Une sépulture typique de la fin de l’Antiquité et du début du haut Moyen Âge

Sortir de l’éditeur

Coffrage de tegulae et d’ imbrice à section triangulaire, ossement en réduction, et inhumation d’un individu adulte sur le squelette d’un autre homme adulte (SDA 04)

Cette sépulture, appelée bâtière de tegulae de par son architecture faite de tuiles plates, a été mise au jour récemment lors d’une opération de diagnostic archéologique. Bien qu’elle fasse partie d’un ensemble funéraire bien plus vaste, seule celle-ci a été fouillée lors de cette opération afin d’observer son architecture funéraire, son état de conservation ainsi que la nature des dépôts qu’elle abritait.

Associés à un plan de répartition des vestiges, ainsi qu’à des sondages profonds pour vérifier la potentielle stratification du site, ces éléments participent en effet à déterminer la nature du site archéologique, sa datation, ainsi que la conservation des vestiges, qui pourront tous trois mener, par la suite, à la prescription d’une fouille archéologique préventive.

Ce type de sépulture est courant dans notre région à la fin de l’Antiquité et au début du Moyen Âge. Il permet d’inhumer des défunts individuellement, mais également collectivement car ces structures sont souvent rouvertes afin de placer de nouveaux corps. Les ossements du primo-occupant peuvent alors être “réduits”, c’est-à-dire repoussés dans une partie de la tombe pour libérer de la place, ou encore, comme ce fut le cas ici, simplement recouverts par la dépouille d’un nouveau défunt.

Ces superpositions complexifient la fouille de la structure : chaque “couche” doit être fouillée, enregistrée (photographies, localisation en plan et en altimétrie, description…) et enlevée l’une après l’autre. En conséquence, sur le terrain, il n’est jamais possible de voir tous les éléments constitutifs d’une tombe à la fois.

Afin de pallier ce manque de visibilité qui pourrait entraîner des erreurs d’interprétation, notamment sur les effets que ces éléments pourraient avoir entre eux, il est aujourd’hui possible de réaliser des modèles 3D des structures fouillées en effectuant une simple couverture photographique à chaque étape de la fouille. À l’aide d’un logiciel (Metashape d’Agisoft en l’occurrence), on peut alors, à partir de quelques dizaines de photos, modéliser un nuage de points, ou bien un modèle maillé et texturé.

La fouille de Digne-les-Bains – Gymnase Borrély : Un quartier résidentiel de Dinia

Jenny SÉLÈQUE (archéologue antiquisante, SDA 04, chercheure associée UMR 7299 – CCJ)

L’habitat

Cette fouille préventive (hiver 2018-2019) a permis de mettre au jour une portion d’un quartier résidentiel de l’agglomération antique de Digne-les-Bains, Dinia (Fig. 1).

Fig. 1 : Vue aérienne de la fouille (Drone & Flight)

Il est occupé de la première moitié du Ier siècle jusqu’à l’Antiquité tardive (Fig. 2). Le bâtiment primitif est fondé sur solins durant la première moitié du Ier siècle de notre ère. Très vite, durant la deuxième moitié du Ier siècle, un bâtiment de grandes dimensions fondé sur plusieurs assises de galets lui succède. L’élévation de ces murs parementés est conservée à divers degrés selon les zones.

Fig. 2 : Plan phasé des vestiges mis au jour (SDA 04)

Ce bâtiment est à son tour agrandi durant la fin du IInd siècle, témoignant ainsi de la période d’expansion maximale de l’habitat. D’autres bâtiments viennent s’y adosser à l’est et à l’ouest. Le bâtiment principal est ensuite plusieurs fois restructuré durant le Bas-Empire en trois états successifs qui s’échelonnent de 200 à 400, jusqu’à son abandon entre l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge (Ve-VIIe). Dans différentes pièces, on constate le passage de sols en terre à des sols en dur (début IIIe siècle), des maçonneries plus légères sans fondations forment un nouveau plan englobant une partie du bâtiment principal à l’ensemble bâti occidental. La tendance est au rétrécissement progressif des grandes pièces initiales, avec plusieurs phases de cloisonnement des espaces : on passe de pièces d’environ 40 m² durant le Haut-Empire à des pièces de 20 m², puis 10 m² durant le Bas-Empire. Ces réaménagements sont les témoins de l’évolution des besoins familiaux ou des moyens financiers.

