Une civitas dans la vallée de l’Ubaye

La vallée de l’Ubaye et son peuplement ont commencé à être étudiés au XIXe siècle par D.-J.-M. Henry, J.-J.-M. Féraud et Ch. Chappuis, des érudits locaux. Les recherches se sont intensifiées dans la deuxième moitié du XXe siècle avec les travaux des archéologues Paul Albert Février, Raymond Moulin et Guy Barruol. L’étude de l’inscription figurant sur l’arc de Suse érigé en 9-8 av. J.-C. qui mentionne les peuples des Alpes méridionales soumis par M. Iulius Cottiu, praefectus ceiuitatium en 14 avant J.-C, permet d’attribuer l’occupation de la vallée au peuple des Savincates durant la Protohistoire (Février et al. 1989). Au Ier siècle ap. J.-C. la provincia Alpium Maritimum s’organise avec Cemenelum (Cimiez) comme capitale. En dépendent les civitates de Vence, Briançonnet, Glandève, Castellane, Senez, Chorges, Embrun ainsi qu’une cité localisée dans la vallée de lʼUbaye, Rigomagus. À une date imprécise des IIe-IIIe siècles, le chef-lieu provincial se déplace de Cimiez à Embrun. La Notitia Galliarum à la fin du IVe siècle fait mention de l’ancienne civitas Rigomagensium parmi les civitates de la provincia Alpium Maritimum. Selon Guy Barruol, la localisation précise de Rigomagus correspondrait à un secteur proche de Barcelonnette.

 

Plusieurs découvertes localisées dans le village de Faucon-de-Barcelonnette permettent d’étayer cette hypothèse. En effet, des vestiges de thermes et d’un aqueduc auraient été observés au début du XIXe siècle. Les découvertes qui s’échelonnent ensuite durant le XXe siècle témoignent également d’une forte présence antique sur la commune. Des maçonneries en petit appareil localisées sous le presbytère et sous l’église Saint-Etienne (1152), de même que des tegulae en remploi dans les murs de l’église ont été observées. Non loin de là, au sud-ouest, des vestiges attribuables à un édifice public (un fragment de chapiteau et un mur décoré dʼune bande de blocs de tuf et d’enduits peints) sont mis au jour lors de la fouille réalisée par Jean-Philippe Bocquenet en 1989, puis celle menée par Xavier Chadefaux sur la place de la mairie en 1989-1990. Les vestiges semblent confirmer l’hypothèse de la présence d’une agglomération antique sous le village actuel de Faucon-de-Barcelonnette. Ces deux fouilles mettent en évidence l’installation d’une nécropole des Ve-VIe siècles sur les ruines des agglomérations des premiers siècles de notre ère. Ce phénomène est largement répandu durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge. La typologie des tombes est  variable : inhumations en bâtière, coffres de dalles, coffres mixtes, réductions.

 

La localisation de la civitas Rigomagensium en ces lieux nécessite d’être confirmée par une fouille plus étendue. Néanmoins, plusieurs diagnostics archéologiques réalisés dans les années 2000 et 2010 permettent d’avancer sur la réflexion. Trois campagnes de sondages ont permis d’observer l’absence de vestiges sur des parcelles localisées à l’est du village (X. Chadefaux et O. Sivan), ainsi qu’au nord (S. Bezault), ce qui signifie que les limites de l’agglomération antique se situent dans ce secteur. En revanche, un diagnostic réalisé en 2014 par le Service départemental d’archéologie des Alpes de Haute-Provence s’est lui révélé fructueux (S. Bezault). La parcelle concernée, localisée immédiatement à l’ouest de la place de la mairie sur des terrains dédiés au pâturage, étaient occupées durant l’Antiquité par des bâtiments organisés suivant un même axe, cohérent avec l’orientation des murs du Haut-Empire découverts sous la place de la mairie. Ces données induisent la présence d’un maillage urbain orthonormé fidèle au plan des villes antiques. Les maçonneries en petit appareil sont associées à des niveaux de sol de tuileau ou de mortier de chaux lissée et à du mobilier céramique et architectural (tegulae, enduits peints). Le site semble assez bien préservé. Certaines parois de murs sont en effet conservées sur plus de cinquante centimètres.

