentes phases d’occupation, mais surtout après l’abandon définitif du site. Un exemple rare de bâtiment hexagonal a été mis en évidence. Le mobilier mis au jour est abondant et varié : céramique, éléments de tabletterie, armement par exemple. Un habitat associé a également été fouillé.

L’animal et la viande en Provence médiévale : récentes avancées en archéozoologie

(Dianne Unsain, LA3M)

Une étude des restes fauniques des sites de Notre-Dame (Allemagne-en-Provence) et de Petra Castellana (Castellane) permet d’analyser les pratiques d’élevage et d’abatage, l’alimentation, et l’économie animale en haute-Provence. Cette étude permet de caractériser des pratiques alimentaires spécifiques, tant dans le choix des espèces consommées que dans l’âge d’abattage des animaux. Des pratiques de boucherie impliquant vraisemblablement une main-d’œuvre spécialisée et des activités artisanales liées aux animaux sont également mises en évidence.

Représentation squelettique du bœuf avec mise en évidence de sous-représentations, Petra Castellana. Crédit : Dianne Unsain, L13M, silhouette d’après Archéozoo.org.

partie supérieure d’un radius de boeuf tranché (coude) Petra Castellana. Crédit : Dianne Unsain, LA3M

Si les caprinés (ovins et caprins) restent les animaux emblématiques de l’élevage du pourtour méditerranéen, la consommation de porc est très élevée sur le site de Notre-Dame. Elle pourrait être mise en relation avec des usages forestiers locaux, propices à l’alimentation des porcs, ou avec différents critères socio-culturels.

Daniel Vaissière, un passionné d’archéologie et de patrimoine

Daniel Vaissière, cliché J. Reynaud-Suzor

(Delphine Isoardi et les membres de l’Association de Recherche et de Documentation Archéologique en Haute-Provence (ARDA-HP))

Principaux travaux archéologiques de Daniel Vaissière

Le décès prématuré et soudain de Daniel Vaissière, à l’été 2018, a privé le département d’un archéologue passionné et érudit. Son métier d’ébéniste l’a amené à travailler sur de nombreux sites du territoire. En tant qu’archéologue, il a signalé et étudié un très grand nombre de sites de toutes périodes en Haute-Bléone. Ses études historiques ont permis de connaître un grand nombre d’ensembles peu ou pas conservés sur le terrain, à travers une approche monographique, territoriale, parfois thématique.

Il a également œuvré à la diffusion et à la connaissance du patrimoine archéologique par des conférences et des publications nombreuses, tout en attirant l’attention du public sur les problèmes de fragilité et de pillage du patrimoine archéologique.

Première campagne de prospection archéologique diachronique sur les communes de Thorame-Basse et Thorame-Haute, septembre 2018

(Florence Mocci et Delphine Isoardi, Centre Camille Jullian, UMR 7299 du CNRS)

Les prospections entreprises en 2018 dans le territoire des communes de Thorame-Basse et Thorame-Haute s’inscrivent dans le cadre des travaux menés sur l’ancien diocèse de Senez et dans les axes de recherche du CCJ. La très importante superficie du territoire des deux communes implique que cette première campagne n’a fait qu’initier un travail de plus grande ampleur.

Répartition des sites localisés, par altitude, par période et par nombre de sites, crédits : Delphine Isoardi, CCJ

Le territoire étudié est mal documenté sur le plan historique. Il faut signaler la présence d’un diocèse éphémère à Eturamina à la fin de l’Antiquité. La prospection a mis en évidence 70 sites jusque là inconnus, de la Préhistoire aux Temps modernes.

Prospections programmées en 2019, crédits : Delphine Isoardi, CCJ

Cette étude montre la grande densité d’occupation de ce territoire depuis la Préhistoire. Des perspectives de recherche sont ouvertes pour la campagne de 2019, avec des prospections orientées autour de découvertes fortuites signalées et de différentes anomalies topographiques. Une première campagne de fouille se déroulera par ailleurs à l’été 2019 sur un site de découvertes de sépultures.

(NB : l’activité de pillage intense dont sont victimes certains sites ne permet pas d’en proposer une cartographie dans le présent carnet de recherche)

Bilan et premiers résultats de la fouille de Digne-les-Bains – Gymnase Borrély

(Jenny Sélèque, SDA 04)

L’opération de fouille préventive qui a eu lieu sur l’emplacement du futur gymnase Maria Borrély à Digne-les-Bains a permis la mise au jour d’une portion d’habitat associé à la ville antique de Dinia découverte précédemment lors des fouilles de la cathédrale Notre-Dame du Bourg. Le site se caractérise par de nombreuses maçonneries, en fondation mais aussi en élévation, de même que par des niveaux de sol en place, des puits, des foyers, des fours et un petit bassin.

Vue générale du site du gymnase Borrély, crédits : Drone&Flight

 

L’occupation résidentielle s’étendrait, selon les premiers résultats, du Ier siècle avant J.-C. jusqu’au IVe siècle après J.-C. Les différents plans de bâtiments et les réaménagements successifs  en témoignent. Par ailleurs le mobilier archéologique, céramique, monnaie, métal et verre, permet également de préciser ces datations. Plusieurs structures archéologiques ont livré beaucoup de mobilier déterminant : des épandages-dépotoirs, une fosse rituelle liée à la fondation de la première maison et un trésor monétaire abandonné après un incendie.

