A propos de l’archéologie

L’archéologie est une science. Elle étudie les restes matériels (objets, structures, bâtiments, restes organiques et biologiques, traces dans le paysage) des humains du passé. Son objectif est, au travers de ces traces concrètes, de comprendre le passé pour mieux éclairer le présent. Elle étudie un passé qui est commun à tous.

L’archéologue ne s’intéresse pas aux trésors (encore faudrait-il savoir ce qu’est un trésor !), mais à des objets dans leur contexte (emplacement précis, position, couche de sédiment). C’est la raison pour laquelle les archéologues ne peuvent pas cautionner l’usage des détecteurs de métaux : même avec les meilleures intentions du monde (et est-ce bien toujours le cas ?) l’utilisation d’un détecteur de métaux ne permet pas de documenter ce contexte. L’objet ainsi découvert perd la quasi-totalité de sa valeur archéologique.

L’archéologie a cependant une caractéristique qui la distingue de l’histoire des textes et de la plupart des disciplines scientifiques : on ne peut pas reproduire une expérience pour en valider le résultat. Lorsqu’un archéologue fouille une couche de sédiment, déplace un objet, retire une pierre, ce geste est définitif et ne peut pas être inversé. La fouille ne peut donc pas être refaite si elle a été mal conduite. Les deux principales qualités intellectuelles d’un archéologue sont donc la rigueur (pour que les observations ne soient pas perdues) et l’honnêteté (car on n’a pas le droit d’inventer ce que l’on n’a pas vu, ou raté).

Pour ces raisons, la pratique de l’archéologie est très encadrée : depuis 1941, nul ne peut entreprendre de fouilles, même dans son propre terrain, sans l’accord de l’État. Depuis 1989, l’utilisation d’un détecteur de métaux est strictement réglementée.Toute personne, bénévole ou professionnelle, est en droit de demander une autorisation de fouille. Dans les Alpes de Haute-Provence, des associations de bénévoles, au premier rang desquelles l’ARDA-HP, conduisent depuis longtemps des chantiers de fouille programmée qui allient une grande qualité scientifique et de remarquables vertus pédagogiques.

L’archéologie a l’avantage d’être une science ouverte à tous. En effet, lire un article d’archéologie, assister à une conférence, participer à une fouille ne demandent pas un bagage scientifique important : le vocabulaire est accessible à tous, à quelques exception près ; la démarche est intelligible pour tous.

Mais l’archéologie a aussi l’inconvénient d’être une science ouverte à tous. Les archéologues ne forment pas un corps constitué (comme les médecins, les avocats…) et n’importe qui peut se prétendre « archéologue ». L’archéologie est une source de fantasme : Indiana Jones n’y est pas pour rien, mais avant lui, les pilleurs de trésors et les déterreurs de momies faisaient déjà rêver une partie de la population. De ce fait, dans nos territoires, on rencontre des archéologues très sérieux, professionnels ou amateurs, mais aussi des charlatans dont la démarche va à l’encontre de toute démarche scientifique sérieuse. Si, bien entendu il est plus intéressant pour le public de trouver une pyramide ou un tombeau, un trésor, un dolmen que quelques tessons, un fossé comblé ou une pierre à sel du XIXe siècle, certaines « découvertes » relèvent de la science-fiction et pas de la science, tout court, ni du patrimoine.

La démarche d’un archéologue s’inscrit en quatre temps : d’abord, il observe et enregistre systématiquement toutes ces observations, par tous les moyens disponibles (description écrite, photographies, levés topographiques…). Une information qui n’est pas enregistrée est perdue. Ensuite, il décrit dans un rapport l’ensemble de ses observations. Là encore, ce qui n’apparaît pas dans le rapport ne sera pas transmis. Le rapport est, à ce moment seulement, l’occasion d’interpréter les données observées. Par recoupement des données entre elles et par comparaison avec d’autres sites, on peut proposer des hypothèses pour expliquer ce que l’on a observé. Il s’agit bien d’hypothèses : l’abus de l’indicatif, l’absence d’une certaine prudence dans les propos est déjà l’indice que l’auteur doit être considéré comme peu fiable. Enfin, une fois le rapport terminé, il faut rendre compte de son travail ; cela passe par des publications scientifiques, des articles de presse, des conférences, des visites ou des expositions, par exemple.

Dans nos territoires de montagne, à la géologie complexe, chaque bloc de pierre isolé ne doit pas être considéré comme un menhir : il peut s’agir d’un bloc erratique, d’un éboulis, du résultat de l’épierrement d’un champ, d’une borne récente. De même, quand une pierre présente des traces d’usure, il faut s’inspirer du principe du rasoir d’Ockham et envisager que les moutons aient usé la pierre en léchant le sel déposé par les bergers. Et quelques blocs qui forment une ligne sinueuse ne sont pas un géoglyphe (les Alpes sont loin de Nazca), pas plus qu’une montagne pointue n’est une pyramide

Lorsqu’une personne fait abstraction de la rigueur scientifique, ne respecte pas le cadre réglementaire (destiné à protéger le patrimoine archéologique), propose en guise d’hypothèse des élucubrations non fondées, il montre qu’il n’est en aucun cas un archéologue, mais tout au plus un dangereux bonimenteur.