 

Des techniques nouvelles de prospections géophysiques ont été mises en œuvre dans le village et ont permis d’avancer sur l’étendue supposée de la ville antique. La cartographie résultant de ces prospections indique des résistances dans le sous-sol signifiant la présence de maçonneries et de structures fossoyées impliquant une moindre résistance.

DIGNE-LES-BAINS : Le diagnostic N° 2 de la cour du Collège Maria Borrély

Fig. 1 : la maçonnerie Haut-Empire du sondage 2

La période d’été fut l’occasion pour le SDA 04 de réaliser de nouveaux sondages archéologiques dans la cour du collège Maria Borrély. La prescription de diagnostic émanant du Service régional de l’archéologie concernait le projet d’extension-réhabilitation du collège. En 2015, la cour du collège avait déjà fait l’objet de sondages (Sélèque et al. 2015) mais les espaces aujourd’hui concernés par les travaux n’avaient pas pu être explorés. Une portion de la ville antique s’était révélée dans la partie sud de la cour, avec, lui succédant le cimetière du couvent des Cordeliers et une maçonnerie appartenant à l’ancien plan du couvent. Au nord, une structure de combustion isolée de l’Antiquité avait été mise au jour, ainsi que de nombreuses installations maçonnées contemporaines. R. Zérubia avait également mis en évidence dans cette partie (à l’emplacement d’une cuve), une maçonnerie antique.

Ces sondages archéologiques complémentaires avaient pour objectif de préciser l’occupation aux abords immédiats du bâtiment prochainement démoli et de la cuve, emplacement de la future chaufferie. Les quatre ouvertures réalisées en août 2023 ont confirmé l’occupation du Haut-Empire au travers de maçonneries (Fig. 1), de niveaux de sol bétonné (Fig. 2), d’un dépôt votif ou de rejets de crémation (dépôt de mobilier, Fig.3). Tardivement, il semblerait que des fosses (Fig. 4) et des tranchées de récupération se soient implantées sur les vestiges du Haut-Empire. La période contemporaine est ici encore documentée puisque une canalisation et trois murs relèvent de cette période.

Fig. 2 : Vase brisé sur le sol en béton de chaux, sd 3

Cette opération archéologique, grâce à ses quatre ouvertures supplémentaires, a permis de découvrir une nouvelle portion d’habitat de Dinia, et ainsi de peaufiner la topographie de la ville et peut-être ses contours. Il reste néanmoins à attester par une fouille exhaustive la nature de certains vestiges qui permettrait de caractériser l’occupation de cette zone de limite.

Fig. 3 : dépôt de mobilier, sd 4

Hormis les vestiges de la ville antique (Ier-IVe siècles), cette opération a mis en évidence la pratique de la récupération de matériaux probablement pour la construction des deux pôles médiévaux (le castrum et le bourg), et l’installation potentielle d’une aire de stockage/ensilage pour la période large (à préciser à l’avenir) de l’Antiquité tardive au haut Moyen Âge.

Fig. 4 : fosse/silo recoupant le sol en béton de chaux, sd 3

Le diagnostic a aussi permis de confirmer les dynamiques sédimentaires du secteur. On constate une activité alluviale ancienne en profondeur, conséquence des divagations du Mardaric mais également plus récente jusqu’à la surface. En témoignent de puissants niveaux de limons argileux qui s’étendent sur toute la zone.

A propos de l’usage de détecteurs de métaux

Dans son numéro de février 2023, un mensuel édité dans le département proposait un reportage intitulé « Prospection, friture sur la ligne ». Cet article fait la part belle aux utilisateurs de détecteurs de métaux et présente cette pratique comme assez anodine, voire vertueuse ; il emploie par ailleurs un vocabulaire qui pourrait donner à penser que la démarche des archéologues est liberticide et arbitraire, tout en s’appuyant sur des personnes sulfureuses.