À l’intérieur des bâtiments, chaque pièce est dévolue à une fonction qui a parfois pu être déterminée grâce aux vestiges ou au mobilier archéologique. C’est ainsi que deux fours en tuiles et en briques ont été mis au jour dans une pièce au sud du bâtiment principal (Fig. 3).

Fig. 3 : Sole de l’un des fours observés (SDA 04)

En activité durant le Bas-Empire, ces structures de petites dimensions sont en lien avec des besoins domestiques. Un bassin (Fig. 4) construit tardivement, a également été identifié. Sa présence permet d’avancer plusieurs hypothèses : s’agit-il d’une cour et sa fontaine ? Est-il associé à une activité artisanale ?

Fig. 4 : Le bassin aménagé dans l’un des bâtiments

Quelques structures à caractère remarquable sont localisées dans l’habitat : une fosse pouvant participer à un rite de fondation du bâtiment principal dans laquelle 40 gobelets ont été jetés (Fig. 5) : ces pratiques ne sont pas inconnues en Gaule romaine à ces périodes, mais les exemples demeurent rares. On compte aussi un trésor monétaire de 60 sesterces associé à l’économie domestique, abandonné semble-t-il au milieu du IIIe siècle à la suite d’un incendie. Cet habitat a également accueilli un atelier de forge durant le Haut-Empire, attesté par la présence de nombreuses scories et chutes de tiges de fer, de même qu’un support de frappe de type enclume-tas.

Fig. 5 : les gobelets en dépôt (SDA 04)

La zone nord moins dense en vestiges et pauvre en mobilier accueille des structures fossoyées durant le Haut-Empire puis des murs en pierres sèches cloisonnant l’espace. Il s’agit ici d’une aire dédiée aux jardins, au maraîchage ou au pacage au sein même de l’habitat.

L’abandon

L’abandon du site ne semble pas subit mais plutôt progressif. La zone ouest du bâti a vraisemblablement été détruite par un incendie puis a servi de dépotoir jusqu’aux alentours de 400-450 de notre ère, alors que certaines pièces du bâtiment principal sont abandonnées dès le IVe siècle (entre 306 et 350 de notre ère). L’ensemble oriental semble, quant à lui, être abandonné entre 250 et 300 de notre ère. De plus, une tombe est installée sur les ruines de l’une des pièces du bâtiment principal dès l’abandon de la zone. Cette sépulture est datée entre 250 à 385 de notre ère. Le phénomène d’introduction des morts dans le périmètre urbain constater ici reste un phénomène courant postérieur à la fin de IIIe siècle.

Après l’abandon de l’habitat la zone devient agricole avec l’implantation de silos et de fosses durant l’Antiquité tardive, qui viennent en partie détruire les vestiges antérieurs des murs, du bassin et des sols. Un fossé de l’époque moderne recoupe également le site du nord au sud. Sa fonction est peut-être à mettre en rapport avec le Mardaric et l’approvisionnement en eau du secteur. Plusieurs tranchées de récupération des blocs des murs des bâtiments antiques ont également été observées. La chronologie de ces tranchées et de fait le rôle de carrière que joue le bâti antique date certainement de la fondation des deux agglomérations médiévales (le castrum surplombant la Bléone et le bourg canonial le Mardaric) nécessitant une quantité de matériau de construction considérable.

La stratigrahie

La stratigraphie du site est intimement liée à l’évolution du cours d’eau du Mardaric et aux grandes périodes climatiques. La plaine alluviale qui connaît une longue période de stabilité avec un retrait des cours d’eau accueille l’agglomération antique. Puis, le regain d’activité hydrologique à tendance torrentielle provoque l’abandon de la zone et fossilise les vestiges antiques. Les témoins d’une occupation médiévale sont quasiment inexistants et sont peut-être à corréler avec la dégradation climatique qui débute à la fin de la période romaine et voit son apogée autour de l’an mil, avec une période d’accalmie entre le VIe siècle et la fin du VIIIe. Durant le bas Moyen Âge, il semble que le site ne serve que de carrière. La plaine alluviale reprend de l’activité durant l’époque moderne, mais dans un régime agricole uniquement. La canalisation du Mardaric au milieu du XIXe siècle permet le développement d’un quartier qui prend son plein essor à partir du milieu du XXe siècle, avec l’installation d’administrations et d’un quartier résidentiel. L’emprise du futur gymnase était occupée par l’école des Beaux-Arts.