Après abandon de ce quartier de la ville les matériaux de construction sont en grande partie récupérés pour construire les habitations médiévales situées au bourg et autour de la cathédrale. Durant l’Antiquité tardive, au IVe siècle de notre ère, s’implante sur la démolition du dernier bâtiment une sépulture à inhumation.

Les données de fouille en cours d’étude feront l’objet d’un rapport final d’opération présenté au printemps 2020 en collaboration avec les spécialistes ayant étudiés le mobilier archéologique. La synthèse de tous ces résultats permettra de préciser le quotidien des habitants de Dinia durant ces quatre siècles.

Notre-Dame du Thor (Oraison), un site funéraire millénaire

(Elise Henrion, SDA 04)

L’autel maçonné moderne. Le décor est ajouté en surbrillance. Crédit : SDA 04

Sépulture sous bâtière de tegulae; Crédit : SDA 04

Les travaux de remplacement de la chaudière dans l’église Notre-Dame du Thor à Oraison ont occasionné la réalisation de travaux d’étude archéologique. Dans l’église, que la tradition attribue à l’époque moderne, plusieurs observations importantes ont été réalisées : la présence d’un autel maçonné et décoré a ainsi été enregistrée, ainsi que celle d’un caveau voûté et en partie comblé dans le bas-côté nord. L’emplacement de la chaufferie et les tranchées de réseaux ouvertes à l’extérieur de l’église ont montré la présence de nombreuses sépultures, parfois à une très faible profondeur. Certaines sont attribuées à la fin du Moyen Âge et aux Temps modernes, et peuvent donc être contemporaines de l’église actuelle. D’autres cependant sont très nettement attribuées à l’Antiquité tardive ou au haut Moyen Âge. Leur présence indique donc l’existence d’un lieu de culte ancien dans ce secteur de la commune.

Dernières découvertes archéologiques à Senez : la fouille de la cathédrale Notre-Dame de l’Assomption, les enduits peints

(Pauline Brousse, LA3M, Mathias Dupuis, Inp, Elise Henrion, SDA 04, Erwan Dantec, SDA 04)

Les diagnostics et fouilles archéologiques conduites depuis 2012 dans la cathédrale de Senez ont profondément renouvelé les connaissances sur cet édifice, tant dans sa structure actuelle que pour ses états antérieurs.

Résultats de la prospection géophysique. Crédit : SDA 04/ C. Camerlynck

Une prospection géophysique conduite dans et aux abords de l’église en 2017 a révélé l’emplacement de différentes anomalies, dont l’une a motivé l’ouverture d’un sondage dans la nef de l’église à l’été 2018. Ce sondage a révélé l’abside d’un état ancien de l’église, sans doute antérieur à l’an Mil. Le dispositif liturgique est conservé dans un état remarquable : l’autel maçonné est en élévation, tout comme la marche du banc presbytéral et l’accès à la cathèdre.

Fragments d’enduits peints, éléments d’un visage. Crédit : Pauline Brousse

Les remblais qui recouvraient cet ensemble ont révélé la présence d’environ 4500 fragments d’enduits peints, dont l’étude en cours révèle la richesse et la variété des décors de la cathédrale ancienne. L’étude de cet ensemble exceptionnel donne par ailleurs des indications précieuses sur l’architecture de l’édifice, en révélant la morphologie d’une voûte ou l’empreinte de blocs de tuf utilisés dans la construction.

L’étude archéologique révèle donc un édifice unique dans la région par l’état de conservation des aménagements liturgiques du haut Moyen Âge et par la présence d’un décor peint très ancien, même si ce dernier est fragmentaire.

[🎃Spéciale Halloween🎃] Morts violentes en Haute-Provence : quelques témoignages archéologiques

par Élise HENRION et Mathias DUPUIS

L’anthropologie funéraire est une spécialité de l’archéologie qui s’attache à étudier les modes d’inhumation des époques passées ainsi que les populations inhumées dans les cimetières et autres ensembles funéraires. Si, dans la majorité des cas, la cause de la mort n’a pas laissé de trace sur le squelette des défunts mis au jour, il arrive parfois que des stigmates visibles sur certains os nous permettent de l’appréhender.

Senez, cathédrale – Fouille de sépulture, automne 2018 (© SDA04)
Continuer la lecture

Senez : suivez le chantier archéologique en temps réel !

La nouvelle campagne de fouille de la cathédrale de Senez a débuté à la fin du mois d’août 2018. L’installation d’un dispositif de captage photographique permettra de documenter précisément chaque étape de la fouille réalisée dans la nef de l’église et d’en proposer un visionnage en accéléré à l’issue du chantier. Il vous offre également la possibilité de suivre l’évolution de notre travail en temps réel (une dizaine de photographies sont postées par jour de travail). Vous pouvez retrouver les images du chantier ci-dessous, ou bien en plein-écran en suivant ce lien.