L’article comporte de nombreuses approximations et contresens, à la fois sur le plan réglementaire et sur le fond scientifique et patrimonial. Il reprend très majoritairement les arguments des collectifs d’utilisateurs de détecteurs de métaux, sans contrepoint ni regard critique.

Pour commencer, rappelons quelques points de principe sur le patrimoine archéologique.

Comme nous l’avons défini dans un précédent article, l’archéologie est l’étude des restes matériels des femmes et des hommes qui ont vécu au cours des siècles et des millénaires passés. En cela, l’archéologie est donc une discipline historique, complémentaire de l’histoire des textes car elle utilise une source différente.

Depuis longtemps, la démarche archéologique repose sur la méthode stratigraphique : c’est l’étude successive des dépôts de sédiments (ou des creusements, des constructions etc.) qui permet de comprendre la chronologie d’un site. La première information relative à un objet archéologique est donc celle de son contexte : sa position précise dans le plan et l’espace, la couche sédimentaire dont il provient, les autres objets auxquels il est associé, etc. En retour, l’objet participe à éclairer ce contexte : une même céramique aura par exemple un rôle différent selon qu’elle est déposée dans une tombe ou rejetée parmi des déchets domestiques. Pour n’importe quel archéologue, un objet sorti de son contexte a donc perdu l’essentiel de son intérêt pour la connaissance de ce patrimoine.

Par ailleurs, un site archéologique est un lieu, connu ou à découvrir, où se trouvent ces traces matérielles. Les inventaires de sites ne font que cataloguer ceux qui ont déjà été répertoriés mais n’ont pas la prétention de lister tous le patrimoine existant !

Les sites archéologiques sont naturellement soumis aux phénomènes d’érosion : certains disparaissent et d’autres se trouvent recouverts à de grandes profondeurs ; ils ne sont donc plus accessibles.

Enfin, la fouille archéologique d’un site est irréversible : pour fouiller une couche de sédiments, il faut retirer les couches supérieures, et l’on ne peut donc refaire une fouille qui aurait été mal conduite.

Ainsi, le patrimoine archéologique doit être considéré comme fragile et non renouvelable : les sites archéologiques néolithiques par exemple ne poussent pas et l’on se contente dans le meilleur des cas de découvrir des sites déjà constitués. Les vestiges archéologiques peuvent être envisagés comme un commun de l’humanité, dont la disparition ou l’appropriation par certains constituent une perte pour tous. C’est pour ces mêmes raisons que les archéologues cherchent à limiter la fouille des sites : non pas pour limiter la connaissance des sites et moins encore pour se les approprier, mais pour les préserver.

La critique par des archéologues des effets de l’utilisation des détecteurs de métaux sur le patrimoine a fait l’objet d’une abondante production écrite et d’une exposition en cours, auxquels nous renvoyons le lecteur. Ces publications traitent par ailleurs de la licéité de l’usage des détecteurs de métaux, sur lesquelles nous ne nous appesantirons pas.

La question de la propriété du mobilier archéologique

En 2016, la loi LCAP a profondément modifié la propriété des « biens archéologiques mobiliers », ce qu’indique l’article de février 2023. Il fait cependant plusieurs raccourcis. Avant cette loi, plusieurs régimes de propriété cohabitaient, et restent valables dans certains cas. En particulier, un objet trouvé lors d’une recherche active (fouille ou usage d’un détecteur de métaux) n’appartenait pas à l’inventeur, mais pour moitié à l’État et pour moitié au propriétaire du terrain (dans la plupart des cas). Le même objet découvert aujourd’hui appartient entièrement à l’État. Ce changement de régime permet d’éviter la dispersion des ensembles archéologiques et garantit les meilleures conditions de préservation envisageables.