Conclusions

Ce quartier de Dinia connaît vraisemblablement une fondation au Haut-Empire, aux alentours de 50 à 150 de notre ère et une expansion durant la deuxième moitié du IInd siècle. Le Bas-Empire voit la pérennité de l’occupation au travers divers réaménagements du bâti. La densité de l’habitat et ses réorganisations successives, de même que l’abandon progressif jusqu’à l’Antiquité tardive sont des éléments comparables aux modèles observés en agglomération durant l’Antiquité. Ce secteur, grâce aux nouvelles données, fait désormais partie intégrante de la ville et n’est plus considéré comme un quartier péri-urbain. Cette partie de la ville qui s’apparente à un quartier résidentiel est localisé à environ 250 m du quartier monumental (Notre-Dame du Bourg). Grâce à la multiplication des opérations d’archéologie préventive et aux données anciennes que l’organisation générale de la ville commence à se dessiner.

Une publication sur ce site et la ville antique est en cours de rédaction.

Fête de la Science 2020

IMPORTANT : En raison du passage du département en vigilance météorologique orange, la fête de la Science est annulée.

Samedi 3 et dimanche 4 octobre, le SDA 04 animera un stand au Village des Sciences de Manosque afin de présenter la fouille préventive d’un cimetière médiéval réalisée récemment.

En effet, en décembre dernier, de nombreuses tombes ont été mises au jour à Manosque, lors de la construction d’une maison. Face à l’ampleur de cette découverte fortuite, une fouille archéologique préventive a été prescrite par le Service régional de l’archéologie (DRAC PACA) et effectuée par le SDA 04. Cette fouille a permis de mettre au jour un vaste cimetière datant de la seconde moitié du Moyen Âge. Les archéologues ont alors pu étudier les pratiques funéraires en vigueur ainsi que la population qui y a été inhumée. À l’issue de la fouille, les vestiges archéologiques ont été prélevés, libérant ainsi le terrain pour la poursuite de la construction. Venez nous rencontrer (ainsi que de nombreux autres partenaires) sur l’esplanade du cinéma CGR pour découvrir les méthodes de l’archéologie, ainsi que les résultats de cette étude inédite portant sur une partie de la population manosquine il y a 800 ans.

Inhumations en cercueils de bois cloués – SDA 04

Le vieux Montlaux : nouvelles technologies et patrimoine en péril

Voilà quelques années que la mairie de Montlaux s’attache à redécouvrir et valoriser son vieux village. Situé bien à l’écart de l’église et de la mairie actuelle, ses vestiges sont abandonnés aux broussailles depuis plus d’un siècle.  Parmi les imposants tas de pierres qui parsèment l’éperon, les débroussaillages menés par les Montlarains ont révélés les façades de maisons alignées de part et d’autre des anciennes rues du village.

Le vieux Montlaux vu depuis l’ouest (SDA 04)

Au sommet du relief, le promeneur reconnaitra facilement les sections d’un rempart (XIIe-XIIIe s.) brodé d’un fossé rupestre et jadis animé de tours semi-circulaires ; les ruines de l’église Saint-Jacques qui conservent un clocher carré ; et au point culminant un impressionnant monticule de pierres qui marque l’emplacement de la tour du seigneur de Montlaux.

Le rempart médiéval qui barre l’éperon (SDA 04)

Devant le danger imminent d’effondrement des derniers vestiges du village, une première campagne de restauration a stabilisé l’ancienne église paroissiale. Le service d’archéologie du département y intervient dans le cadre du diagnostic prescrit par la DRAC. Mais c’est le projet de stabilisation d’un second bâtiment, le plus en danger, qui a été pour nous l’occasion d’expérimenter une nouvelle méthode de relevé d’architecture. Bien loin de la traditionnelle planche à dessin et du crayon, c’est grâce à un drone que nous avons pu observer et modéliser ce bâtiment en péril sans échafaudage, ni échelle.

