Étoile-Saint-Cyrice (Hautes-Alpes) : étude archéologique de l’église Saint-Cyrice

Alexandre Vernin, Chargé de mission Patrimoines culturels & Culture, Syndicat Mixte des Baronnies Provençales, et Vincent Buccio, SDA 04

Le Service départemental d’archéologie des Alpes de Haute-Provence intervient ponctuellement en dehors de son ressort territorial. L’étude archéologique des élévations de la chapelle Saint-Cyrice, sur la commune d’Étoile-Saint-Cyrice, dans les Hautes-Alpes, fait suite à une demande du Parc naturel régional des Baronnies provençales.

Vue générale de l’église depuis le sud (Drone Metrix).

La commune d’Étoile-Saint-Cyrice, dans les Hautes-Alpes, est issue du rapprochement des villages d’Étoile et de Saint-Cyrice. Ce dernier, déserté après sa destruction par la Gestapo et la Milice de Gap en janvier 1944, est en ruine. Seule l’église du village subsiste aujourd’hui en élévation. Elle fait aujourd’hui l’objet d’un projet de rénovation et de valorisation, dans le cadre duquel deux études archéologiques ont été conduites : d’une part, un diagnostic dirigé en 2016 par Robert Thernot (Inrap), qui a conduit à l’ouverture de sondages autour de l’église, et d’autre part une étude des élévations de l’édifice commandée par le Parc naturel régional des Baronnies provençales, financée par l’État et par la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et effectuée par le Service départemental d’archéologie des Alpes de Haute-Provence en mai 2017.

Orthophotographie de l’intérieur de l’église (SDA 04, d’après clichés Drone Metrix).

La présence d’enduits peints des XVIIIe et XIXe siècles dans l’édifice a limité les possibilités d’observations des parements internes. L’église avait déjà fait l’objet de plusieurs études de 1825 à 2011, essentiellement par des historiens et des architectes. La présente étude visait à étudier de manière systématique le bâti et ses transformations, pour en établir la chronologie relative. Les élévations devaient être relevées de manière systématique, ces relevés servant également à l’établissement des documents d’architecte pour le projet de rénovation. Sur la base de ces relevés, les principaux désordres observés dans l’édifice ont été signalés afin de fournir là encore des documents complémentaires à l’architecte et à l’ingénieur qui étudient l’état actuel des structures.

Relevé phasé, en pierre-à-pierre, des élévations de l’église (SDA 04)

Une autre partie de l’étude portait sur l’environnement immédiat du site : grâce à un traitement des photographies aériennes anciennes, dont la résolution est excellente, il a été possible de proposer un modèle numérique de terrain (MNT) des environs du village de Saint-Cyrice et de l’évolution topographique de ce terroir dans la deuxième moitié du XXe siècle.

L’église se présente aujourd’hui sous la forme d’une petite église à chevet semi-circulaire et à nef unique, à une seule travée. Le chœur est voûté en cul-de-four et la nef en berceau plein-cintre. La présence, à l’origine, d’une autre travée de la nef est certaine ; celle-ci s’est sans doute effondrée avant d’être démolie, puis remplacée au XIXe siècle par la mairie-école à son tour détruite après 1985 : l’église apparaît donc aujourd’hui isolée sur son promontoire.

À la suite de cette étude, on a pu déterminer que l’église évoluait au cours de quatre phases principales. Les parties les plus anciennes de l’église telle qu’elle apparaît aujourd’hui sont attribuées à l’époque romane, vraisemblablement au XIIe siècle.

Évolution et transformations de l’église. SDA 04

Orthophotographie de la façade sud de l’église. SDA 04

Les sources témoignent de la ruine de l’édifice à l’époque moderne ; l’étude de bâti a permis d’en mesurer l’ampleur et la répartition, mais aussi les restaurations apportées. Ainsi, sa nef est réduite à une unique travée par construction d’un mur-pignon sous un arc doubleau. Le reste de la nef est démantelé.

Un fort glissement de terrain survient en 1978. Il entraîne plusieurs milliers de mètres cubes de sédiments, représentant quatre hectares, à quelques mètres du chevet. À la suite de glissement, un front vertical très prononcé apparaît à quelques mètres de l’église et de l’ancien village. A partir de l’analyse des photographies aériennes anciennes, l’étude a permis de proposer une reconstitution de la topographie du terrain en 1971 et 1980, permettant donc de mesure l’ampleur et l’orientation de ce glissement.

Restitution proposée du relief en 1971 (à gauche) et en 1980 (à droite). SDA 04

Castellane : suivi de travaux à la chapelle Notre-Dame-du-Roc

La chapelle Notre-Dame-du-Roc est un monument emblématique de la commune de Castellane : construite sur le Roc qui domine le bourg, elle est par ailleurs le seul témoin visible de la fortification des sires de Castellane, prise par Charles d’Anjou en 1262 et détruite sur ordre de Louis XI en 1483. On le sait, la chapelle a connu de nombreuses transformations, à la suite par exemple des guerres de Religion au XVIe siècle : reconstructions partielles, adjonction d’une sacristie, etc.

Castellane et le Roc. Cliché Paul Garcin Hélice attitude

Castellane et le Roc (Paul Garcin, Hélice attitude)

Lire la suite