Dans tous les cas, et depuis 1989, l’utilisation d’un détecteur de métaux pour rechercher des objets qui concerne l’histoire, l’histoire de l’art et l’archéologie (sans restriction chronologique) est soumis à l’autorisation de l’État et des propriétaires des terrains. Au contraire de ce qu’indique l’article, le fait d’obtenir une seule de ces autorisations est insuffisant. Par ailleurs, l’éventuelle autorisation du propriétaire du terrain n’exonère pas du fait que le découvreur des objets ne peut revendiquer aucun droit sur ces derniers.

Suivant le discours dominant des associations d’utilisateurs de détecteurs de métaux, l’article donne ensuite en exemple le Treasure Act anglais, mis en place en 2016 et récemment amandé. Le nombre de publications en ligne relatives à cette loi montre qu’elle est encensée par les pratiquants de la détection, mais les avis d’archéologues sont notablement plus rares : c’est sans doute parce que ce texte a montré ses limites par le nombre de découvertes signalées et par la totale décontextualisation des objets.

Un argument fréquemment utilisé par les utilisateurs de détecteurs de métaux et repris sans critique dans l’article de février 2023 est celui de la dépollution que permettrait leur pratique. Les métaux ne représentent pourtant pas la plus préoccupante des pollutions (et c’est heureux, car le fer constitue environ 35 % de la masse de la planète), et il n’est pas rare de constater la présence de plastique, de verre (ou de métaux contemporains) après le passage d’utilisateurs de détecteurs de métaux.

Enfin, l’auteur de l’article prétend que la professionnalisation de l’archéologie, depuis une trentaine d’année, a mis un terme à la pratique bénévole de la recherche archéologique, envoyant les passionnés vers une pratique parallèle et, dans la plupart des cas, illégale. Cet argument récurrent est simplement faux. Dans le seul département des Alpes de Haute-Provence, plusieurs associations conduisent une recherche archéologique de grande qualité grâce au travail de bénévoles, et de nombreux chantiers sont ouverts aux bénévoles et même entièrement conduits par eux. La professionnalisation de l’archéologie a en réalité permis une bien plus grande prise en compte du patrimoine archéologique avant les aménagements du territoire, tout en maintenant une réelle activité bénévole en parallèle.

Pour conclure, on ne peut que rappeler que dans de très nombreux cas, l’usage non encadré de détecteurs de métaux est extrêmement néfaste pour le patrimoine archéologique commun. Même lorsque l’intention des utilisateurs n’est pas malveillante, elle est aussi néfaste que la cueillette de plantes menacées ou la chasse d’animaux protégés l’est pour l’environnement. Les personnes réellement intéressées par l’archéologie peuvent se tourner vers des associations pour participer au développement à la connaissance partagée de ce patrimoine.

La fouille de Digne-les-Bains, gymnase Borrély, à l’honneur

Durant l’hiver 2018-2019, les archéologues du SDA 04 ont conduit une fouille importante à l’emplacement aujourd’hui occupé par le gymnase Maria Borrély, à Digne-les-Bains.

Cette fouille a révélé la présence d’un quartier de Dinia et renouvelle en profondeur l’histoire de la cité-préfecture.

Les résultats de cette fouille sont présentés et seront accessibles aux Archives départementales à Digne-les-Bains, au travers d’une exposition qui retrace les principales découvertes réalisées

Cette exposition sera accessible jusqu’à l’été 2023.

L’exposition est accompagnée d’un nouveau numéro des Cahiers archéologiques de Haute-Provence (disponible ici).

Enfin, un article de la revue Archeologia permet d’accéder aux résultats de cette fouille

https://www.archeologia-magazine.com/numero-612/delphes-130-ans-decouvertes.53175.php

Le couvent des Minimes de Mane

Le couvent des Minimes de Mane ; à droite du cliché, le clocher de l’église (SDA 04)

Le Service départemental d’archéologie a récemment conduit une étude archéologique du couvent des Minimes de Mane. Cette étude s’inscrit dans le cadre des travaux de rénovation de cet établissement privé. Elle n’a pas vocation à traiter l’ensemble de l’établissement mais à proposer, au travers de sondages répartis dans ses maçonneries, une lecture globale des transformations perceptibles. Une importante étude d’archives, en cours, accompagne ce travail de terrain.