L’Hôtel de Mazan, à Riez : une première étude archéologique

Façade de l’Hôtel de Mazan. SDA 04

L’Hôtel de Mazan, à Riez (Alpes de Haute-Provence), fait l’objet d’un projet de restauration et d’aménagement d’un musée d’archéologie et de la gypserie, pour lequel une mission d’assistance à maîtrise d’ouvrage, sous la direction de Michel Trubert, Architecte en chef des Monuments historiques, a été définie.

L’un des volets de cette mission consistait en une première étude archéologique de l’ensemble du bâtiment, visant d’une part à définir les enjeux et problématiques archéologiques autour de cet ensemble, et d’autre part à poser quelques jalons sur l’édifice et sa chronologie, relative et absolue. L’étude s’inscrit dans la lignée d’une recherche riche et déjà ancienne, mais qui s’était attachée surtout à l’analyse de l’escalier et de son décor de gypserie.

Premier niveau de l’escalier de l’Hôtel de Mazan (SDAP)

 

Une étude historique précédente avait permis d’éditer un prix-fait (sorte de contrat entre un commanditaire et un entrepreneur) de 1517 relatif à la construction de l’hôtel pour Jean Lascaris de Tende et un second, de 1522, portant vraisemblablement sur son décor de gypserie ; la confrontation des données de ces documents avec le bâti était à faire.
Les corps de bâtiment qui composent l’édifice sont disposés en U autour d’une cour fermée par un mur aveugle. Ils comportent quatre niveaux d’élévation principaux et un niveau de cave.

Vue en contre-plongée de l’escalier. SDA 04

Les niveaux sont accessibles via un escalier en vis à quatre noyaux autour d’un vide central, qui dessert une loggia à partir de laquelle les pièces sont distribuées.

Loggia de l’Hôtel de Mazan. SDA 04

Une ouverture transformée dans la cage d’escalier de l’édifice. SDA 04

L’étude, appuyée sur quelques sondages ponctuels, des observations sur les parements dégagés et des photographies anciennes, a montré une stratigraphie complexe du bâtiment ; quelques hypothèses, qui demanderont à être confrontées à des analyses plus nombreuses, ont pu être formulées. L’aile qui occupe le sud-ouest de l’ensemble préexiste à la construction de l’hôtel, ainsi peut-être que la cage d’escalier (mais pas l’escalier lui-même, du moins pas dans son état actuel). Ce bâtiment est acheté avant 1517 et profondément transformé : partiellement démoli, il est divisé en deux, ses ouvertures d’origine sont comblées et ses niveaux de sol sont déplacés. Deux ailes sont ajoutées, au nord et au sud de l’espace qui devient la cour de l’édifice. L’escalier est sans doute transformé à la même époque et la loggia est créée. Dans un troisième temps, sans doute au XVIIIe siècle, de nouvelles transformations surviennent, qui affectent moins la morphologie générale de l’édifice : transformation des baies, division des pièces nobles et renouvellement de leur décor.

Principaux états restitués pour l’évolution de l’édifice. SDA 04, d’après plan M. Trubert

À la suite de cette première étude, plusieurs pistes pour des recherches ultérieures se dégagent : d’abord, il semble souhaitable, dans le cadre des réfections de maçonneries projetées, de systématiser les observations sur le bâti afin de valider ou de corriger les hypothèses ci-dessus. Ensuite, la réalisation d’un relevé volumétrique intégral de l’Hôtel, par exemple par l’emploi d’un scanner laser 3D, fournirait une base d’analyse actualisée, mais aussi des relevés techniques utiles à la bonne intégration du projet dans l’édifice. La systématisation des analyses dendrochronologiques sur les planchers et plafonds fixerait à la fois la chronologie du décor et des transformations du bâtiment. Enfin, une étude historique complémentaire de celle qui a été réalisée pour le XVIe siècle permettrait de mieux situer les évolutions du bâtiment dans le contexte riézois et provençal.

Étoile-Saint-Cyrice (Hautes-Alpes) : étude archéologique de l’église Saint-Cyrice

Par Alexandre Vernin (chargé de mission patrimoines culturels & culture, Syndicat Mixte des Baronnies Provençales) et Vincent Buccio (responsable d’opération, SDA 04)

Le Service départemental d’archéologie des Alpes de Haute-Provence intervient ponctuellement en dehors de son ressort territorial. L’étude archéologique des élévations de la chapelle Saint-Cyrice, sur la commune d’Étoile-Saint-Cyrice, dans les Hautes-Alpes, fait suite à une demande du Parc naturel régional des Baronnies provençales.

Vue générale de l’église depuis le sud (Drone Metrix).

Continuer la lecture

Castellane : suivi de travaux à la chapelle Notre-Dame-du-Roc

La chapelle Notre-Dame-du-Roc est un monument emblématique de la commune de Castellane : construite sur le Roc qui domine le bourg, elle est par ailleurs le seul témoin visible de la fortification des sires de Castellane, prise par Charles d’Anjou en 1262 et détruite sur ordre de Louis XI en 1483. On le sait, la chapelle a connu de nombreuses transformations, à la suite par exemple des guerres de Religion au XVIe siècle : reconstructions partielles, adjonction d’une sacristie, etc.

Castellane et le Roc. Cliché Paul Garcin Hélice attitude

Castellane et le Roc (Paul Garcin, Hélice attitude)

Continuer la lecture