Vestiges des habitations du village et de l’église Saint-Jacques en arrière-plan (SDA 04)

Le procédé employé est celui de la photogrammétrie qui reconstruit la géométrie à partir de photographies prises de différents angles de vue. Le logiciel détermine des points communs à différents clichés, positionne les prises de vues dans l’espace, puis reproduit avec une précision millimétrique un modèle en trois dimensions. Le modèle obtenu est habillé d’une texture extraite des différentes photographie. La vidéo ci-dessous illustre les différentes phases de travail jusqu’au résultat final. Chaque vignette bleue est une photo prise par drone.

L’objet obtenu est une copie fidèle de l’original consultable à volonté quelque soit l’endroit où l’on se trouve. Si l’édifice devait disparaitre, il resterait donc virtuellement accessible aux architectes, aux archéologues et au public. Désormais armé de cet outil, il ne reste plus qu’à découvrir l’histoire de cet ensemble architectural et à en conforter les vestiges. Dans la vidéo ci-dessous, vous reconnaitrez surement la tour carrée (fin du XIIe ou début du XIIIe s. ?) noyée dans les constructions ajoutées progressivement entre le XIVe et le XIXe s.

Le service départemental d’archéologie est aussi confiné… mais le travail continue !

Quelle que soit l’importance qu’on lui accorde, l’archéologie ne constitue pas un service vital dans la situation sanitaire de ce printemps 2020. Les archéologues du service départemental d’archéologie sont donc confinés et tous les chantiers en cours ou projetés ont été mis en suspens. Pour autant, ils sont loin d’être inactifs et cette situation est l’occasion d’accomplir des tâches dont le public n’évalue pas toujours clairement l’importance.

Lors de la fouille d’un site archéologique, les structures bâties et les objets sont indéniablement importants, mais ils tirent l’essentiel de leur intérêt du contexte dans lequel ils sont trouvés. Ce contexte, et donc la compréhension globale du site, est donné par l’étude de la stratigraphie. En effet, la succession des couches sédimentaires et des structures permet de comprendre la compréhension du site et d’interpréter son fonctionnement.

Exemple de succession stratigraphique simple (crédit Elise Henrion, SDA 04)

Pour accéder à une couche du site archéologique, il faut retirer la couche qui se trouvait au-dessus : c’est un peu comme si, pour lire une page d’un livre, il fallait déchirer la page précédente, et en commençant par la fin du livre (les couches les plus récentes sont sur le dessus). L’archéologie est donc une science qui détruit au moins en partie son objet d’étude.

Fin de la fouille du futur gymnase Borrély, à Digne (janvier 2019) : la plupart des structures et les niveaux stratigraphiques ont été retirés (crédit Jenny Sélèque, SDA 04)

Sépulture médiévale fouillée

La même sépulture après prélèvement de l’individu inhumé (crédit Elise Henrion, SDA 04)

Sur le terrain, les archéologues doivent donc enregistrer de très nombreuses observations, par des relevés, des photographies et des descriptions.

Relevé stratigraphique détaillé (crédit Erwan Dantec, SDA 04)

Les objets découverts sont enregistrés de la même manière et associés à la couche dans laquelle ils ont été découverts. C’est la raison pour laquelle l’usage de détecteurs de métaux est très destructeur pour les sites archéologiques, même quand leur utilisateur est doté des meilleures intentions : les objets sont sortis de leur contexte, lui-même détruit par le creusement que fait l’utilisateur pour prélever l’objet.

À la fin de la fouille, il reste donc une partie des structures que l’on aura pu préserver, des relevés très nombreux et les objets et prélèvements effectués par les archéologues.

Fiches anthropologiques de terrain, pour l’etude de sépultures (copyright Elise Henrion, SDA 04)

C’est donc à ce moment que débute une phase du travail invisible pour le grand public, mais absolument cruciale : la rédaction du rapport d’opération archéologique, souvent désigné comme « rapport de fouille ». Ce document vise à compiler toutes les observations de terrain pour les rendre accessibles à la communauté des archéologues et éventuellement à toute personne qui en ferait la demande. L’organisation des rapports est codifiée par un arrêté de 2004 qui garantit une certaine uniformité des contenus des rapports, partout en France. En règle générale, la rédaction d’un rapport, incluant la mise au net des relevés et toutes les études (étude du mobilier archéologique, par exemple) représente un temps de travail équivalent au temps consacré par l’équipe d’archéologues sur le terrain. Ainsi, pour une fouille qui aurait mobilisé 8 personnes pendant trois mois, le rapport pourrait représenter un an de travail pour deux personnes.