Le couvent appartient à l’ordre des Minimes, fondé au XVe siècle en Calabre par François de Paule. En 1601, Melchior de Forbin fonde un établissement ” à la ville de Pertuis ou à Mane”. C’est finalement cette dernière qui est retenue, et la congrégation est établie quelques années plus tard.

Le début du XVIIIe siècle est particulièrement favorable aux Forbins. Ils développent alors leur implantation de Mane en édifiant d’une part leur château de Sauvan et en développant d’autre part le couvent, richement doté et transformé.

L’étude archéologique a permis de mettre en évidence ces deux phases principales des XVIIe et du XVIIIe siècles, d’observer la construction d’origine et de rendre compte de certaines transformations, reprises de fenêtres et créations de nouvelles portes par exemple.

Structure en bois d’un des sols anciens du couvents (SDA 04)

En deux points du couvent, des pièces de bois anciennes étaient conservées, dans un escalier et le sol d’un étage. Ces pièces de bois sont prélevées et devraient faire l’objet d’une datation par dendrochronologie. Ainsi, si les conditions le permettent, il sera possible de dater très précisément certaines phases de travaux.

La surface ancienne des murs est conservée par endroit. Deux types de traitements dominent : par endroit, particulièrement au rez-de-chaussée, le mortier est lissé avec un soin extrême, formant une sorte de peau mais sans apport de couleur. Par ailleurs le revêtement le plus courant est un badigeon jaune d’un type fréquent au XVIIIe siècle. Surtout, l’étude archéologique a permis de constater la présence de décors peints concentrés dans l’aile sud du cloître. Deux panneaux particulièrement soignés sont apparus : le premier, sur le badigeon jaune, représente un pilier carré sur une base imposante. Tracé en perspective, à la mine, il comporte encore des lignes de fuite et des traits de bâti qui donnent à penser qu’il s’agit de l’ébauche d’un décor inachevé. Le revêtement qui le porte évoque plus les travaux du XVIIIe siècle.

Décor de pilier en trompe-l’oeil

À quelques mètres, un second panneau est beaucoup plus élaboré. On y voit la représentation d’un ange derrière un drapé et d’autres figurations se laissent deviner, dont des nuages et l’auréole d’un autre personnage. Ce décor polychrome semble associé au revêtement le plus ancien du mur et pourrait donc correspondre à la première phase de travaux. Il a été très dégradé par les travaux des XVIIIe et XIXe siècles ; sa surface a été abondamment piquetée pour permettre la bonne tenue des couches de peinture monochromes ultérieures, mais la qualité du décor demeure accessible.

Le décor figuré : ange et rideau (SDA 04)

Le maître d’œuvre et le maître d’ouvrage des travaux travaillent à la conservation de ces décors afin de permettre leur préservation et idéalement leur visibilité in situ. Ce travail permettra de découvrir l’extension du décor conservé.

Décor de rinceaux en encadrement de porte (SDA 04)

Ces décors majeurs ne sont toutefois pas totalement isolés : dans le même espace, un encadrement de porte comporte une frise de rinceaux peints en brun, mais cet élément est très dégradé et sa conservation n’a pas été envisagée. Enfin, les murs du couvent portent la trace d’autres décors : quelques graffitis sont incisés dans les plâtres les plus anciens et des chevilles en bois, implantées antérieurement au lissage des plâtres les plus anciens, indiquent que des éléments (tentures ou tableaux, peut-être) étaient accrochés au mur.

Il faut signaler pour conclure que la bonne coordination de l’ensemble des acteurs (maître d’œuvre, maître d’ouvrage, entreprises, architecte des bâtiments de France, Service régional de l’archéologie, service archéologique départemental) a permis de conduire dans les meilleures conditions une étude qui documente notre connaissance à tous sur cet édifice et sur cet ordre sans trop affecter le déroulement des travaux.

L’Hôtel de Mazan, à Riez : une première étude archéologique

Façade de l’Hôtel de Mazan. SDA 04

L’Hôtel de Mazan, à Riez (Alpes de Haute-Provence), fait l’objet d’un projet de restauration et d’aménagement d’un musée d’archéologie et de la gypserie, pour lequel une mission d’assistance à maîtrise d’ouvrage, sous la direction de Michel Trubert, Architecte en chef des Monuments historiques, a été définie.

L’un des volets de cette mission consistait en une première étude archéologique de l’ensemble du bâtiment, visant d’une part à définir les enjeux et problématiques archéologiques autour de cet ensemble, et d’autre part à poser quelques jalons sur l’édifice et sa chronologie, relative et absolue. L’étude s’inscrit dans la lignée d’une recherche riche et déjà ancienne, mais qui s’était attachée surtout à l’analyse de l’escalier et de son décor de gypserie.

Premier niveau de l’escalier de l’Hôtel de Mazan (SDAP)

 

Une étude historique précédente avait permis d’éditer un prix-fait (sorte de contrat entre un commanditaire et un entrepreneur) de 1517 relatif à la construction de l’hôtel pour Jean Lascaris de Tende et un second, de 1522, portant vraisemblablement sur son décor de gypserie ; la confrontation des données de ces documents avec le bâti était à faire.
Les corps de bâtiment qui composent l’édifice sont disposés en U autour d’une cour fermée par un mur aveugle. Ils comportent quatre niveaux d’élévation principaux et un niveau de cave.

Vue en contre-plongée de l’escalier. SDA 04

Les niveaux sont accessibles via un escalier en vis à quatre noyaux autour d’un vide central, qui dessert une loggia à partir de laquelle les pièces sont distribuées.

Loggia de l’Hôtel de Mazan. SDA 04

Une ouverture transformée dans la cage d’escalier de l’édifice. SDA 04

L’étude, appuyée sur quelques sondages ponctuels, des observations sur les parements dégagés et des photographies anciennes, a montré une stratigraphie complexe du bâtiment ; quelques hypothèses, qui demanderont à être confrontées à des analyses plus nombreuses, ont pu être formulées. L’aile qui occupe le sud-ouest de l’ensemble préexiste à la construction de l’hôtel, ainsi peut-être que la cage d’escalier (mais pas l’escalier lui-même, du moins pas dans son état actuel). Ce bâtiment est acheté avant 1517 et profondément transformé : partiellement démoli, il est divisé en deux, ses ouvertures d’origine sont comblées et ses niveaux de sol sont déplacés. Deux ailes sont ajoutées, au nord et au sud de l’espace qui devient la cour de l’édifice. L’escalier est sans doute transformé à la même époque et la loggia est créée. Dans un troisième temps, sans doute au XVIIIe siècle, de nouvelles transformations surviennent, qui affectent moins la morphologie générale de l’édifice : transformation des baies, division des pièces nobles et renouvellement de leur décor.

Principaux états restitués pour l’évolution de l’édifice. SDA 04, d’après plan M. Trubert

À la suite de cette première étude, plusieurs pistes pour des recherches ultérieures se dégagent : d’abord, il semble souhaitable, dans le cadre des réfections de maçonneries projetées, de systématiser les observations sur le bâti afin de valider ou de corriger les hypothèses ci-dessus. Ensuite, la réalisation d’un relevé volumétrique intégral de l’Hôtel, par exemple par l’emploi d’un scanner laser 3D, fournirait une base d’analyse actualisée, mais aussi des relevés techniques utiles à la bonne intégration du projet dans l’édifice. La systématisation des analyses dendrochronologiques sur les planchers et plafonds fixerait à la fois la chronologie du décor et des transformations du bâtiment. Enfin, une étude historique complémentaire de celle qui a été réalisée pour le XVIe siècle permettrait de mieux situer les évolutions du bâtiment dans le contexte riézois et provençal.