Même lorsqu’un diagnostic archéologique (qui a pour objectif de voir si un site archéologique risque d’être détruit par un aménagement futur) ne donne aucun résultat tangible, la rédaction d’un rapport est obligatoire : l’absence de vestiges archéologiques dans une parcelle est en elle-même une information sur l’occupation ancienne des territoires, et elle nous permet de mieux évaluer le potentiel archéologique des parcelles avoisinantes. Cette donnée doit donc être communiquée pour pouvoir être intégrée à la réflexion sur le territoire.

L’organisation d’un service et les urgences des chantiers font que les archéologues ne peuvent pas toujours rédiger les rapports au fur et à mesure des chantiers. Les archéologues du SDA sont donc très occupés en ce moment à réaliser les rapports et les études qui pouvaient être en attente depuis parfois longtemps.

Les rapports sont considérés comme des documents administratifs ; bien qu’ils soient théoriquement accessibles, il est en réalité peu commode de les trouver, et l’exhaustivité des informations que l’on y trouve les rend parfois bien indigestes. La dernière étape de l’étude d’un site est donc la réalisation d’une publication qui donne une vision synthétique d’un site, d’une région ou d’un ensemble d’objets archéologiques par exemple. Elle paraît dans une monographie, consacrée à un site, des actes de colloque, qui sont un riche état de la recherche sur un thème donné, ou dans des revues de référence, dont certaines sont en ligne (par exemple ici). Cette publication permet le partage d’une information scientifique beaucoup plus facilement diffusée. Elle peut être doublée par une publication plus synthétique encore, destinée à être diffusée auprès d’un public moins éclairé, mais intéressé. Depuis 1991, on peut accéder à un résumé de la plupart des opérations archéologiques conduites dans une région, chaque année, par exemple ici.

Vous l’aurez compris, les archéologues ne s’ennuient pas lorsqu’ils sont confinés, et une partie de leur travail est assez facilement conduit en télétravail. Ces étapes sont partie intégrante de leurs missions de service de développement des connaissances et d’accompagnement de l’aménagement. Cela n’empêche pas qu’ils seront, comme nous tous, heureux de retourner sur le terrain quand ce sera possible !

Pour accompagner quelque peu cette période, nous essaierons de vous proposer régulièrement des articles qui présenteront nos résultats scientifiques, le fonctionnement du service ou encore des points de méthodologie.

Exposition permanente à Saint-Étienne-les-Orgues

A la suite de la fouille de la nécropole de Labadie, à Saint-Étienne-les-Orgues, par le SDA 04, la commune a décidé de mettre en place une exposition permanente présentant les résultats de cette fouille.

Le vernissage de l’exposition aura lieu le samedi 16 novembre à 11h. Inscription auprès de la mairie (04.92.73.02.00).

Diagnostic archéologique à la chapelle Saint-Thyrse de Robion

Suite à une demande anticipée de diagnostic adressée par la mairie de Castellane, un diagnostic archéologique a été réalisé à la chapelle Saint-Thyrse de Robion par le SDA 04 en avril 2019, préalablement à des travaux de restauration.

Continuer la lecture

Sisteron : les monuments funéraires antiques de l’avenue de la Libération

Les monuments funéraires de l’avenue de la Libération ont été fouillés dans le cadre d’une opération d’archéologie préventive en octobre 2014, suite au diagnostic réalisé en 2013 sous la responsabilité de C. Voyez (Inrap). Le site est localisé en bordure de la via Domitia, non loin de la ville antique de Segustero. Les vestiges de ces monuments funéraires sont constitués des fondations des édifices et de structures internes pour l’un d’entre eux, le second n’ayant été dégagé qu’en partie. Il s’agit de quatre fosses de dépôts de résidus de crémation comportant des rejets d’esquilles d’os humains issues de bûchers funéraires, ainsi que du mobilier funéraire, lampes à huile et monnaies, en dépôts primaire et secondaire. Ces imposantes maçonneries de 0,90 m de large pouvaient supporter une élévation assez haute. Il pourrait s’agir de mausolées-tours ou de mausolées simples à une pièce aménagée sur un podium. Cette découverte fait écho à la fouille en 1946 par Henri Rolland d’un riche monument du même type, au nord, plus près de l’entrée de la ville.

Sisteron, avenue de la Libération : le site en cours de fouille (© SDA 04)

Continuer la lecture